lundi 9 décembre 2019

Présidentielle USA 2020. Hillary Clinton espère que, cette fois, Sanders ne fera pas battre le candidat démocrate

Sanders et Clinton en 2016
Tout le monde sait que le soutien apporté par Bernie Sanders à Hillary Clinton lors de la présidentielle de 2016 n’en était pas vraiment un et que celui-ci a été fait du bout des lèvres incitant une partie des Américains situés à gauche de l’échiquier politique (dont certains membres du Parti démocrate) à ne pas se déplacer lors du scrutin pour voter pour la centriste et de permettre ainsi à Donald Trump de l’emporter.
Une responsabilité que le sénateur socialiste – non membre du Parti démocrate – du Vermont a toujours niée même si les faits et les chiffres disent le contraire.

Comme l’écrivait alors le site internet de CNN lors de la cérémonie officielle du soutien de Sanders à Clinton:

«Il semblait y avoir peu de chimie naturelle entre Clinton et Sanders et leur langage corporel était remarquablement rigide. Les deux ont évité tout contact physique après avoir d'abord marché ensemble sur scène, et Sanders, dans son discours de 30 minutes, a mentionné Clinton à plusieurs reprises par son nom sans reconnaître qu'elle se tenait à côté de lui en le regardant. Après avoir conclu son discours, Sanders semblait parti pour une simple poignée de main que Clinton ignora en lui ouvrant les bras et en lui offrant, au lieu de cela, une accolade.»

Récemment, lors d’une interview avec la star de la radio américaine, Howard Stern, Hillary Clinton est revenue sur cet épisode de la présidentielle d’alors.

Elle a expliqué que Bernie Sanders ne l’avait pas soutenu comme il le fallait et que c’était un des éléments de sa défaite.

Tout en ajoutant qu’elle ne «détestait personne» et qu’elle avait été «déçue» par le sénateur du Vermont, elle a ainsi déclaré:

«Il m'a fait du mal, il n'y a aucun doute là-dessus, et j'espère qu'il ne le refera pas à quiconque obtiendra la nomination [pour 2020]. Une fois suffit.»

Ceci a évidemment fait réagir Sanders qui est à nouveau candidat à l’investiture démocrate pour la prochaine présidentielle qui a, de nouveau, réfuté ces accusations.

Cependant, cette éventualité existe bien car les propos du socialiste depuis quatre ans se sont radicalisés et il pourrait agir de même si le candidat désigné était centriste comme JoeBiden, Amy Klobuchar et évidemment Michael Bloomberg qu’il a déjà vertement critiqué, lu déniant la légitimité même de se présenter parce qu’en tant que milliardaire, on ne pouvait pas le laisser «acheter» l’élection…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire