mercredi 25 septembre 2019

Vues du Centre. L’allergie des populistes à la loi


Par Jean-François Borrou

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Jean-François Borrou est le pseudonyme d’un journaliste proche des idées centristes.

Boris Johnson & Donald Trump au sommet de l'ONU
Trump, Johnson, Orban, Salvini, Le Pen, Mélenchon, les gilets jaunes, etc. tous les populistes ont la même caractéristique : ils s’assoient sur la loi au lieu de la respecter.
Les trois derniers épisodes mettent en scène Donald Trump et l’utilisation du gouvernement américain pour tenter de salir son principal opposant pour les présidentielles de 2020 (agissement qu’il a estimé tout à fait normal), Boris Johnson qui a fermé la Parlement britannique pour agir à sa guise en matière de Brexit et qui vient de se faire rappeler à l’ordre par les onze juges unanimes de la Cour suprême de Grande-Bretagne (ce qui ne l’a pas empêché de critiquer la décision), Jean-Luc Mélenchon qui s’est opposé physiquement et verbalement à une décision de justice – une perquisition dans une affaire de détournements de fonds – et qui est jugé pour cela en correctionnelle (d’après lui un «procès politique» dont il serait la victime).
Cette allergie des populistes à l’état de droit et à la volonté d’instrumentaliser la règle juridique à leur profit quand ils le peuvent et à la dénoncer avec virulence quand elle ne les sert pas, montre plus que tout autre de leurs comportements, leur irrespect des valeurs démocratiques et républicaines que justement l’état de droit garanti à tous les citoyens contre les agissements de ceux qui se croient au-dessus des lois ou hors de celles-ci.
Ce n’est évidemment pas la vision des centristes pour qui l’état de droit est incontournable dans nos sociétés pour qu’elles soient libres et sûres et pour que tous les citoyens soient égaux.
Car les populistes ont une fâcheuse tendance à se croire plus égaux que les autres!
Pour eux, la loi n’est qu’un outil politique qui n’a d’intérêts que lorsqu’il les aide dans leurs desseins et qui doit être écarté quand il leur interdit leur malhonnêteté.
En cela, ils sont proches de tous les autocrates et dictateurs qui créent leurs propres règles tout en ne s’interdisant pas, d’ailleurs, de les violer quand elles les brident dans leur scélératesse…
Il peut paraître séduisant, voire enivrant, pour ceux qui suivent les populistes démagogues de se croire aussi au-dessus des lois, c’est-à-dire au-dessus des autres.
C’est d’ailleurs ce qui fait le succès des régimes totalitaires dont les «élites», les «élus» ne sont pas assujettis aux mêmes règles que la «masse».
La tendance populiste actuelle dans les démocraties occidentales a de quoi inquiéter dans sa réécriture du cadre du vivre ensemble.
Comment ne pas être interdit et inquiet face aux réactions des fans de Trump mais aussi des élus républicains qui applaudissent aux actes illégaux à répétition du président des Etats-Unis.
Parce que, même s’il est chassé du pouvoir, cela ne signifiera pas qu’aux Etats-Unis mais aussi dans tous les autres pays démocratiques, cette montée populiste se tarira et que l’irrespect de l’état de droit et du cadre juridique qui protège des citoyens contre les actes délictueux soient attaqués et transgressés sans cesse.
Jusqu’au jour où ils n’existeront plus et que nous serons tombés dans le totalitarisme.

Jean-François Borrou



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire