mercredi 1 juillet 2015

Actualités du Centre. Nous citoyens: Après Cavada, Fromantin?

Fondé en octobre 2013 par le patron Denis Payre revenu d’un exil fiscal en Belgique (suite à une mesure fiscale prise par le gouvernement de Jacques Chirac en 1998!), Nous citoyens se veut le représentant de la société civile et affirme partager nombre de points de vue avec le Centre.
Accueilli par les médias avec bienveillance, il n’a pas connu, jusqu’à présent, une dynamique suffisante pour s’imposer dans le paysage politique français.
C’est la raison pour laquelle, le fondateur était allé débaucher, en septembre 2014, Jean-Marie Cavada, membre de l’UDI et député européen, pour le nommer à la présidence de Nous citoyens à sa place, une façon bizarre de procéder dans un parti politique où ce sont généralement les adhérents qui élisent leurs dirigeants.
De même, Jean-Marie Cavada n’avait pas jugé utile alors de démissionner de son mandat électif acquis en tant que membre du parti centriste.
Pour autant, la greffe n’a pas prise puisque monsieur Cavada a décidé de démissionner de son poste de président, moins d’un an après sa nomination, juste avant d’en être chassé par monsieur Payre, ce dernier lui reprochant, dans un communiqué de presse d’une longueur inhabituelle dans ce domaine, à peu près toutes les fautes possibles et imaginables comme une «méthode de management inadaptée», «une collégialité inexistante», la «non-réforme des statuts du mouvement», sans oublier que «les chantiers qui lui incombaient aient été délaissés pour privilégier des ambitions personnelles» ou encore que «Jean-Marie Cavada s’y est autoproclamé l’unique défenseur de la démocratisation, en contradiction avec ses actes, créant de fait une fausse polémique destinée à tenter de cacher ses nombreux manquements et à discréditer les fondateurs qui le lui reprochaient». Un acte d’accusation à charge qui peut rappeler certaines pratiques de certains partis d’une époque que l’on croyait révolue…
De son côté, Jean-Marie Cavada n’est pas en reste et, dans un communiqué, annonçant sa démission, il explique qu’il avait «compris que les fondateurs ne souhaitaient désormais qu'un Président à leurs ordres en totale contradiction avec les motifs de ma venue et l'exigence de sincérité que les adhérents attendent. Vous comprendrez dans ce contexte qu’il était de mon devoir de vous informer de la situation réelle dans laquelle le Mouvement se trouve et de ma décision de démissionner de Nous citoyens et de sa fonction de président avec effet immédiat».
En réalité, on comprend bien que pour sortir de son anonymat, Nous citoyens ait fait appel à Jean-Marie Cavada, ex-star des médias audiovisuels et impliqué politiquement dans la mouvance centriste, passant de l’UDF au Mouvement démocrate puis au Nouveau centre avant de rejoindre l’UDI avec ce dernier parti puis de la quitter pour prendre en main le parti de monsieur Payre.
De son côté, Jean-Marie Cavada cherchait un moyen pour avoir une exposition médiatique plus grande et s’imposer dans le monde politique, ce qu’il n’avait pas réussi à faire, demeurant un second couteau.
Suite à cette démission-licenciement, Jean-Christophe Fromantin publiait ce jour un communiqué de presse pour affirmer qu’il ne prendrait pas la tête de Nous citoyens alors que son nom circulait pour le poste, ce qui aurait été, de la part de Denis Payre, un nouveau débauchage d’un membre de l’UDI.
Le maire de Neuilly-sur-Seine indique  que «suite à différents commentaires sur des contacts entre le mouvement ‘Nous citoyens’ et Jean-Christophe Fromantin, Président de ‘Territoires en Mouvement’ (ndlr: micro-parti membre de l’UDI), celui-ci tient à rappeler qu’il n’est pas candidat à la présidence de Nous citoyens mais appelle au développement d’une plateforme commune de propositions».
En réponse, Denis Payre, président «intérimaire» de Nous citoyens a publié la déclaration suivante: «dans la phase de consolidation et de démocratisation du mouvement, suite aux événements récents, le rapprochement avec tout mouvement politique n’est pas à l’ordre du jour de Nous Citoyens. Le moment venu, une stratégie d’alliance sera proposée et discutée dans le cadre de nos instances démocratiques, selon des modalités reprécisées lors de la réforme prioritaire des statuts. Par conséquent, l’appel de Jean-Christophe Fromantin sur les réseaux sociaux du 1er juillet 2015 matin, ne recevra, à ce stade, aucune réponse de notre part».
On le voit, les partis qui prétendent représenter la société civile n’ont souvent rien à envier aux parti traditionnels quant à leurs pratiques politiciennes…


Aucun commentaire: