mardi 25 septembre 2018

Actualités du Centre. Jean Arthuis quitte l’Alliance centriste

Jean Arthuis
Jean Arthuis, député européen, ancien ministre d’Alain Juppé, vient de décider de quitter l’Alliance centriste, parti qu’il avait créé en juin 2009 et dont il était encore le président d’honneur, pour rejoindre La république en marche.
L’information principale, pour certains, sera d’apprendre que l’Alliance centriste existait encore et, pour beaucoup, qu’un parti avec ce nom là existait tout court!
Il faut dire que, d’une part, l’existence actuelle de l’Alliance centriste est plus que confidentielle (la dernière «actualité» du site du parti remonte à janvier dernier avec les vœux de… Jean Arthuis!).
De même, au cours de ses années d’existence, la formation centriste n’a jamais réussi à réellement être autre chose qu’un lieu où se retrouvaient quelques élus (surtout des sénateurs) et une poignée de militants.
Or, l’ambition de départ était d’être l’outil de la refondation d’un centre uni alors même que l’UDF avait implosée en deux temps avec, d’abord, le départ d’une partie de ses membres à l’UMP en 2002 puis lors de la scission qui suivit la présidentielle de 2007 avec la création du Mouvement démocrate et du Nouveau centre.
Lorsqu’Emmanuel Macron décida de se présenter à la présidentielle, le premier centriste à rallier sa candidature fut Jean Arthuis.
L’alliance centriste le rejoignit ensuite et fait partie de la majorité présidentielle de facto.
Mais cette nouvelle phase n’a pas donné plus de visibilité politico-médiatique à cette dernière et Arthuis fut bien mal récompensé par Macron par son ralliement qui incita d’autres à le suivre (comme, par exemple, François Bayrou…).
Il faut dire que la faiblesse de l’Alliance centriste ne donnait guère de poids à Arthuis pour réclamer autre chose que des miettes.
Ajoutons que le départ du président d’honneur se fait sur une sombre histoire de querelle de pouvoir entre lui et celui qui le remplaça à la tête de la formation avec sa bénédiction, le député du Tarn, Philippe Folliot, dont on se rappelle qu’il s’est présenté à l’élection au perchoir de l’Assemblée nationale lors de la primaire organisée par LREM où il a recueilli quatre voix…).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire