vendredi 31 mars 2017

Actualités du Centre. UDI, un communiqué de presse qui en dit long sur son délabrement

La semaine dernière, dix sénateurs centristes ont signé un texte de soutien à Emmanuel Macron à l’initiative de Michel Mercier.
Il s’agissait de sénateurs du groupe UDI-UC, appellation légalement déposée au Sénat.
Ici, nous avions, tout de même, fait une distinction entre sénateurs non-inscrits, sénateurs MoDem et sénateurs UDI qui font partie de ce groupe et ce même s’il est parfois difficile de savoir où sont exactement ses membres qui ont souvent navigué de l’UDI au MoDem et inversement, voire dans les divers partis de la confédération qu’est l’UDI.
Proche de l’implosion, quittée par de plus en plus de militants et d’élus dont l’énorme majorité de ces derniers rejoint la candidature d’Emmanuel Macron (un mouvement qui connaîtra bientôt d’autres épisodes), l’UDI et sa direction ont décidé de réagir en publiant un communiqué indigné afin de s’indigner que l’équipe d’En marche! ait prétendu qu’il s’agissait de dix députés du parti.
«Il y a une limite à la manipulation, écrit ainsi l’UDI. L’équipe d’Emmanuel Macron tente de faire croire ce dimanche que 10 sénateurs UDI l’auraient rejoint. La réalité de l’appel initié par Michel Mercier et publié dans le JDD c’est qu’il est signé par 6 sénateurs MoDem, une écologiste et 3 élus UDI. Ainsi, seuls 3 sénateurs UDI sur les 34 que compte notre formation ont fait ce choix.»
Comme nous l’avons expliqué, il est difficile de savoir exactement où sont certains sénateurs dans cet espace centriste bien mal en point.
Reste que le groupe d’où viennent les sénateurs s’appelle bien UDI-UC à la demande expresse de l’UDI qui voulait ainsi apparaître comme ayant 42 sénateurs alors même que certains n’étaient pas encartés chez elle.
C’est cette manipulation (auparavant le groupe centriste du Sénat s’appelait seulement UC pour Union centriste) qui a fait que l’ensemble des médias – et pas seulement l’équipe d’En marche! qui n’a fait que reprendre les articles publiés –, a parlé de sénateurs UDI-UC, ce qui n’est pas, ici, une manipulation mais une réalité.
Plus, dans la déclaration politique enregistrée au Sénat, il n'est pas question une seule fois que ce groupe UDI-UC aurait des membres venus d'autres partis que l'UDI.
L’UDI a donc été prise à son propre jeu de manipulation, enrôlant tous les sénateurs centristes sous sa bannière pour faire nombre (d’ailleurs, tous ses dirigeants inclus les 42 députés pour parler du nombre d’élus du parti) pour ensuite venir s’en plaindre.
Quant à la manipulation, que pense l'UDI ce celle de François Fillon qui prétend qu'il est le candidat de la Droite et du Centre alors même qu'une majorité d'électeurs centristes vont voter pour Emmanuel Macron?
On pourrait parler de dignité, voire d’honneur de la politique dont les centristes parlent sans cesse.
Mais, après tout, l’UDI n’est plus centriste.


Aucun commentaire: