mardi 9 mai 2017

Actualités du Centre. Axe central – Juppé: «Pas d’opposition frontale» à Macron

Emmanuel Macron & Alain Juppé
Après les propos de Manuel Valls sur sa volonté d’appartenance à la majorité présidentielle (lire ici), voici une nouvelle déclaration d’une personnalité – en l’occurrence, Alain Juppé – de l’axe central (réformistes et progressistes de droite, de gauche et du Centre) de poser un nouveau jalon dans ce qui pourrait être une coalition après les élections législatives.
«Tout va dépendre de ce que va faire le président de la République, a-t-il indiqué. Je n'ai pas d'information sur le nom du Premier ministre. On verra également quel sera son gouvernement. A partir de là quel sera le choix des Français lors des élections législatives. Je pense que les Français n'ont pas envie qu'on laisse planer l'idée que l'on va s'engager dans une opposition brutale. Il faut faire réussir la France et les réformes indispensables. On verra si les conditions sont réunies pour le faire. Cela dépendra beaucoup du président de la République».
En outre, il a estimé que si l’alliance LR-UDI n’était pas majoritaire après les législatives, il faudra «évidemment que chacun prenne ses responsabilités. Pour ma part, je ne suis pas dans l'état d'esprit d'une obstruction systématique».
A propos des législatives, il a expliqué qu’«il faut que nous présentions nos candidats sur la base d'une plateforme qui représente les diverses sensibilités de notre famille politique, la Droite et le Centre. Ceci est en cours. De ce que je connais de cette plateforme, rien ne me choque a priori».
Quant à sanctionner les personnalités LR qui veulent travailler avec Macron, Alain Juppé demande de la souplesse: «il vaut mieux rassembler qu'exclure. (…) L'exclusion est toujours un aveu de faiblesse. Il faut au contraire rassembler les conditions pour que tout le monde se sente bien au sein de notre famille. Il y a des problèmes, des divergences peut-être fondamentales. Il faudra les aborder sereinement le moment venu. Après les élections, le parti devra réfléchir sur son éventuelle recomposition».


Aucun commentaire: