jeudi 22 janvier 2009

Une semaine en centrisme. L’envie et la peur de se compter

-->
Pendant que François Bayrou et le Mouvement démocrate n’attendent qu’une chose, compter leurs voix aux élections européennes, Hervé Morin et le Nouveau Centre préfèrent s’allier prudemment avec l’UMP pour éviter de le faire… On pourrait en conclure qu’il y a d’un côté le courage politique et de l’autre une certaine démission devant l’obstacle. Même si cela n’est pas totalement faux, il ne faut pas oublier, à la fois, le statut des deux formations centristes rivales et leurs ambitions politiques. Du côté de François Bayrou, la stratégie politique de la traversée du désert a été actée (non pas par son parti mais par lui et quelques conseillers) pour le faire ressortir comme l’opposant à la mode Mitterrand qui aura, en fin de compte, raison et ramassera la mise. Dès lors, la décision d’y aller seul aux élections législatives a été un naufrage pour le Mouvement démocrate avec seulement deux élus mais avait un sens. Pour les élections européennes, l’absence d’enjeu, la possibilité de sanctionner le parti majoritaire mais aussi le principal parti d’opposition donne à François Bayrou et à sa formation la possibilité de faire son meilleur score comme cela avait été le cas en 2004 pour l’UDF de l’ère Bayrou et redonne une crédibilité à la stratégie de la traversée du désert. Evidemment, la stratégie du Nouveau Centre est diamétralement opposée pour les mêmes raisons qui poussent le Mouvement démocrate à y aller seul. Faisant partie de la majorité présidentielle, il s’attend à être sanctionné aux européennes pour raison de présence au gouvernement alors qu’il avait magnifiquement tiré son épingle du jeu aux législatives qui avaient suivi la présidentielle de 2007 en s’alliant avec l’UMP et en bénéficiant de la vague qui avait porté Nicolas Sarkozy à l’Elysée. De même, sa jeunesse (le Mouvement démocrate est tout aussi neuf mais héritier direct de l’UDF au moins au niveau des structures et de son organisation) et sa difficulté à pouvoir développer un message original face au grand frère de droite ne lui permet pas d’affirmer une spécificité qui lui donnerait une visibilité électorale pour une telle élection à la proportionnelle. Reste que tout parti politique a vocation à se compter un jour ou l’autre. Au-delà de la posture du splendide isolement et de la contestation à tout crin, François Bayrou sait bien qu’exister sans l’appui des autres lui apporte une stature politique sans nulle pareille. Dès lors, le Nouveau centre et son président, Hervé Morin, n’auront guère le choix. A un moment ou un autre le parti centriste devra se compter pour devenir une formation politique crédible et porteuse d’un message original et non un simple satellite du parti majoritaire. C’est d’ailleurs une des raisons qui avaient amené à la création de l’UDF regroupant plusieurs formations de centre-droit face à un UDR puis à un RPR hégémoniques. L’histoire du Centre semble être un éternel recommencement…
Jean-Louis Pommery
Directeur des études du CREC

Aucun commentaire: