jeudi 10 juillet 2014

Une Semaine en Centrisme. Le Centre et la question Bayrou

Ses récentes déclarations et son nouveau positionnement politique posent, à tous les centristes et pas seulement à ses sympathisants, la question Bayrou.
Outre son obsession d’occuper l’Elysée, il y avait, chez François Bayrou, ces dernières années, une certaine fidélité à des idées nées d’une volonté de faire du Centre un espace politique indépendant, volonté qui était à porter à son crédit.
Bien entendu, on n’oublie pas que, lors de sa candidature à l’élection présidentielle de 2007, il avait prétendu que le mot «centre» ne faisait pas partie de son vocabulaire, ni qu’il se soit ouvert à des militants de son parti sur sa recherche d’une nouvelle appellation pour situer politiquement plus exactement, selon ses dires, le Mouvement démocrate qu’il venait de créer.
L’espace centriste était devenu trop petit pour ses ambitions mais les résultats souvent catastrophiques du Mouvement démocrate lors des diverses élections entre 2007 et 2012 montrèrent plutôt le contraire.
Faute de trouver ce nouvel espace, il avait ensuite réinvesti, à la veille des dernières présidentielles, celui du Centre, se déclarant centro-centriste, toujours adepte du fameux ni-ni, ni gauche, ni droite, qu’il avait mis en place en créant le MoDem, prônant un rassemblement large sur lequel il pourrait s’appuyer en cas de victoire personnelle.
En adoptant cette posture dès 2007, il s’était enfermé dans un isolement total ayant confondu indépendance et solitude, ne voulant pas entendre parler d’alliances mais de ralliements alors même que son parti ne dépassait que rarement les 10% des voix aux diverses élections.
Sa campagne poussive de 2012 avait, à nouveau, connu quelques déraillements idéologiques où on l’avait vu, afin de faire décoller ses scores dans les sondages, tresser des lauriers à répétition au Général de Gaulle, parler de nationalisme et de protectionnisme économiques en perdant de vue les fondamentaux même du Centrisme comme le libéralisme, se présenter comme un rempart face une mondialisation soi-disant mortifère pour l’identité française ainsi que prôner une union nationale aux contours changeants et à géométrie variable, vantant un unanimisme introuvable.
Sa troisième défaite présidentielle avec un score divisé par deux par rapport à 2007, la perte de son siège de député, l’hémorragie de militants et d’élus au sein du Mouvement démocrate, sa voix de plus en plus inaudible ont amené François Bayrou à tout faire pour retrouver une existence politique.
Malheureusement, cela s’est fait en enterrant à nouveau son positionnement centriste.
Après avoir lâché en route nombre de ses anciens lieutenants du MoDem en tournant le dos à l’alliance à gauche que son vote pour François Hollande (ou, plutôt, contre Nicolas Sarkozy) laissait augurer selon certains d’entre eux, il s’est d’abord rapproché de l’UDI de Jean-Louis Borloo en créant cette «organisation coopérative», sorte d’OPNI (Objet politique non-identifié), afin de retrouver de la crédibilité et de se faire élire maire de Pau (grâce aux voix de l’UMP!) et, dans la foulée, assurer à sa fidèle d’entre les fidèles, Marielle de Sarnez, sa réélection au Parlement européen, tout cela sur le dos de l’UDI qui demeure encore groggy d’avoir servi de marchepied au retour politique de son ancien plus grand contempteur et à sa nouvelle préemption de l’espace centriste.
Depuis, ses déclarations montrent que l’homme a retrouvé l’ambition nationale (alors qu’il avait lui-même expliqué qu’il ne sortirait plus de sa province béarnaise s’il était élu premier édile de Pau) et qu’il chasse désormais sur les terres d’une alliance avec Alain Juppé et François Fillon tout en critiquant sans ménagement François Hollande alors qu’il se targuait il y a peu d’entretenir une relation forte et enrichissante ainsi que de partager nombre de ses points de vue avec l’actuel président de la république.
Ses récentes apparitions et déclarations dans les médias confirment qu’il n’a pas passé la main et qu’il ne souhaite absolument pas le faire, d’autant que le retrait de la vie politique de Jean-Louis Borloo a été une divine surprise, le laissant seul dans l’espace centriste en tant que personnalité connue de l’ensemble des Français.
Mais si grâce à François Bayrou les médias parlent du Centre et des centristes, il est aussi celui qui phagocyte le même Centre et qui marginalise les centristes à son profit et ses ambitions.
Or, aujourd’hui, la question Bayrou est de savoir s’il sert ou dessert le Centre et le Centrisme.
S’il conserve depuis des années une bonne opinion chez les Français, il a toujours été vu, dans les sondages, comme un homme qui ne possédait pas la stature d’un président de la république et qui n’avait pas les moyens politiques de son ambition personnelle.
En outre, il a réussi maintes fois à brouiller le message centriste avec, au fil des ans, ses multiples rapprochements et éloignements qui ont commencé avec Valéry Giscard d’Estaing puis avec Jacques Chirac et jusqu’à François Hollande, en passant par Daniel Cohn-Bendit ou Ségolène Royal, sans parler de Nicolas Sarkozy en qui il voyait le dévoiement personnifié du politique pour affirmer désormais qu’il pourrait s’allier avec lui si l’homme changeait.
En agissant ainsi au grès des circonstances, que ce soit au niveau des grandes lignes de sa vision politique que de ces accointances personnelles, il a maintenu le Centre dans cette sorte de mouvance indéfinie où l’on peut brûler le soir ce que l’on a défendu le matin même.
Si l’on regarde son évolution depuis 2012, on s’aperçoit qu’il est passé sans difficulté de la proximité avec la Gauche (Hollande) à celle avec la Droite (Juppé & Fillon), toujours avec ce fameux discours de «lanceur d’alerte» dont il s’est attribué indûment la seule paternité et qui est de prédire le pire tout en n’ayant pas grand-chose à proposer à la place, faisant de lui une sorte d’éternel opposant au pouvoir en place quel qu’il soit.
Comment, par exemple, peut-il prétendre que François Hollande n’a aucune ligne directrice, aucune politique cohérente, qu’il ne sait pas où il va et avoir appelé à voter pour lui il y a seulement deux ans?...
C’est d’autant plus dommage que François Bayrou a été parfois sur la bonne ligne centriste et, comme nous l’avons dit, qu’il faut louer sa bataille pour l’indépendance du Centre, même si celle-ci avait des arrière-pensées pour son destin personnel.
Reste que la question Bayrou est aussi et peut-être surtout celle du remplacement des élites politiques.
Elle se pose tant à gauche qu’à droite ou au centre.
Mais alors que l’on voit poindre quelques nouvelles têtes tant à gauche qu’à droite, il n’y en a quasiment aucune au centre.
Car si François Bayrou a pu demeurer aussi longtemps en haut de l’affiche centriste, il le doit autant à ses talents politiques qu’au désert qui l’environne.
Non pas qu’il n’y ait pas de personnalités de qualité au centre de l’échiquier politique, loin de là.
Mais elles ne parviennent pas à se faire un nom et une notoriété comme ce fut le cas des Jean Lecanuet, des Jean-Jacques Servan-Schreiber, des Raymond Barre ou des Simone Veil qui parvinrent en leur temps à prendre le relais de leurs aînés.
Dès lors, la question Bayrou est aussi celle de tous les autres leaders du Centre d’aujourd’hui.
Et elle est cruciale.
Alexandre Vatimbella
Directeur du CREC
Jean-Louis Pommery
Directeur des études du CREC

Aucun commentaire: