mardi 16 mars 2010

Une semaine en Centrisme - Que le Centre rassure ses électeurs avant que d’autres ne les récupèrent


Le nouvel effondrement électoral du Mouvement démocrate et l’absence de liste centriste lors du premier tour des régionales de dimanche a rouvert la chasse à la récupération des électeurs centristes. Rappelons que l’électorat centriste représente potentiellement 33% du corps électoral selon les études de sciences politiques avec une base de 15% à 20%. Où tout cela est-il passé le 14 mars? Sans doute un peu partout (UMP, Europe écologie, Mouvement démocrate) mais surtout et avant tout dans l’abstention.

Du coup, les partis de Gauche et de Droite font des appels du pied répétés à cet électorat déboussolé qui n’a plus de repères émis par un vrai parti centriste. Les plus intéressés sont évidemment l’UMP et son allié le Nouveau Centre qui tentent de rameuter tout ce qu’ils peuvent sachant qu’ils n’ont aucune possibilité de faire alliance avec une autre liste présente au premier tour. Mais Europe Ecologie lorgne également cet électorat en témoigne l’appel de Corinne Lepage en ce sens qui semble avoir définitivement tiré un trait sur son appartenance au Mouvement démocrate. Le Parti socialiste également aimerait bien s’attacher ces électeurs modérés même s’il se réjouit ouvertement de l’effondrement du Mouvement démocrate qui va lui permettre de retrouver se stratégie d’antan, alliance à gauche, gouvernement au centre…

Quant aux électeurs, ils attendent une offre claire et crédible du Centre. D’autant que les échéances électorales primordiales se rapprochent. L’absence d’un parti centriste indépendant et d’un candidat centriste aux élections législatives et présidentielles de 2012 serait un coup rude porté au Centrisme. Pour autant, si présence il y a, elle doit se (re)construire dès aujourd’hui autour d’un pôle central, sans aucun doute l’Alliance centriste qui ne cesse de vouloir réunir pendant que les autres formations du Centre s’ingénient à désunir mais qui, pour ce faire, doit prendre définitivement son envol. Mais elle doit se faire dans la diversité des nuances et, surtout, dans le partage des valeurs centristes communes fortes, liberté, respect, solidarité, tolérance et dans ce libéralisme social qui seul peut permettre au pays de libérer les forces de la création et protéger les plus faibles dans un lien social revigoré afin d’établir cette société d’équilibre où tous trouverons leur place. L’absence du Centrisme de la scène politique française ne serait pas seulement un coup dur pour les centristes mais le serait avant tout pour la France et les Français.

Alexandre Vatimbella

Directeur du CREC

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire