lundi 31 août 2009

Actualités – France – Le Nouveau Centre veut réunir tous les centristes et concurrencer l’Alliance centriste

Le virage à gauche du Mouvement démocrate devenant de plus en plus une évidence selon les responsables du Nouveau Centre, ceux-ci veulent désormais faire de leur parti le pôle de rassemblement de tous les centristes. Comme l’a indiqué récemment Hervé Morin, le président du Nouveau Centre, celui-ci veut apparaître comme l’UDF d’aujourd’hui quitte à marcher sur les plates-bandes de Jean Arthuis et de son nouveau parti, l’Alliance centriste. Car les buts des deux formations politiques sont désormais presque identiques et le silence de Jean Arthuis et des responsables de sa formation ces derniers jours laisse le terrain libre au Nouveau Centre et va certainement compliquer sa visibilité politique. «Nous avons construit le Nouveau Centre à partir d'une idée simple; faire renaître l'UDF et ses valeurs abandonnées par François Bayrou entre les deux tours à l'élection présidentielle de 2007. Aujourd'hui, le passage à gauche du MoDem valide notre démarche», avait ainsi expliqué dans les colonnes du Figaro, Hervé Morin.

Du coup, lors des universités d’été du Nouveau Centre à Agen ce week-end, tous les responsables du parti sont montés au créneau pour affirmer que les masques étaient tombés, que le Mouvement démocrate étaient un parti de gauche après la main tendue par Marielle de Sarnez, bras droit de François Bayrou, aux socialistes et que le Nouveau Centre était désormais le seul qui pouvait réunir tous ceux qui se sentent du Centre, des Radicaux de gauche aux militants du Mouvement démocrate en passant par ceux, évidemment, de l’Alliance centriste. Ainsi, Jean-Christophe Lagarde, numéro deux du parti a déclaré que la réunification de la famille centriste pourrait se réaliser dans l’année à venir «sous la forme d’une nouvelle formation ou, pourquoi pas, d’une confédération». Jean Arthuis, présent à ces universités d’été a dit à peu près la même chose, ajoutant tout de même que cette nouvelle structure devait être «indépendante», c’est-à-dire non-inféodée à l’UMP et présente à toutes les élections comme les prochaines régionales, ce qui ne semble pas être la position d’Hervé Morin qui a renvoyé l’indépendance du Centre aux prochaines élections présidentielles. C’est sur cette «petite» différence que la tâche de la réunification sera sans doute plus difficile qu’elle n’en a l’air…

Aucun commentaire: