vendredi 9 décembre 2011

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Printemps arabe, hiver de la démocratie?


Les victoires des islamistes aux élections en Tunisie puis au Maroc puis en Egypte et sûrement, bientôt, en Libye sont-elles une victoire de la démocratie?
Je vois déjà l’indignation montée à cette simple interrogation.
Pourtant, la question est légitime. Elle mérite d’être posée par tous ceux qui pensent, comme les centristes, que la démocratie républicaine est un système qui permet à chacun d’être à même de professer ses propres pensées sans être persécuté et de vivre comme il l’entend sans en être empêché tant qu’il ne cause pas de préjudices aux autres et avec les références culturelles qu’il a choisies.
Est-ce bien ce que proposent dans leurs programmes et par leurs déclarations (la réinstauration de la charia, la loi islamique, par exemple) tout au long de ces dernières décennies, les vainqueurs? Est-ce bien l’idée de ces islamistes, même dit «modérés», un adjectif que l’écrivain marocain Tahar Ben Jelloun réfute dans une tribune récente dans Le Monde, estimant que le mélange religion-politique n’est pas la solution pour les pays arabes?
Non. Et pour une raison bien simple qui n’est guère une révélation d’aujourd’hui. Lisons, à ce propos ce que disait Tocqueville de l’Islam et de la démocratie.
«Mahomet a fait descendre du ciel, et a placé dans le Coran, non seulement des doctrines religieuses mais des maximes politiques, des lois civiles et criminelles, des théories scientifiques. (…) Cela seul, entre mille autres raisons, suffit pour montrer que (cette religion) ne saurait dominer longtemps dans les temps de lumières et de démocratie (…).»
Ce texte datant que milieu du XIX° siècle occidentalisé n’a, malheureusement, pas pris une ride dans ce XXI° siècle mondialisé. Si c’est Dieu (Allah) qui gouverne le monde ici-bas et s’il a édicté des règles de l’organisation des sociétés et du quotidien, il est donc impossible de les transgresser.
Dès lors, le printemps arabe – devenu entretemps l’automne islamiste - risque bien d’être un hiver pour la démocratie.
De nouveau, l’indignation monte.
D’autant que ce que j’affirme semble oublier qu’avant ce printemps et cet automne, les autocrates et les despotes tenaient d’une main de fer des populations et qu’une répression sanglante était la règle à chaque fois que le peuple réclamait pacifiquement de la liberté.
D’ailleurs, il suffirait de regarder ce qui se passe en Syrie avec le clan meurtrier des Assad pour prouver l’inanité de mes propos.
Tout vaudrait donc mieux que les Ben Ali, les Kadhafi et les Moubarak et leurs cliques meurtrières. Tout? Non, pas tout. Malheureusement. Quand le shah d’Iran fut renversé, c’est l’ayatollah Khomeiny qui prit sa place… Quand les communistes d’Afghanistan tombèrent, ils laissèrent la place aux talibans…
Evidemment, les bien-pensants du politiquement correct de nos démocraties, assis bien au chaud, en sécurité, derrière leurs pupitres d’autorités morales auto-désignées et qui se font rouler dans la farine à chaque fois par les ennemis de la liberté et leur rhétorique culpabilisatrice, m’accuseront d’occidentalo-centrisme, voire de néocolonialisme ou encore d’obscurantisme et d’inepties par rapport à une réalité qui est toujours «différente» «ailleurs».
Admettons donc que tous les peuples ne pensent pas la même chose. Admettons que toutes les cultures sont différentes. Admettons que les situations sont à chaque fois particulières (entre nous, ces trois postulats sont aussi ceux que les autocrates ont utilisés pendant des années pour se maintenir en place et refuser toute réforme démocratique…).
Mais alors, il faut aussi admettre que chaque individu possède une pensée originale. Que son être est unique. Que sa différence ontologique est irréductible à une identité communautaire englobante.
Et que ceci pose bien le problème de la liberté de penser, de dire et de faire.
Or, si le printemps arabe prend le tour d’une limitation de la liberté, il sera bien l’hiver de la démocratie.
C’est peut-être ce souhaitent les peuples qui viennent de se rendre en masse dans les urnes. Très bien. Respectons leurs choix. Mais ne disons pas que c’est une victoire de la démocratie. Ce n’est, pour l’instant, qu’une victoire de la majorité des électeurs. Ce n’est pas du tout la même chose.
Car une démocratie, à l’inverse de ce que viennent déclarer nos bien-pensants sur tous les plateaux de télévision et les studios de radio en passant par les colonnes éditoriales des quotidiens, ce n’est pas, avant tout, le droit de la majorité (qui, bien sûr, est légitime) mais bien la protection des droits de(s) la(es) minorité(s) (qui est essentielle).
Comme l’écrivait James Madison, le père de la Constitution des Etats-Unis, premier pays démocratique de l’histoire humaine et seul pays à être demeuré tout au long de son histoire une démocratie et à n’avoir jamais annulé, ni même reporté aucune élection malgré les guerres et les troubles: «Quand une faction comprend la majorité, la forme du gouvernement populaire peut lui fournir les moyens de sacrifier à sa passion ou à ses intérêts dominants le bien public ainsi que les droits des autres citoyens. Défendre le bien public et les droits individuels contre le danger d’une telle faction, et en même temps préserver l’esprit et la forme du gouvernement populaire, tel doit être le principal objet de nos recherches; j’ajouterai que c’est la condition essentielle qui seule peut délivrer cette forme de gouvernement du mépris où elle est si longtemps restée, et lui assurer l’estime et l’adoption du genre humain».
Oui, la démocratie se doit de protéger impérativement la minorité qui ne pense pas comme la majorité. Sinon, quoi de différent entre le gouvernement de la majorité et celui d’un autocrate? Rien.
Car la majorité peut, tout aussi bien qu’un despote ou une caste, être à la tête d’une dictature si elle ne respecte pas ceux qui ne sont pas d’accord avec elle.
 «Pour moi, disait Tocqueville, quand je sens la main du pouvoir qui s’appesantit sur mon front, il m’importe peu de savoir qui m’opprime et je ne suis pas mieux disposé à passer ma tête dans le joug, parce qu’un million de bras me le présentent».
La majorité n’est légitime à exercer le pouvoir que si elle respecte la minorité et que celle-ci, à la prochaine élection puisse devenir la majorité et, alors, respecter la nouvelle minorité et ancienne majorité.
Dès lors, si un seul Tunisien, si un seul Egyptien ou si un seul Libyen ne se reconnait pas dans la pensée dominante et qu’il ne peut pas le dire et qu’il ne peut pas vivre selon ses propres vœux (tout en respectant les autres évidemment), il n’est donc pas libre et donc nous ne sommes pas en démocratie.
Que l’on comprenne bien l’importance du phénomène. Avant ces élections, l’on pouvait espérer (même si cela semblait difficile, au vu de quelques précédents) que la liberté, acquise de haute lutte et grâce à leur courage et leur sang par les peuples arabes, permettrait la mise en place de pouvoirs laïcs assis sur les fondamentaux de la démocratie.
Mais les peuples ont choisi une autre voie et c’est, bien évidemment, leur droit. Cependant, en choisissant de donner la majorité aux islamistes, qu’ils soient modérés ou non, ils légitiment les thèses de ces derniers et renvoie à plus tard l’établissement d’une vraie démocratie.
Dès lors, ces partis islamistes légitimés par l’élection peuvent s’attaquer à ce qu’ils combattent depuis toujours, la démocratie soi-disant «occidentale» qui, dans ce paradoxe maintes fois vécu, leur a permis d’arriver au pouvoir.
L’Iran, déjà citée, est un bon exemple de ce qui peut advenir dans les années qui viennent dans les pays arabes où après une première élection relativement libre suite au renversement du Shah, toutes les autres n’ont été que des parodies, phagocytées par les mollahs et le pouvoir religieux jusqu’à aujourd’hui.
Mais, rétorquent certains, regardons plutôt ce qui se passe en Turquie avec l’exercice du pouvoir par les islamistes modérés de l’AKP du premier ministre Erdogan depuis dix ans. Une expérience que les islamistes tunisiens, marocains et égyptiens prétendent regarder avec intérêt. Le pays n’est-il pas une démocratie? A quoi l’on peut répondre qu’il l’était bien plus auparavant et que le recul des libertés individuelles est dénoncé sans relâche par les démocrates turcs.
Ne tombons pas dans le piège qui fera, dans peu temps, que l’on accueillera en exil les hérauts démocrates de la place Tarhir ou de Bengazi en regrettant notre naïveté. Ni dans celui qui consiste à nous faire croire que la démocratie ne s’instaure pas en un jour, qu’il faut être patient, que le processus démocratique prend du temps. C’est bien ce que disaient les Moubarak et autres Ben Ali. C’est bien ce que disaient les mollahs de Téhéran et de Qom. Et l’on a vu ce qui s’est passé quand le peuple iranien leur a dit de «dégager»…
Ne nous laissons pas enfermer, en tant que démocrates, dans un choix cornélien. Si vous n’applaudissez pas la victoire des islamistes aux élections, nous dit-on, c’est que vous êtes pour les anciens autocrates. Comme si les défenseurs de la démocratie devaient choisir entre deux pensées autoritaires, liberticides et créatrices de violences antidémocratiques comme on le voit déjà dans les rues de Tunis ou d’Alexandrie! Comme s’ils étaient responsables que des gens qui ne respectent pas les droits de l’homme succèdent à d’autres qui les respectaient encore moins…
Saint-Just, que l’on trouvera osé de citer ici, disait «pas de liberté pour les ennemis de la liberté». Le révolutionnaire sombra avec Robespierre dans la folie meurtrière de la Terreur au nom de cette maxime demeurée célèbre. Pourtant, au-delà des excès qu’elle a engendrés, celle-ci pose une question fondamentale sur le droit de n’importe quel groupe, fut-il une majorité, fut-il quasiment une unanimité, de brider la liberté, ne serait-ce que d’une personne et sur le devoir des défenseurs de la liberté de s’y opposer.
Et puis, rappelons-nous que ceux qui sont descendus dans les rues de Tunis, de Monastir, du Caire, d’Alexandrie n’étaient pas des islamistes dans leur immense majorité. Car les islamistes ne voulaient pas participer à cette révolte contre le pouvoir en place et pour la démocratie. Les tués et les blessés issus de leurs rangs sont en nombre dérisoire par rapport à ceux des démocrates, tout simplement parce qu’ils n’étaient pas là.
Le devoir de tous les démocrates du monde entier (dont nombre de ceux qui ont été à l’origine du Printemps arabe), de tous ceux qui, comme les centristes, défendent la démocratie républicaine, sera de demeurer vigilant et non de décerner a priori des diplômes de bonne conduite à ceux qui vont prendre le pouvoir alors même que leurs visions de la société ont toujours été très éloignées de celle d’une véritable démocratie.
Nous le devons à tous les Bouazizi. Nous le devons à tous ceux qui ont le droit, comme nous, de vivre démocratiquement.
Car être libre de penser, de dire et de faire, cela n’a jamais été un rêve occidental mais bien un rêve mondial. De la place Tienanmen à Times Square. De la place de la Concorde à la place Tarhir.

Aucun commentaire: