vendredi 12 avril 2019

Européennes 2019. Propos centristes: Brexit, Climat, libre circulation, économie sociale de marché…

Sélection des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux à propos de l’Europe et des élections au Parlement européen du 26 mai.

Emmanuel Macron (Président de la République)
- Brexit : nous avons décidé d’accorder une extension jusqu’au 31 octobre. Pourquoi? Pour nous assurer que lorsque la prochaine Commission européenne prendra ses fonctions, nous aurons traité le sujet.
Il appartient maintenant aux Britanniques d’être clairs avec eux-mêmes et avec leur peuple.
- Comme depuis le début des négociations sur le Brexit, nous avons préservé l’unité des 27.
- Nous défendons une Europe exemplaire pour le climat. La France s’oppose au lancement d'une négociation commerciale avec les Etats-Unis qui se placent en dehors de l’Accord de Paris. Ce combat, la France ne le porte pas seule mais elle doit faire entendre sa voix dans un moment de vérité. C’est le projet européen à long terme qui est en jeu.
- La France continuera à porter haut son engagement climatique, avec des propositions concrètes : diminution des pesticides, neutralité carbone en 2050, sécurité alimentaire.

Nathalie Loiseau (LREM, tête de la liste Renaissance aux élections européennes)
- Les exigences de toujours moins de social, vous ne me trouverez jamais pour les défendre : le modèle européen c’est un modèle d’économie sociale de marché, ce n’est pas un modèle où il faut aller vers les salaires les plus bas.
- Je veux une politique féministe européenne : que sur l’équilibre des temps de vie, l’égalité salariale, les violences faites aux femmes, etc., on aligne vers le haut la réglementation de chaque pays sur celle qui fonctionne le mieux.
- On ne peut combattre efficacement les lobbys qu’au niveau européen : regardez les GAFA. La CNIL a condamné Google : 50 millions d’euros d’amende. L’amende de l’Europe c’est 13 milliards d’euros, c’est tout à fait autre chose !
- Il nous faut une force de protection sanitaire européenne pour assurer notre sécurité alimentaire.
- Nous voulons diviser par deux l’usage des pesticides d’ici 2025. Nous voulons financer par la recherche une manière de sortir de ces produits chimiques. Les agences européennes doivent être également plus transparentes.
- Sur les travailleurs détachés, nous avons gagné une première bataille. Maintenant il faut qu’à travail égal, on puisse avoir coût égal pour l’employeur et que les cotisations sociales qui sont versées soient celles du pays le plus généreux.
- Une Europe qui protège, ce n’est pas un slogan, ce sont des solutions : nous voulons un SMIC partout en Europe.

Stanislas Guerini (LREM, délégué général)
- Notre ambition c'est que la voix de la France porte à nouveau en Europe. Le 26 mai, allez voter, ne laissez pas les autres décider pour vous!
- Je suis favorable à la libre circulation, mais cela ne peut fonctionner qu'à deux conditions. 1. Défendre les frontières de l'Europe en renforçant Frontex. 2. Les membres de Schengen doivent jouer le jeu, par l'accueil de demandeurs d'asile ou en contribuant financièrement.
- Si nous voulons trouver des solutions pour la transition écologique, c’est au niveau européen que nous pourrons être les plus efficaces, en mobilisant les capitaux pour investir. Nous proposons de créer une banque européenne pour le climat.

François Bayrou (MoDem, président)
- Le nouvel accord sur le Brexit est choquant. Cette situation est une dérive.
- Je suis content que le Président de la République ait montré sa résistance à cet accord. C'est pour l'Europe une chance.
- Monsieur Trump veut que l'Europe explose et s’éparpille de toutes parts. Monsieur Poutine veut que l'Europe explose. La Chine quoi qu'en mettant les formes, rêve que l'Europe explose.
- Le non généralisé montre qu'il est impossible de sortir de l'UE, qui n'est pas que constituée par la politique mais par la vie (...) On a entendu les mensonges qui disaient «c'est facile, on va reprendre notre liberté».
- C'est choquant, pantalonesque, parce que les britanniques qui ont demandé à partir, sont sur le point de sortir, risquent de venir à l’intérieur des institutions européennes.

Jean-Christophe Lagarde (UDI, président, tête de la liste Renaissance aux élections européennes)
- Nous avons besoin d'un outil et d'une stratégie européenne commune. Google investit 27 milliards d'euros par an en R&D. Les 27 pays de l'Union 8 milliards. Comment voulez-vous développer un nouvel Airbus ou une fusée Ariane dans ces conditions?
- On entend souvent que l'Europe a permis l'entrée des migrants sur nos territoires. Mais l'Europe n'a aucune compétence en matière de migration! Nous voulons créer une police des frontières et des garde-côtes européens.
-  [Brexit] DSK a parfaitement raison. Les dirigeants européens sont devenus fous en se laissant balader, Macron a évité le pire mais n’a pas pu obtenir le meilleur.
- Il faut en Europe un Airbus du médicament et un espace commun des vaccinations.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire