mardi 9 décembre 2008

Actualités – France

Dans son texte d’orientation politique, le PS exclut une alliance avec le Mouvement démocrate


Le "texte d'orientation politique 2008-2011" approuvé par le nouveau conseil national du Parti socialiste fait de "l'ancrage à gauche" et du "renouvellement" la feuille de route du principal parti d'opposition pour les trois ans qui viennent, et exclut toute alliance avec le Mouvement démocrate de François Bayrou. Signé par Martine Aubry et par ses alliés Bertrand Delanoë et Benoît Hamon, ce texte élaboré sans le courant de Ségolène Royal tient lieu de ligne politique après l'échec du congrès de Reims à la mi-novembre. Les socialistes n'étaient alors pas parvenus à constituer une majorité pour diriger le parti pour les trois années qui viennent. Long de neuf pages, le texte est un compromis laborieusement négocié entre les motions Aubry, Delanoë et Hamon. Il insiste sur ce qui constitue le ciment de la nouvelle majorité: une conception du parti à l'opposé du "parti de masse" et présidentialisé prôné par Ségolène Royal. "Nous n'admettons pas de voir notre parti se transformer progressivement en un parti au service d'une candidature", lit-on notamment dans le texte. Le texte propose de "faire renaître le Parti socialiste" par "un parti plus nombreux, beaucoup plus présent dans la société, beaucoup plus influent intellectuellement". Mais il refuse l'adhésion à 20 euros défendue par Ségolène Royal. Pour préparer la présidentielle de 2012, le texte évoque un programme de travail ponctué de "grands rendez-vous donnant la parole aux militants" sur la réponse à la crise, le modèle de développement, la rénovation du parti ou le projet de société. Dans le même temps, le texte d'orientation défend un PS "solidement campé sur ses valeurs de toujours". Dans cet esprit, il exclut toute alliance du PS avec le Mouvement démocrate de François Bayrou. Le congrès de Reims "a affirmé clairement que notre stratégie est celle du rassemblement de la gauche et que nous refusons toute alliance avec le MoDem, qui prône aujourd'hui une politique économique et sociale qui se situe aux antipodes de nos orientations", dit la déclaration. Cette phrase a été accueillie comme une provocation par les amis de Ségolène Royal, qui avait proposé à Reims de faire voter les militants sur cette question des alliances.

Aucun commentaire: