lundi 21 janvier 2008

Le Centrisme en 2008. Entre espoirs et craintes

Que réserve donc cette année 2008 au Centre et au Centrisme ? De bonnes choses, si l’on se réfère à la présidentielle américaine qui se jouera au centre après les années « extrémistes » de George W. Bush et dont les favoris sont deux centristes, Hillary Clinton et Barack Obama. Des moins bonnes, si l’on regarde la scène politique française avec un Centrisme de plus en plus divisé avec le Nouveau Centre, le Mouvement démocrate, le nouveau « forum d’action » de Jean-Marie Cavada, Avenir démocrate, l’UDF des centristes du Sénat sans oublier les nouvelles formations des socio-démocrates du gouvernement, Eric Besson et Jean-Marie Bockel, mais aussi les deux partis radicaux de Jean-Louis Borloo et Hean-Michel Baylet, qui se sont repositionnés tactiquement au centre après le bon score de François Bayrou aux présidentielles de 2007.
Les espoirs sont ceux qui viennent avant tout des Etats-Unis qui va tourner la page des années Bush où le pouvoir appartint tant aux évangélistes et aux « neocons » qu’aux cyniques style Cheney plus préoccupés par les profits des multinationales dont évidemment les compagnies pétrolières que par le bien-être de leurs concitoyens. Une coalition hétéroclite qui même si ces membres n’avaient pas une vision identique de l’Amérique, avaient comme but premier de détricoter toute la législation sociale et libérale au niveau des mœurs des années Roosevelt, Truman, Kennedy et Johnson. Les américains veulent maintenant recentrer leur pays d’autant qu’avec la guerre en Irak, les problèmes se nomment économie avec l’emploi et l’inflation et social avec la mise en place d’une assurance médicale nationale digne de ce nom. Un recentrage qui devrait bénéficier au Parti démocrate puisque les deux vrais centristes en course pour la présidentielle du 4 novembre prochain sont Hillary Clinton et Barack Obama, ce dernier voulant une Amérique où l’on peut sublimer les intérêts partisans. Le Centre pourrait même être représenté en tant que tel à l’élection si le maire de New York, Michael Bloomberg (qui après avoir été démocrate est devenu républicain avant de devenir indépendant !), se lançait dans la course, ce qui est loin d’être encore exclu d’autant qu’il bénéficierait sûrement du soutien du gouverneur de la Californie, Arnold Schwarzenegger, autre centriste déclaré, qui a refusé d’apporter son soutien à un candidat du Parti républicain dont il est pourtant membre même s’il gouverne avec les Démocrates dans son Etat. Et de plus en plus d’hommes et de femmes politiques réfléchissent à la création d’un troisième parti au centre de l’échiquier politique.
D’autres espoirs viennent de l’Europe avec un recentrage certain d’Angela Merkel, la chancelière allemande, qui a tenu récemment à rappeler les racines centristes de son parti, la démocratie chrétienne. De même, la Grande Bretagne compte deux centristes comme candidats au poste de Premier ministre : Gordon Brown, l’actuel locataire du 10 Downing Street et son concurrent du Parti conservateur, David Cameron. Bien sûr, les élections ne sont pas prévues cette année mais pourraient néanmoins avoir lieu si les problèmes rencontrés actuellement par le gouvernement du New Labour persistaient.
Les craintes viennent avant tout de France. Un an après l’élection présidentielle, les belles promesses du Centrisme semblent s’être évaporées dans un méli-mélo de partis, d’ambitions et d’irresponsabilité. Les prochaines élections municipales s’annoncent à haut risque pour les centristes divisés en plusieurs familles dont, bien entendu, le Nouveau Centre et le Mouvement démocrate. S’il sera difficile d’évaluer la force du premier qui fera des listes communes avec l’UMP un peu partout (tout au moins là où on voudra de lui), celle du second risque d’être une douche froide pour celui-ci. Les défections n’ont pas manqué et risquent de continuer dans les mois qui viennent faisant revenir les centristes aux pires heures de la fin des années 1960 et du début des années 1970 lorsqu’ils étaient divisés et laminés avant de connaître un come back avec l’élection de Valéry Giscard d’Estaing. François Bayrou qui se verrait bien comme son successeur après l’avoir trahi – comme Sarkozy l’a fait avec Chirac – va devoir montrer une capacité à encaisser les coups et à rebondir s’il veut toujours pouvoir se raccrocher à son rêve obsessionnel, devenir président de la république. Ce rêve pourrait d’ailleurs bien passer par un abandon progressif de ses positions centristes pour « évoluer » vers la social-démocratie (rappelons que pendant la campagne il a clairement affirmé que le Mouvement démocrate devait être un parti social-démocrate) pour récupérer les votes des socialistes. Une stratégie mis en œuvre voilà 35 ans par… François Mitterrand dont François Bayrou est un fan à défaut d’en avoir le charisme et, peut-être, espérons-le, l’amoralité politique.
L’année 2008 devrait également être difficile pour les centristes italiens dont la coalition gouvernementale ne tient que par une voix de majorité au Sénat et alors qu’une des petites formations centristes vient de quitter cette coalition après la mise en cause judiciaire de son président et ministre des affaires étrangères. En Belgique, les centristes seront au centre ( !) de toutes les tractations politiques pour former un gouvernement mais cette position pourra également faire d’eux les fossoyeurs d’un pays qui, rappelons-le ici, n’est né que de la volonté des grandes puissances européennes de ne pas voir les Belges rejoindre la France lors de leur accession à l’indépendance après leur révolution. S’il existe sûrement une « conscience belge » après plus de cent cinquante ans d’existence du pays, celle-ci ne peut néanmoins se prévaloir de puiser ses racines au fin fond de l’Histoire. Reste que l’on comprend aisément pourquoi tous les pays européens ont une peur terrible d’une possible partition du pays par rapport à leurs propres problèmes intérieurs mais aussi en référence à ce qui se passe dans les Balkans depuis vingt ans.
*Et de ce point de vue, le Centrisme européen devra continuer à faire vivre l’idée d’Europe qui devient de moins en moins lisible. Si les grands idéaux semblent morts pour l’instant, il ne faut pas que l’union économique et la paix (seule raison de l’entrée en masse des douze derniers pays pour éviter de « nouvelles yougouslavies ») soient remises en cause. Et les partis centristes de tous les pays européens ont, au moins, cette cause commune à défendre. Et ce n’est pas rien.


Aucun commentaire: