mardi 25 septembre 2018

Actualités du Centre. Les centristes britanniques veulent fédérer les modérés de tous bords pour lutter contre l’illibéralisme

Vincent Cabe
Lors de son discours de clôture de la conférence des Lib Dems qu’il préside, Vincent Cabe a demandé aux membres du parti centriste britannique réunis à Brighton de se mobiliser pour faire échec au «cauchemar du Brexit» et, plus largement, à «prendre la tête d’un mouvement de résistance aux forces illibérales» qui fleurissent de par le monde.
Pour parvenir à ses fins, Cabe souhaite que les Lib Dems deviennent le noyau actif d’une «croisade» qui fédérerait les modérés de tous bords afin que «nos valeurs perdurent et prennent le pas sur tous les forces coalisées contre elles».
Selon lui, les Conservateurs et les Travaillistes sont désormais phagocytés par leurs «extrêmes» qui ont changé ces «larges églises en des cultes intolérants» qui font que «ceux qui questionnent la foi ne sont plus les bienvenus»
Il veut que les Lib Dems tendent la main aux déçus des deux partis principaux au Royaume Uni.
«Laissons-les venir à nous, a-t-il déclaré, et s’ils sont trop timides pour nous rejoindre, tendons-leur la main de l’amitié».
Le président du parti centriste a aussi comparé l’ancien ministre des Affaires étrangères britannique, Boris Johnson, avec le président des Etats-Unis, Donald Trump, en disant qu’ils étaient tous deux des représentants de la «droite enragée».
De même, il a expliqué que les tenants du Brexit étaient parfaitement au courant des risques que la sortie de l’Union européenne faisait courir au pays et à son économie mais qu’ils n’étaient pas concernés par les conséquences désastreuses qui toucheraient avant tout les plus pauvres.
Après une période difficile due à leur présence au gouvernement du conservateur David Cameron où ils renoncèrent à quasiment tout leur projet politique, les Lib Dems sont en train de retrouver la confiance des électeurs centristes et modérés.
Face à la radicalisation des Travaillistes et des Conservateurs, ils espèrent avoir la possibilité de séduire tout un électorat qui n’adhère pas au populisme démagogique de Jeremy Corbyn (qui dirige le Labour) et d’une grande partie des membres des Tories.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire