mardi 8 avril 2014

L’Humeur du Centriste. Borloo: hommages et arrière-pensées politiciennes

Le retrait de la vie politique de Jean-Louis Borloo a donné lieu à une flopée impressionnante d’hommages.
On a entendu que des compliments de la Droite à la Gauche et, bien entendu, dans l’espace central, chez les centristes et chez les radicaux.
Voilà au moins qui réconfortera Jean-Louis Borloo mais qui le fera peut-être (sûrement!) rire jaune.
Derrière beaucoup d’entre eux, se cachent en effet des arrière-pensées politiciennes, surtout à l’UDI et au centre de l’échiquier politique.
Il faut se rappeler que la constitution de l’UDI puis de l’Alternative était vraiment et reste très loin d’être un long fleuve tranquille.
Que ce soit de l’intérieur avec des querelles incessantes de chefaillons en mal de pouvoir ou de l’extérieur avec une pression loin d’être amicale de l’UMP pour faire du suivisme électoral, la président de l’UDI était constamment ballotée et sur le grill.
D’autant que Jean-Louis Borloo, qui avait demandé un pouvoir central plus fort, dans ce qui n’est toujours qu’une confédération, avait menacé de laisser tomber s’il n’obtenait pas gain de cause, ce qu’il n’a pas obtenu, lui qui pestait contre tous les SMS qu’ils recevaient chaque jour sur des petites querelles mesquines entre membres dirigeants de l’UDI.
Quant à l’Alternative, beaucoup au sein même de l’UDI pensait qu’il s’était fait grugé par François Bayrou qui, à l’agonie politique, avait grâce à cette «organisation coopérative», retrouvé mordant et ambition en se l’appropriant quasiment, lui permettant au soir de sa victoire à Pau, par exemple, de faire un discours de politique nationale alors qu’il venait de jurer quelques jours plus tôt que la présidence de la république ne l’intéressait plus.
Et si Pierre Méhaignerie avait raison, lui qui a expliqué que dans la décision de Jean-Louis Borloo de prendre une retraite politique, il y avait aussi beaucoup de lassitude face aux querelles et coups bas venus d’abord de la galaxie centriste.
D’autant que l’on sait que Jean-Louis Borloo n’aime pas la politique politicienne et tout ce qui va avec d’où ses multiples refus de s’engager dans des aventures comme les présidentielles où la bataille des idées est souvent supplantée par une bataille de chiffonniers.
On verra bien si, dans les mois qui viennent, Jean-Louis Borloo se sent assez en forme pour revenir à l’UDI.
Mais on peut aussi se demander si cette même UDI existera toujours!
Dit comme cela, voilà une éventualité qui semble hautement impossible tant les centristes auraient à perdre en s’opposant les uns aux autres et en se divisant à nouveau.
Pour autant, quand on connait les inimitiés, pire, les haines tenaces entre les dirigeants de l’UDI, on serait tenté d’être beaucoup plus nuancés.
En tout cas, on sera vite fixé puisque des élections internes vont devoir avoir lieu, notamment pour la présidence de la formation de centre-droit, ce qui va certainement libérer la parole des uns et des autres…
De même, une clarification sera nécessaire après les européennes pour savoir ce qu’est en réalité l’Alternative.
Les partis centristes sont à nouveau à un tournant eux qui s’imaginaient déjà sur une longue ligne droite, fonçant vers un avenir radieux!

Centristement votre.

Le Centriste


Aucun commentaire: