mercredi 29 mars 2017

Vues du Centre – Aris de Hesselin. Bye Bye, les Anglais et ne revenez plus!

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.

Aris de Hesselin est un avocat international, centriste et un européen, défenseur d’une mondialisation humaniste. Ses propos sont les siens et non ceux du CREC.



C’est soi-disant un jour historique pour le Royaume Uni selon la presse britannique – «Portons un toast à ceux qui rêvaient de ce moment», écrit même de manière indécente le Daily Telegraph –, celui où la lettre de Theresa May annonçant sa sortie de l’Union européenne est arrivée sur le bureau de cette dernière à Bruxelles.

«Enfin!», diront beaucoup d’Européens convaincus, souvent centristes comme moi-même, qui ont l’âge de se rappeler que les britanniques ont d’abord essayé de torpiller l’Europe de l’extérieur puis de s’en servir de l’intérieur et enfin de la torpiller de l’intérieur.

Quel grand peuple au grand courage – comme il s’en gargarise si souvent – pour agir avec tant de mesquineries et, surtout, s’en féliciter et s’en vanter un peu partout.

Quelle grande classe politique à la grande responsabilité qui a reçu les encouragements et les félicitations de Donald Trump et de Vladimir Poutine pour avoir planté un coup dans le dos son propre pays.

Bien sûr, j’ai une pensée pour tous ces Britanniques qui ont dit non au Brexit, comme les Londoniens, les Ecossais ou les Irlandais et je leur souhaite bon courage.

Mais, oui, il était temps que la Grande Bretagne sorte de l’Union européenne et que ceux qui n’avaient pas voulu écouter les voix perspicaces qui annonçaient tout ce qui s’est passé depuis quarante-cinq ans en prennent de la graine.

Mais, messieurs les Anglais, ne revenez surtout pas parce que nous devons construire désormais la vraie Union européenne, celle débarrassée de son principal ennemi intérieur et dont il faut espérer que quelques autres pays suivent son exemple, comme la Hongrie, la Pologne ou la Slovaquie, pour le bien de la construction européenne et pour l’avenir de tous les Européens.

Personne ne dit, évidemment, que cela sera facile et que les nationalistes, les populistes et les démagogues de tous les pays de l’UE ne vont pas accentuer la pression sur celle-ci pour la faire totalement disparaître, ce qui serait une des pires nouvelles de ce millénaire, sinon la pire.

Il va falloir se retrousser les manches, travailler, convaincre, bâtir des fondations encore plus solides et rendre cette Europe désirable ce que les fonctionnaires de Bruxelles n’ont pas réussi.

Avouons qu’ils n’avaient pas le lyrisme d’un Hugo, d’un Briand, d’un Churchill ou la brillance d’un Monnet pour cela.

Quoi qu’il en soit, ce jour sera peut-être un jour historique pour la Grande Bretagne, celui où, de sa propre initiative, elle sombrera (rappelons que c’est pour éviter le chaos et la décadence qu’elle a voulu à tous prix adhérer à ce qui était alors la CEE, Communauté économique européenne), mais il faut que ce soit un jour historiquement beau pour la construction de l’Europe et le rêve européen.



Aris de Hesselin




1 commentaire:

Mobby a dit…

Comme un Polonais, je suis ce blog avec beaucoup d'interet, et je me trouve tout-a-fait centriste. Je veux aussi souligner qu'il y a un fort soutien populaire majoritaire, pour l'Union europeenne en Pologne et moi-meme. Le gouvernement d'aujourd'hui est le resultat d'une fatigue engendree par le gouvernement precedent, qui a ete, malheuresement, centriste.