vendredi 9 août 2019

Actualités du Centre. Etats-Unis – Après Obama, Bill Clinton se mobilise contre les tueries de masse

Bill Clinton
Les deux derniers présidents centristes des Etats-Unis, Barack Obama et Bill Clinton ont décidé de réagir aux tueries de masse qui ensanglantent leur pays et qui ont pris un tour particulier depuis l’accession de Donald Trump à la présidence avec une montée en puissance des actes violents des suprémacistes blancs, même si le problème des armes à feu s’est posé à tous ses prédécesseurs et cause des tragédies qu’ont vécu tous les locataires de la Maison balnche.
Après une déclaration particulièrement forte d’Obama (lire ici), Clinton, président de 1993 à 2000, a publié dans Time magazine un texte tout aussi offensif contre ces tueries à lire ci-dessous.

«En un week-end, 31 personnes ont été assassinées et des dizaines d'autres blessées lors de deux fusillades à la masse à quelques heures d'intervalle à El Paso, au Texas, et à Dayton, dans l'Ohio. Le nombre de morts pourrait encore augmenter. Les tireurs ont tué jeunes et vieux, hommes et femmes. À El Paso, l’intention du tireur nationaliste blanc était de prendre le plus de vies possible de Latino. Dans les deux villes, les victimes se voyaient perdre leur futur à jamais ou leur avenir à jamais altéré par des terroristes nationaux alors qu'ils achetaient ou savouraient une sortie en soirée, que nous nous attendons tous à mener en toute sécurité. Et dans les deux cas, les hommes armés ont utilisé des armes d'assaut de style militaire, achetées légalement.
L’Amérique réagit comme nous l’attendions après les fusillades en masse. Des pensées et des prières sont offertes, comme il se doit. Les communautés se rassemblent, comme il se doit, dans des veilles pour se souvenir des personnes perdues et blessées et pour se rappeler que nous ne devrions pas laisser cela se produire. Les élus parlent de la nécessité d'un changement. Mais les tragédies continuent à se produire, alors que la seule chose que nous savons pouvoir réduire le nombre de morts par balles n'a pas été faite: rétablir l'interdiction des armes d'assaut et la limite imposée aux chargeurs de grande capacité qui était en vigueur depuis 1994 jusqu'en 2004.
Les armes d'assaut sont conçues pour causer le maximum de dommages en peu de temps. Une étude réalisée en 2015 par l’organisation Everytown for Gun Safety a révélé que les tirs à l'aide d'armes d'assaut avaient entraîné 155% de morts et 47% de morts supplémentaires par rapport aux incidents impliquant d'autres types d'armes à feu. Il n’est donc pas surprenant que lorsque les chiffres de décès et de blessures augmentent, de Sandy Hook à Las Vegas en passant par Parkland, El Paso et Dayton, c’est parce que les tueurs ont utilisé ces armes. Le tueur de Dayton a tiré 41 balles en 30 secondes avant que la police ne l'ait tué. Il a tué neuf personnes et en a blessé 14 autres, presque une victime par seconde.
J'ai travaillé dur pour réussir et je suis fier d’avoir signé l'interdiction de ces armes de guerre, et les résultats sont clairs: les tués par balles en masse ont diminué alors qu'elle étaie en vigueur et ont fortement augmenté depuis son non-renouvellement [par George W Bush et le Congrès à majorité républicaine d’alors].
Pendant trop longtemps, les États-Unis ont permis à un groupe déterminé, bien financé, de faire semblant de pleurer avec nous tout en répandant la paranoïa parmi ceux qui utilisent de manière responsable des armes à feu pour la chasse, le tir sportif et l'autoprotection. Pendant trop longtemps, le lobby des armes à feu et leurs alliés élus ont stagné, dévié et changé la conversation jusqu'à ce que la pression diminue et qu'ils puissent reprendre leurs activités, sans se soucier des meurtres inévitablement à venir.
Cela me fait de la peine de voir les gens du style de vie dans lequel j'ai grandi [classe moyenne du Sud des Etats-Unis] adhérer à l'argument voulant que l'interdiction des armes de guerre menace le Deuxième amendement et leur mode de vie. Comme le montre l'interdiction des armes d'assaut de 1994, le nombre de morts par balle en masse a diminué, alors que le nombre de permis de chasse a augmenté. Personne n’ besoin d’abandonner son style de vie pour sauver la vie d'innocents, si nombreux d'entre eux très jeunes.
Le lobby des armes à feu invoque souvent les pertes des démocrates aux élections de mi-mandat de 1994 après que le parti ait voté l'interdiction des armes d'assaut et le projet de loi sur la vérification des antécédents de Brady, afin de dissuader les législateurs des deux partis de maintenir le statu quo. Ceux qui ont perdu leurs sièges lors de cette élection ont voté avec courage pour rendre notre pays plus sûr et donner à nos enfants la chance de grandir et de vivre leurs rêves. Les élections de 2018, grâce au militantisme passionné de groupes de citoyens à travers le pays, ont prouvé que le monde était différent maintenant. Aujourd'hui, les membres du Congrès seront soutenus s'ils rétablissent les interdictions de vente des armes d'assaut et des munitions de grande taille, et si le Sénat adopte la loi sur la vérification universelle des antécédents déjà adoptée par la Chambre des représentants.
Bien sûr, aucune action ne peut complètement mettre fin aux fusillades en masse et à la vague de violence armée qui sévit dans les communautés d'Amérique.
Nous devons tous nous opposer, et non pas enflammer, les fanatismes racistes, religieux et fondés sur le sexe qui conduisent souvent à la folie des grands tueurs.
La loi du «Red flag» [une loi «drapeau rouge» est une loi de prévention de la violence armée qui permet à la police ou aux membres de la famille de demander à un tribunal d'État d'ordonner le retrait temporaire des armes à feu d'une personne pouvant présenter un danger pour les autres ou pour eux-mêmes] est une bonne idée. De plus, nous pouvons et devrions faire plus pour prévenir, traiter et gérer les maladies mentales. Mais l'incidence de la maladie mentale en Amérique est semblable à celle d'autres pays riches, mais nous avons beaucoup plus de fusillades mortelles. Ce qui diffère, c’est le nombre impressionnant d’armes à feu par habitant et l’accessibilité généralisée aux armes de guerre.
Nous savons que rétablir l'interdiction des armes d'assaut et la limite de munitions, et rendre universelles les vérifications des antécédents améliorées, aideront.
Une étude réalisée en 2018 a révélé que des politiques susceptibles de réduire de 1% le nombre de décès par arme à feu seraient équivalentes à 1 500, soit 1 500 décès de moins en une décennie. Et nous pouvons faire mieux que ça.
Nous avons parlé, tweeté et refusé d’agir depuis trop longtemps. Il s'agit de savoir qui nous sommes en tant que pays, de voir à quoi ressemblera l'Amérique dans quelques années et si nos enfants et nos petits-enfants seront plus en sécurité et plus libres de grandir.
J'ai toujours cru en la bonté inhérente des gens. Je le fais encore. J'ai passé ma vie à essayer de faire avancer l'idée selon laquelle notre humanité commune compte plus que nos différences ontologiques et à œuvrer pour un monde dans lequel nous nous rassemblons, sans être déchirés. Nous pouvons faire un grand pas vers ce monde en gardant les armes d'assaut hors de la portée de ceux qui souhaitent le détruire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire