mercredi 16 mars 2016

Actualités du Centre. Allemagne – La «grande coalition» «centriste» est-elle en danger?

Angela Merkel
Les élections régionales du dimanche 13 mars dans trois des seize Länders (Bade Wurtemberg, Hesse, et Rhénanie-Palatinat) que compte l’Allemagne ont vu une forte poussée de l’AfD, parti regroupant la droite radicale et l’extrême-droite, la défaite devant les Verts en Bade-Wurtemberg) et le recul en voix de la CDU ainsi l’effondrement du SPD en Bade-Wurtemberg et en Hesse.
Ces résultats posent, à moyen terme, la question de la pérennité de la «grande coalition» regroupant la CDU (droite et centre-droit) d’Angela Merkel et les sociaux-démocrates du SPD (gauche et centre-gauche).
En effet, celle-ci, mise en place après les dernières législatives faute de majorité à droite ou à gauche, est la grande perdante de ces trois scrutins.
Ceux-ci ont été dominés par la crise migratoire et l’AfD, qui a basé toute sa campagne sur l’afflux incontrôlable des immigrés, proche en cela du mouvement Pegida, en est la grande gagnante avec son entrée dans les législatures de ces trois régions.
Mais il semble également que les électeurs aient donné un avertissement, si ce n’est un désaveu, à cette union au centre des deux grands partis allemands.
Ce n’est pas le point de vue de la chancelière Merkel qui a estimé que ces résultats décevants, notamment pour sa formation, la CDU, n’étaient qu’une péripétie due à cette crise migratoire et que l’AfD disparaîtrait aussi vitre qu’elle est apparue.
Ce n’est pas l’avis de tous les observateurs qui notent une certaine érosion du pouvoir d’Angela Merkel, malgré les bons résultats économiques, ainsi que la montée du populisme, comme dans les autres pays européens, et, tout aussi préoccupant, une résurgence de l’extrême-droite comme force politique.
Les élections législatives de 2017 permettront de savoir qui a raison même si, actuellement, la reconduction de la grande coalition ou son élargissement à d’autres partis avec à sa tête la chancelière sortante, semblent les scénarios les plus plausibles.
Il faut rappeler qu’il n’existe plus de parti centriste stricto sensu en Allemagne depuis que les libéraux du FDP ont clairement choisi de se positionner à droite de la CDU (et qu’ils ont pratiquement disparu de la scène politique même s’ils ont obtenu des résultats encourageants dimanche).
Les centristes se trouvent donc dans les ailes modérées de la CDU et du SPD.



Aucun commentaire: