mardi 28 mars 2017

Vues du Centre – Jeanne Valsami. Centriste, mon seul choix possible, c’est Macron

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Jeanne Valsami se définit comme une centriste engagée. Ses propos sont les siens et non ceux du CREC.

Emmanuel Macron
Procédons par élimination.
En tant que centriste et fière de l’être, je ne peux pas voter pour l’extrême-droite (Marine Le Pen, Jacques Cheminade, François Asselineau) ou l’extrême-gauche (Jean-Luc Mélenchon, Philippe Poutou, Nathalie Arthaud).
Je ne peux pas voter pour un candidat de la droite extrême (Nicolas Dupont-Aignan) ou de la gauche sectaire (Benoit Hamon).
Je ne peux pas voter pour un opportuniste aux idées plus qu’ambigües et mêmes dangereuses (Jean Lassalle).
Je ne peux pas voter pour un homme de droite qui a proposé un programme dangereux et qui est malhonnête (François Fillon).
Je ne peux pas m’abstenir parce que je ne veux pas que l’on décide sans moi.
Je pourrais voter blanc parce que je pense que c’est un vrai vote malgré ce que disent certains mais je ne veux pas qu’à cause de moi quelqu’un comme Marine Le Pen puisse devenir présidente de la république, un véritable cauchemar ou comme François Fillon qui est en train de faire tant de mal à la démocratie (et j’espère que les autres n’ont aucune chance).
Il me reste Emmanuel Macron.
Je ne vais pas dire que je défends tout son programme car ce n’est pas le cas.
Mais c’est celui qui est le plus proche de mes idées et de la manière dont je veux voir la France gouvernée.
Je suis certainement comme beaucoup de centristes à qui on n’a pas donné la chance de voter pour un candidat de son camp parce qu’aucun n’a osé se présenter.
Bien sûr, j’aurais pu voter pour Alain Juppé comme je vais voter pour Emmanuel Macron mais il a préféré s’enfermer dans une primaire où, François Bayrou avait vu juste, il n’avait pratiquement aucune chance de l’emporter.
Pourquoi j’ai procédé par élimination?
Parce que dans toute élection, on élimine ceux que l’on ne veut pas et on choisit parmi ceux qui restent.
Pour cette présidentielle et en tant que centriste, c’était plutôt facile d’éliminer et de choisir le seul qui restait et qui est, comme le dit Alexandre Vatimbella, «centro-compatible».
Mais mon espoir, c’est qu’à toutes les élections qui vont venir, il y ait un candidat centriste pour que je puisse voter en accord total avec mes idées.

Jeanne Valsami


Aucun commentaire: