mardi 22 décembre 2020

Propos centristes. France – Lutte contre la covid19, vaccin et mutation du virus; patriotisme de consommation; lutte contre le trafic de drogue; lutte contre l’abandon et la maltraitance des animaux de compagnie; lutte contre le racisme et l’antisémitisme…

Voici une sélection, ce 22 décembre 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

► Emmanuel Macron (Président de la République)

Ces trois dernières années ont conforté ma conviction: nous sommes un peuple de paradoxes. Cela avait été très mal compris quand j'avais dit que nous étions un peuple de Gaulois réfractaires, mais je m'incluais dans les Gaulois réfractaires ! Nous sommes un pays qui peut produire la crise des gilets jaunes, être extrêmement dur, vocal et, en même temps, nous sommes l'un des pays d'Europe où le confinement a été le plus respecté. Nous ne sommes pas un pays qui se réforme comme les pays anglo-saxons, scandinaves, ou l'Allemagne, nous sommes un pays qui se transforme. Un pays très politique, perclus de passions contraires. C'est ce que j'aime profondément en nous. Cette tension créatrice.

 

Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Jean Castex (Premier ministre)

La vaccination débutera dans les 27 pays de l'UE les 27, 28 et 29 décembre. À tous les sceptiques, à tous ceux qui en doutaient, l'Europe a montré qu'elle était bien plus qu'un grand marché : une communauté de destin. C'est sa singularité, et c'est notre force face à la crise.

 

Jean-Yves Le Drian (ministre de l'Europe et des Affaires étrangères)

[Adhésion de la France à l’Association des États riverains de l’océan indien] Notre adhésion est un signe fort de l'action que nous comptons mener avec nos partenaires dans l'espace indopacifique.

 

Gérald Darmanin (ministre de l'Intérieur)

- Le Beauvau de la sécurité qui se déroulera au premier semestre 2021 concernera aussi la gendarmerie nationale.

- [Cartographie des points de deal en France] On ne peut pas savoir quels médicaments prendre si l'on ne connaît pas sa maladie. En tant que maire, je connais les ravages de la drogue et l'argent sale que génère cette économie souterraine. Mais je souhaitais que les services du ministère de l'Intérieur puissent quantifier l'ampleur de ce fléau. 3 952 points de deals ont été recensés et je souhaite que la police et la gendarmerie s'attaquent à chacun d'entre eux. Je communiquerai tous les mois le nombre de points de deal démantelés sur le territoire.

- Notre politique, c'est celle de la transparence et des résultats concrets. C'est celle que je mène par exemple en rendant compte du nombre d'islamistes radicaux étrangers en situation irrégulière qui sont expulsés chaque mois. Il en est de même sur la lutte contre la drogue lorsque je donne mensuellement les chiffres des saisies de stupéfiants ou le nombre de trafiquants interpellés. Publier les chiffres des lieux de deal, ça n'a pas de précédent, c'est faire œuvre de transparence. Et l'objectif derrière est de rendre compte du nombre que nous démantelons. Quand on parle de l'économie, on donne les chiffres de la croissance, quand on lutte contre la drogue, c'est pareil et cela doit nous pousser à obtenir des résultats.

- Un point de deal, c'est une occupation illégale d'un espace. On doit réaffirmer que ce territoire appartient à la République et pas aux dealers. Les Français qui ont ces lieux de trafic près de chez eux, près de l'école de leurs enfants, doivent savoir que nous ne laisserons pas s'installer ces gens qui veulent dicter leur loi. Bien sûr, la vente de produits stupéfiants évolue, avec notamment des services de livraison à domicile, mais le point de deal reste très important pour cette économie. Ils produisent d'importantes nuisances pour les gens qui vivent à proximité et doivent être combattus.

- L'administration travaille à une plate-forme, notamment grâce au site Moncommissariat.fr qui, dès l'année prochaine, va permettre aux habitants de signaler les nouveaux points de deal ou les déménagements des dealers, fréquents après une opération de police. Les citoyens doivent être actifs dans ce combat contre la drogue, mais nous devons leur donner les moyens de nous aider.

- [Trafic de drogue] Notre originalité, c'est de nous attaquer aux deux côtés de la chaîne. Sur les trafics d'abord, en luttant contre l'arrivée de produits par les ports de Marseille ou du Havre, par les autoroutes depuis l'Espagne ou les Pays-Bas, mais aussi par Internet ou voie postale. Malgré le confinement, les saisies de cannabis ont encore augmenté de près de 50 % le mois dernier. J'assume de harceler ces vendeurs de drogue. De l'autre côté, nous nous attaquons au consommateur, avec la mise en place des amendes forfaitaires délictuelles, qui permettent de ne pas banaliser la consommation de drogue. Cette amende permet de verbaliser systématiquement les consommateurs qui échappaient trop souvent aux poursuites. Il est important de rappeler que sans acheteur, il n'y a pas de vendeur.

 

Eric Dupond-Moretti (Garde des Sceaux, ministre de la Justice)

[Propos antisémites contre Miss Provence sur tweeter] Avec la mesure prévue dans le projet de loi séparatisme, c’est exactement ce genre de haineux que je compte stopper en autorisant leur comparution immédiate. Leurs propos orduriers tenus depuis un canapé doivent les conduire le lendemain devant le juge.

 

Roselyne Bachelot (ministre de la Culture)

À la suite des propos abjects prononcés à l’encontre de madame Rokhaya Diallo sur l’antenne de Sud Radio, j’ai alerté ce soir le  CSA. L’examen de cette séquence est indispensable. Les propos racistes n’ont pas leur place sur nos antennes.

 

Olivier Véran (ministre des Solidarités et de la Santé)

- La France a fait le choix d’une vaccination progressive, privilégiant en premier lieu les personnes les plus à risques de faire des formes graves, et fondée sur leur consentement. Nous ne confondons pas vitesse et précipitation.

- La vaccination contre la covid19 en France repose sur une chaîne logistique rigoureuse, depuis le site de production jusqu’à la chambre d’Ehpad. Je me suis rendu ce matin à l’occasion d’un exercice de préparation sur l’un des sites dépositaires qui stockeront les vaccins.

- L'agence européenne du médicament vient d'autoriser le vaccin Pfizer. Cette semaine devraient intervenir l'avis de la Commission européenne, de la Haute Autorité de Santé, et les premières livraisons. Début de la campagne de vaccination française et européenne dimanche!

- Dimanche, nous commencerons à vacciner en France. Les plus vulnérables d'entre nous d'abord, après examen médical, information et recueil du consentement. Un démarrage en douceur, soucieux de la sécurité de tous et respectueux de nos engagement éthiques.

- Plusieurs pays voisins ont dû reconfiner très vite avant Noël. En France, le confinement précoce et efficace nous permet de respirer en cette fin d'année. Mais soyons très vigilants les uns avec les autres, les uns pour les autres.

- La situation épidémique en France demeure fragile parce que le virus circule encore trop et que ça ne baisse plus. La pression sanitaire reste élevée. La 2ème vague n'est pas encore derrière nous.

- La covid19 peut muter, comme tout virus. En Grande Bretagne, un variant circule beaucoup. Les scientifiques pensent que les tests et le vaccin restent efficaces, et que la maladie reste la même. Mais il pourrait être plus contagieux. Par précaution, nous fermons donc les frontières.

 

Julien Denormandie (ministre de l'Agriculture et de l'alimentation)

- Deux écologies s'opposent en ce moment, celle de l'injonction, et celle de la raison. Celle de l'injonction, je la combat.

- L'agriculture française est l'une des plus durables au monde. Le monde agricole est l'un de ceux qui se sont le plus transformé depuis l'après-guerre. 30% de leurs comportements vont encore changer dans les 5 prochaines années.

- On essaie d’apporter les bonnes aides aux bons endroits mais (...) consommons 'local'.

- [Patriotisme économique] C'est nécessaire, mais ce ne sera pas forcément suffisant. J'en appelle à ce patriotisme de consommation.

- Plus de 100 000 animaux de compagnie abandonnés par an. Contre cette situation inacceptable, nous présentons un plan d’actions inédit pour sensibiliser les futurs propriétaires, accompagner les structures engagées et sanctionner la maltraitance animale.

- La France détient en effet en la matière un triste record. Chaque année, on compte plus de 100 000 abandons d'animaux de compagnie, notamment des chiens et des chats. Ma priorité est de lutter contre ce phénomène. Car quand on possède un chien ou un chat, on en est responsable. Un animal n'est ni un produit consommable ni un jouet.

- 750 000 chiens et chats sont officiellement vendus ou adoptés chaque année en France et l'on assiste malheureusement souvent à ce qu'on appelle des adoptions ou des achats impulsifs. Vous passez devant une vitrine où se trouve un chiot ou un chaton : vous ou vos enfants les trouvez mignons, et il arrive que vous finissiez par en acheter sans nécessairement prendre conscience des devoirs que cela implique. Pour lutter contre ces comportements qui mènent trop souvent aux abandons, nous allons introduire un certificat de sensibilisation obligatoire pour tout adoptant ou acheteur. (…) Il faudra signer un document qui vous informe de tout cela qu'implique, en termes d'obligations de soins, de vaccination, de nécessité de sortir son animal et du coût financier. Il s'agit de prendre conscience des responsabilités liées à l'adoption d'un animal de compagnie. Une proposition de loi comprenant cette mesure sera discutée le 26 janvier à l'Assemblée. L'objectif est qu'elle soit mise en œuvre courant 2021. On va par ailleurs interdire la vente de chiens et de chats dans des véhicules ambulants.

- Nous avons tous en tête l'image du camion qui s'arrête au bord d'une route, qui dispose une caisse avec des chiots et des chatons à vendre. Il faut y mettre un terme.

Les ventes ou adoptions d'animaux continueront de se faire dans des refuges spécialisés, des animaleries ou des foires dédiées à la vente d'animaux. Dans tous ces établissements, vous avez des professionnels capables de vous informer. On ne restreint pas la capacité d'adopter un animal mais on lutte contre les dérives qui conduisent à une adoption ou un achat impulsif d'animal.

- [Chiot classé comme un jouet sur internet] J'ai été le premier choqué par cette annonce. C'est justement pour cela que nous signons ce lundi une charte d'encadrement avec la principale plateforme de vente en ligne française, Le bon coin, afin d'empêcher de telles dérives. Par ailleurs, les acheteurs seront sensibilisés à tous les devoirs qui leur incombent vis-à-vis de cet animal. Cela permettra là encore de limiter les comportements impulsifs. C'est très important à mes yeux et un gros travail a été fait avec cette plateforme.

- Dans le plan de relance, j'ai souhaité mettre 20 millions d'euros pour les associations et refuges, notamment de proximité, qui sont essentiels pour accueillir les animaux abandonnés. Ils font un très gros travail avec trop peu de soutiens financiers. Ils bénéficieront désormais d'un soutien de l'État pour améliorer leurs locaux, augmenter leur capacité d'accueil. Ces investissements permettront de soutenir ces structures et d'améliorer les conditions de vie des animaux recueillis. C'est essentiel. Nous allons par ailleurs créer un observatoire dédié à la lutte contre les abandons d'animaux de compagnie. Car si l'on dispose d'un chiffre de 100 000 abandons par an, on le sait : la réalité est sans doute bien plus terrible.

- L'abandon est qualifié par la loi comme un acte de maltraitance et donc pénalement répréhensible. Je suis favorable à l'augmentation des sanctions liées à l'abandon. C'est un des points de la proposition de loi portée par les députés de la majorité, très engagés sur le sujet, que nous avons travaillé avec la Chancellerie pour aller jusqu'à trois ans de prison. Les peines d'interdiction de détention d'un animal seront également élargies.

- [Les associations regrettent que les juges ne prennent pas ces affaires d’abandons au sérieux] Nous avons travaillé avec la Chancellerie qui est sensibilisée sur le sujet. Par ailleurs, nous renforçons les contrôles. Les animaux domestiques doivent être identifiés (par tatouage ou par puce). Nous proposons de donner aussi le pouvoir de contrôle aux gardes champêtres et aux policiers municipaux.

- Le ministère réalise des milliers de contrôles chaque année dans les abattoirs comme les élevages. En l'occurrence l'abattoir [dénoncé par l’association L214] avait été inspecté très récemment, avant même la diffusion de la vidéo. Cette inspection a donné lieu à des décisions en cours de mise en œuvre. De manière générale, à chaque fois qu'on constate des non-respects, ma main ne tremble pas. D'abord pour ne pas jeter l'opprobre sur toute une profession. Mais plus globalement, il faut moderniser nos abattoirs. Or, ils gagnent peu d'argent. Arrêtons d'être dans l'injonction et donnons-leur des capacités d'action. C'est pourquoi le gouvernement a affecté 130 millions d'euros pour la modernisation les abattoirs dans le plan de relance. Ce qui est inédit. Et c'est en cours de déploiement. (…) Mais la politique ce n'est certainement pas celle de l'émotion d'une vidéo. C'est la politique de la raison, c'est-à-dire, donner la capacité à ces entreprises de se moderniser et de responsabiliser les professionnels, premiers responsables du bien-être animal dans leurs entreprises. Il faut prendre le sujet par le bon bout : la priorité, c'est d'investir dans la modernisation.

 

Amélie de Montchalin (ministre de la Transformation et de la fonction publique)

- Emmanuel Macron est combatif contre le virus et pour le pays. Nous fixerons lors du séminaire du gouvernement du 13 janvier les priorités de l'année 2021. J’y présenterai les résultats de notre action depuis 2017 en transparence avec les Français.

- À l'initiative de l'APHP, la plateforme COVIDOM suit les patients atteints par la covid19. En 10 mois, 800 000 personnes ont été prises en charge grâce à la mobilisation de bénévoles et professionnels de santé. Une innovation mondiale dont le service public peut être fier.

 

Marc Fesneau (ministre chargé des relations avec le Parlement et de la participation citoyenne)

[Propos antisémites contre Miss Provence] Cachés derrière l’anonymat des réseaux sociaux ils déversent leur haine antisémite et menacent une jeune femme. La justice fera son œuvre. Et nous tous combattons sans relâche le poison de l’intolérance et de la haine de l’autre.

 

Elisabeth Moreno (ministre chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances)

- Je me réjouis que la justice ait ouvert une enquête suite au déferlement de propos antisémites dont April Benayoum a été la cible. Le gouvernement est déterminé à lutter contre tous les discours de haine.

- Les propos tenus par une auditrice de Sud Radio à l’encontre de Rokhaya Diallo sont intolérables. Le racisme est un délit puni par la loi. Il n’a pas sa place dans notre République, forte de sa diversité.

 

Franck Riester (ministre chargé du commerce extérieur et de l'attractivité)

Réunion avec les fédérations professionnelles sur le Brexit. Encore beaucoup d'incertitudes, mais notre mot d'ordre reste le même : l’État répond présent au plus près du terrain pour préparer nos entreprises au 1er janvier 2021.

 

Olivier Dussopt (ministre chargé des Comptes publics)

Brexit: le Gouvernement est mobilisé et échange avec les fédérations professionnelles. Nous sommes prêts à tous les scénarios : accord ou non accord.

 

Agnès Pannier-Runacher (ministre chargée de l'Industrie)

- Ce gouvernement depuis trois ans est reparti à la reconquête industrielle après 40 ans d'abandon

- Il n'y a pas de grande économie sans grande industrie. Avec le plan France relance, nous avons l'opportunité de transformer notre économie, pour produire différemment et pour construire les marchés et les emplois de demain !

- La circulation du virus en France est moindre que dans d'autres pays européens. C'est parce que nous avons pris des décisions difficiles de reconfinement il y a quelques semaines que nous pouvons aujourd'hui préserver ces moments importants pour tous que sont les fêtes de Noël.

- Une partie des vaccins commandés par l'UE sera fabriquée en France. C'est le cas pour les vaccins de Moderna, Pfizer-BioNtech et Sanofi.

- Aujourd'hui, un projet sur deux déposés dans le cadre du plan France relance pour les Territoires d’industrie est un projet de (re)localisation. Nos industriels sont prêts à se battre, à investir, à prendre des risques, et nous allons les y accompagner.

 

Marlène Schiappa (ministre chargée de la Citoyenneté)

Suite à ma consigne aux Préfets de naturaliser les étrangers qui ont travaillé en 1ère ligne pendant le confinement, 2890 demandes ont été reçues par le ministère.

 

Brigitte Klinkert (ministre chargée de l'Insertion)

L'insertion peut soutenir l'action sociale. C'est pourquoi nous voulons développer la production et la distribution de denrées alimentaires par les structures de l'insertion.

 

Nadia Hai (ministre chargée de la Ville)

L’antisémitisme est intolérable. La République se doit de protéger celles et ceux qui en sont victimes. Avec le gouvernement, nous menons une action résolue pour le combattre. Ne jamais le laisser passer. Jamais.

 

Clément Beaune (secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes)

- L’Europe de la santé ce sont les vaccins, mais aussi des équipements achetés en commun, pour être solidaires et efficaces face à la crise de la covid19.

- [Brexit] Le Gouvernement se mobilise : nouvel échange avec les fédérations professionnelles. Nous nous préparons à tous les scénarios. Accord ou non accord, les choses changent, avec des contrôles douaniers et sanitaires. Préparons-nous.

- Dire [comme Marine Le Pen] que le remède magique contre la covid19, c’est de fermer toutes les frontières internes à l’Europe, où passent 350 000 travailleurs frontaliers chaque jour, c’est se moquer du monde. Comme d’habitude. Et vous critiquiez les contrôles aux frontières avec la Suisse pour les sports d’hiver : où sont vos priorités ? Elles sont moins claires que vos mensonges.

- [Vaccin contre la covid19] La France a demandé la transparence. La Commission européenne a autorisé les parlementaires européens à regarder les contrats. Je souhaite une évaluation indépendante, qui puisse nous dire si c’est un prix juste. Ne fantasmons pas.

- [Covid19] En France, nous avons pris très tôt des mesures très strictes. Grâce aux efforts de tous, la situation est relativement mieux maîtrisée que chez nos voisins. Pas de hasard, pas de mystère.

 

Bérangère Abba (secrétaire d’Etat chargée de la Biodiversité)

Le 11 janvier prochain, un One Planet Summit dédié à la préservation de la biodiversité se tiendra à Paris, un moment clé de la mobilisation pour réévaluer nos ambitions et coordonner nos réponses à l’échelle planétaire pour la protection du vivant dans le contexte pandémique.

 

Olivia Grégoire (secrétaire d’Etat chargée de l’Economie sociale, solidaire et responsable)

- L’Europe démontre dans la crise qu’elle peut agir d’une seule voix, que ce soit en matière d’engagements financiers comme de politique vaccinale. Elle vit, elle avance, elle se consolide.

- Cette crise est le moyen de rappeler les entreprises à la mission sociale qui fut la leur à l'origine... et l'Europe à sa mission de puissance normative pour réorienter l'épargne vers une transition écologique juste.

 

Laurent Pietraszewski (secrétaire d’Etat chargé des Retraites et de la Santé au travail)

La circulaire précisant les conditions d'accès aux tests antigéniques en entreprise est parue. Via la médecine du travail, les salariés volontaires auront la possibilité, en cas de doute ou de symptômes, d'accéder facilement et rapidement à un test.

 

Assemblée nationale

Richard Ferrand (président)

Avec cet avis favorable de l'Agence européenne des médicaments, les vaccinations contre la covid19 peuvent commencer dès la fin de la semaine, en sécurité et en transparence pour la France! Une avancée majeure pour lutter contre la pandémie et ses conséquences socio-économiques.

 

► Partis politiques

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Aurore Bergé (présidente déléguée du groupe à l’Assemblée nationale)

- La crise sanitaire ne doit pas occulter la crise démocratique que nous vivons. Nous devons y remédier par nos actions et sans doute aussi par une réforme du mode de scrutin que nous avions portée dès la campagne présidentielle.

- L'antisémitisme n'est pas une opinion mais un délit. Face à ce déferlement de haine sur les réseaux sociaux, nous adaptons notre droit. Et nous renforcerons les moyens d'action dans le projet de loi sur nos principes républicains.

- On n'en a pas fini avec le fléau de l'antisémitisme. On voit combien l'antisionisme est une sorte de paravent pour mieux cacher l'antisémitisme.

- [Proportionnelle] tous les députés LREM ont porté cette réforme, il faut adapter le mode de scrutin pour le rendre plus juste et plus représentatif.

- Nous ne voulons pas interdire l’implantation de nouvelles installations industrielles mais mettre en place des conditions pour que ces implantations respectent l’Accord de Paris.

 

● UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)

Je me réjouis que le Parquet ouvre une enquête afin de poursuivre les auteurs des propos antisémites honteux contre Miss Provence. Décidément les réseaux sociaux sont le plus souvent le défoulement de la bêtise et de la haine anonymisées. C’est à l’anonymat qu’il faut mettre fin.

 

● Mouvement radical

Bertrand Pancher (député)

Les Tweet antisémites visant Miss Provence sont honteux . Nous devons condamner fermement ses auteurs. Tout cela n’est pas digne de notre pays. J'apporte tout mon soutien à April Benayoum.

 

► Autres

● Organisations centristes
♦ Renaissance 
(Députés français du groupe centriste Renew Europe au Parlement européen)

 

Nathalie Loiseau

- L’antisémitisme est un cancer et un délit. En ligne comme hors ligne. Non seulement les insultes proférées contre miss Provence sont révoltantes, mais qu’elles soient encore en ligne est inadmissible. Les plateformes nous montrent qu’elles sont incapables de s’autoréguler.

- On ferme les frontières avec le Royaume-Uni pour en savoir davantage, notamment sur la capacité des tests PCR à repérer cette variante-là du virus. La coordination européenne a commencé hier après-midi, elle se continue ce matin.

- C'est l'ensemble des comportements individuels qui donnent une réponse collective. On a vu hier ces images d'apéro de rue, est-ce que c'est un droit de l’homme ? Est-ce que c'est indispensable ?

- [Brexit] Il y aura de fait un no deal, technique ou pas, mais le 1er janvier il va y avoir un gros décrochage, il faut s’y préparer.

- Je suis en désaccord avec Rokhaya Diallo sur beaucoup de sujets. Cela ne m’empêche pas de considérer que les propos tenus à son sujet sur Sud radiosont innommables. Rien, ni la controverse politique, ni la recherche du buzz, ne justifie ce vomi raciste et ces attaques grossières.

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.