samedi 2 janvier 2021

Vues du Centre. Etats-Unis – Le Parti républicain de la honte

Par Aris de Hesselin

A quelques jours de la certification des résultats par le Congrès du vote des grands électeurs puis de la prise de fonction du centriste Joe Biden en tant que nouveau président des Etats-Unis, une part importante des élus du Parti républicain à la Chambre des représentants et au Sénat veulent encore inverser les résultats d’une élection populaire et comptent s’opposer à la volonté des Américains.

Ainsi, par exemple, douze sénateurs dont beaucoup élus lors du scrutin de novembre dernier demandent son annulation mais seulement pour l’élection de Biden mais pas la leur!

C’est une véritable honte pour un parti qui a de moins en moins à voir avec la république malgré son appellation et avec la démocratie.

Il faut se rendre compte de ce que cela signifie de faire barrage à un processus démocratique qui est en place depuis près de 250 ans.

Il faut se rendre compte que c’est le parti fondé entre autres par Abraham Lincoln qui s’est battu lors de la Guerre de sécession pour que la démocratie continue à vivre sur terre (les Etats-Unis étaient alors la seule nation démocratique) et pour en finir avec l’esclavage (la plupart des républicains aujourd’hui luttent pour empêcher les noirs de voter) qui est en train de se battre pour ce qu’il faut bien appeler une dictature puisqu’il s’agit, ni plus, ni moins, de déclarer vainqueur un candidat qui a perdu l’élection présidentielle par plus de sept millions de voix et qui compte près de cent grands électeurs de moins que son concurrent et réel gagnant.

Du jamais vu!

Et cette honte que l’on éprouve pour eux et pour ce parti, ils n’en ont, eux, aucune et se gargarise de leur soi-disant légitimité à agir.

Pendant ce temps, des milliers d’Américains meurent chaque jour de la covid19, des millions n’ont pas de quoi se payer à manger et font la queue devant les banques alimentaires et le pays s’enfonce dans une crise économique sans qu’ils ne s’en émeuvent outre mesure.

Oui, c’est bien de honte dont il faut parler.

D’autant que des individus perturbés et violents n’attendent que ce genre de signal pour tenter de prendre les armes et provoquer un chaos.

Mais le comportement des républicains n’est pas récent et n’est pas essentiellement de la responsabilité de Trump – qui, évidemment les encourage à agir.

Si l’on en arrive à cette situation aujourd’hui, c’est que cela fait depuis des années que le Parti républicain dénie toute légitimité aux démocrates élus, qu’il sabote toutes les règles et les principes démocratiques et qu’il soutient les groupes les plus abjectes comme les suprémacistes, le Tea Party et autres évangélistes réactionnaires sans oublier ces milices armées qui veulent en découdre avec tous ceux qui ne sont pas d’accord avec eux.

Oui, c’est bien de parti de la honte qu’il faut parler parce qu’il faut appeler un chat, un chat.

Il est temps de se rendre compte du danger que représente désormais le Parti républicain pour la démocratie et faire en sorte de mettre en place toutes les digues possibles pour l’empêcher de transformer la plus vieille démocratie du monde en un régime autoritaire de la pire espèce.

Parce qu’il ne faut pas se leurrer, Trump parti, il restera à Washington nombre de ses clones et de ses fans qui n’auront de cesse de subvertir le régime démocratique.

Et si on les laisse faire, des jours sombres se préparent outre-Atlantique.

Aris de Hesselin

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Aris de Hesselin est un avocat international, centriste et un européen, défenseur d’une mondialisation humaniste

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.