mercredi 10 mai 2017

L’Humeur du Centriste. Lagarde, l’imposteur qui voulait parler à la place de Borloo

Jean-Christophe Lagarde
C’est devenu une bien mauvaise habitude de la part de Jean-Christophe Lagarde, parler à la place de Jean-Louis Borloo en lui prêtant des propos qui vont, étonnamment, toujours dans son sens!
Même lorsque l’ancien président et fondateur de l’UDI soutien sans réserve Emmanuel Macron pour le second tour de la présidentielle tout en lui faisant des propositions explicites de service alors qu’il n’a pipé mot sur François Fillon au premier tour, ne déclarant jamais le soutenir alors que Lagarde affirmait sans pudeur le contraire, le président actuel de la confédération «centriste» continuait à jouer sans vergogne et sans aucun mandat le rôle de porte-parole de son ancien chef.

Une imposture que même Borloo avait dénoncée en déclarant que tous ceux qui parlaient en son nom n’avaient aucune légitimité à le faire et que ce qu’ils disaient étaient des mensonges.

Des propos que, manifestement, monsieur Lagarde, n’a pas entendu, trop préoccupé de justifier sans fin et sans y parvenir, son alliance avec le candidat de droite radicale, François Fillon, sur un programme très peu centro-compatible, le tout dans une démarche uniquement électoraliste de gagner le plus de sièges possibles aux législatives en s’adossant au parti, LR, qui alors semblait devoir remporter les élections de mai et juin.

Et le voilà qui recommence dans un entretien au quotidien l’Opinion en affirmant que Jean-Louis Borloo lui a dit qu’il n’était pas candidat à la fonction de premier ministre alors même que l’on parle de ce dernier comme possible choix parmi d’autres pour ce poste.

Et, bien entendu, Lagarde s’appuie sur des conversations qu’il a eues avec Borloo, sauf qu’il n’en apporte aucune preuve comme il n’avait apporté aucune preuve de ses précédentes déclarations à propos de ce que pensait ce dernier et qui s’étaient avérées des contre-vérités honteuses pour faire en sorte que les électeurs UDI votent pour Fillon.

Or donc, avant le second tour, Lagarde disait que Borloo soutiendrait les candidats UDI aux législatives pas ceux de La république en marche (nouveau nom d’En marche!).

Sur quoi se basait-il?

Sur rien sauf sur son instinct politique qui lui faisait dire qu’Alain Juppé remporterait la primaire LR puis la présidentielle puis que ce serait François Fillon qui serait président de la république avant de lui demander de se retirer parce qu’il ne pouvait pas gagner l’élection puis de prétendre qu’il serait présent au second tour qu’il remporterait.

Quelle science électorale, ce Lagarde!

Au-delà des retournements de veste, il a prédit avant le 7 mai que «voter Macron ne signifie pas que l’on devient macroniste le lendemain. Les électeurs qui ont voté Chirac en 2002 n’ont pas adhéré au RPR après le second tour. (…) Les législatives sont loin d’être jouées. Le débat qui n’a pas eu lieu à la présidentielle se déroulera aux législatives. Et les électeurs qui ont choisi Macron, un peu par défaut et sans être d’accord avec son programme, feront un tout autre choix aux législatives».

Vu ces précédentes prédictions, on attendra plutôt les résultats du vote des Français…

Depuis la victoire d’Emmanuel Macron, le président de l’UDI affirme qu’il y a un nouveau programme LR-UDI qui est «plus ambitieux, plus équitable» (donc, celui d’avant ne l’était pas assez, ce qui ne l’avait pas empêché de le déclarer totalement centro-compatible).

En outre, il ne voit pas – et il est bien le seul – de ralliements de membres de l’UDI à Macron, déclarant de manière impudique et grotesque que «ce n’est pas parce qu’il y a une élection, ce n’est pas parce qu’il y a des postes à distribuer qu’on doit changer d’idée, de valeurs, de projet», alors même que c’est ce qu’il a fait en s’alliant avec Fillon!

Le ridicule ne tue pas mais vu le personnage on aimerait bien que cela tue certaines carrières politiques.

Le Centre et le Centrisme méritent mieux que des bouffons irresponsables de ce style.

Les législatives permettent d’espérer que ceux-ci seront définitivement emportés par une nouvelle vague politique.



Centristement votre.



Le Centriste




Aucun commentaire: