samedi 18 mai 2019

Européennes 2019. Propos centristes: L’Histoire jugera les faibles vis-à-vis du nationalisme; faire résonner les voix des progressistes…

Sélection des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux à propos de l’Europe et des élections au Parlement européen du 26 mai. 

► France
● Emmanuel Macron (Président de la République)
- Je ne fais pas partie de ceux qui pensent que ce n’est pas grave si le RN est encore une fois le grand gagnant de ces élections. (…) Ils sont là. Qu’ont fait les sortants? Ils ont voté contre tous les projets que la France a défendus en Europe y compris pour nous protéger. (…) sur tous les sujets, leur bilan est catastrophique pour la France et l’Europe.
- L’Histoire nous jugera et elle jugera ceux qui ont été faibles vis-à-vis de la montée des nationalismes avec le retour des discours violents. Et je ne veux pas être de ceux qui ne se sont pas battus contre cela.
- Je crois dans une Europe forte, unie, démocratique, dans laquelle il y a des nations indépendantes et des peuples forts avec chacun leur identité
- Je vais m’impliquer en expliquant. Je pense qu’on a besoin de parler d’Europe, de parler d’Europe concrète. Je pense que dans cette campagne, il est absolument nécessaire que nous expliquions sur des sujets extrêmement concrets, sur la vie du quotidien, ce que l’Europe apporte et ce qu’elle peut apporter si nous faisons telle ou telle réforme. Si nos concitoyens estiment que l’Europe n’a rien à voir avec l’agriculture ou l’alimentation, ils se trompent. C’est par notre Europe que l’on a bâti cette souveraineté alimentaire. (…) Vouloir affaiblir voire démanteler l’Europe agricole, c’est avoir une première victime, les agriculteurs français.
- Nous sommes encore une des grandes puissances de ce monde. Moi, quand je nous regarde, quand je nous compare dans la géopolitique mondiale, le défi c’est de savoir si demain nous tiendrons tête à la Chine et aux Etats-Unis. Je pense que la meilleure solution face à l’émergence de ce duopole est d’avoir une Europe forte.
- La transformation climatique, elle ne se fera qu’au niveau européen.
- Je continuerai à m’impliquer en faisant la pédagogie de ce qu’est l’Europe, de ce que nous avons fait, de ce que je souhaite que nous puissions faire dans les prochains mois et les prochaines années.
- Plus les Français donnent de la force à la liste de la majorité présidentielle, plus ils donnent de la capacité à la France de peser en Europe

● Gouvernement
Sébastien Lecornu (ministre charge des Collectivités territoriales)
Aujourd'hui, l'Europe accompagne des centaines de projets près de chez vous. La construction européenne s'appuie sur les territoires! Montrons aux Français ce qu'ils auront à perdre s'ils choisissent ceux qui critiquent l'UE.

Sibeth Ndiaye (porteparole du Gouvernement)
Ce soir, je parle d'Europe et fait résonner la voix des progressistes pour que le 26 mai, le vote en faveur de la liste Renaissance s'impose et avec lui l'Europe sociale et protectrice que nous défendons !
C’est l'histoire de Fara. Son père est mort à la guerre. Il va réussir ses études à Dakar, puis venir à Paris et rencontrer ma mère. C’est ça l’histoire de l’Europe: la paix, la guerre, la réconciliation. Un rêve fou. C’est pour ça que je voterai Renaissance. Un vote de cœur. Mais mon vote du 26 mai, c’est aussi un vote de tête. Mon vote sera celui de la lutte contre les inégalités, de la défense de l'écologie ou encore de la régulation du numérique. Trois engagements, qui, pour qu'ils ne restent pas des rêves, se jouent en Europe avec Renaissance.

● LREM
Nathalie Loiseau (tête de la liste Renaissance aux élections européennes)
- À Pau aujourd’hui avec François Bayrou: visite d’Aeroprotec, un sous-traitant aéronautique qui compte Airbus et Safran parmi ses clients. Un beau symbole de l’Europe qui fait réussir ses territoires! Avec la liste Renaissance, nous bâtirons une politique industrielle commune.
- Il ne reste que 10 jours pour convaincre et pour mobiliser. Ne nous trompons pas, cette élection est historique. Faire gagner la liste Renaissance, c’est faire gagner la voix de la France en Europe.

Chrysoula Zacharopoulou (candidate sur la liste Renaissance)
Aujourd’hui plus que jamais, avec la montée des populismes partout dans le monde et en Europe, les droits de femmes sont menacés.

Sandro Gozzi (candidat sur la liste Renaissance)
François Mitterrand l’avait dit et c’est toujours valable: le nationalisme, c’est la guerre.

Stanislas Guerini (délégué général)
- Si nous arrivons en tête le 26 mai, nous aurons un leadership très fort en Europe. Il n’y a pas de fatalité à ce que les partis nationalistes s’imposent. J’étais en Italie dimanche; les démocrates italiens attendent beaucoup de la France et de son leadership.
- Comme l’a dit Jean-Pierre Raffarin: « dans cette élection, il faut voter pour l’équipe France ». L’équipe France, c’est la liste Renaissance.
- Depuis deux ans, le président de la République est engagé pour faire bouger les lignes en Europe. Notre liste, Renaissance, est celle qui soutient l’action d’Emmanuel Macron en Europe.

●UDI
Laurent Lafon (sénateur)
La campagne européenne se limiterait à « la liste avec la photo de Macron contre la liste avec la photo de Le Pen ». Peu importe les candidats et les programmes! C’est consternant et dangereux. A réduire la politique au culte du chef, on la réduit à peau de chagrin.

► Union européenne
● Royaume Uni
Liberal democrats
Les libéraux démocrates sont en train de grimper – les sondages électoraux européens nous montrent maintenant devant le parti travailliste Les partisans du «Remain» [demeurer dans l’UE] à travers le pays doivent savoir la vérité: un vote pour le Labour signifie partir de l’UE. Un vote pour les Liberal démocrats est un vote pour stopper le Brexit. Soutenez celui qui est maintenant le plus grand parti du «Remain».

Vincent Cabe (Liberal democrats, président)
La faiblesse du gouvernement et les hésitations du parti travailliste ont mis leurs discussions sur un terrain très fragile dès le début. Les électeurs du «Remain» [demeurer dans l’UE] ne seront pas dupes de Corbyn qui rompt maintenant les négociations [avec Theresa May]. Il veut toujours que le Brexit se produise. Chaque vote pour les Lib dems est un vote pour stopper le Brexit.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire