samedi 26 septembre 2015

Une Semaine en Centrisme. MoDem – Le virage à droite en phase terminale

Avec son ralliement presque acté à la grande majorité des listes LR-UDI pour les régionales, le Mouvement démocrate de François Bayrou vient de franchir un nouveau pas décisif dans son ralliement au pôle de droite.
Créé en 2007, comme son peu illustre devancier, le Mouvement des démocrates, fondé en 1972 par Michel Jobert (1921-2002), ancien ministre des affaires étrangères de George Pompidou, le parti voulait se trouver «ailleurs», en dehors des clivages gauche-droite.
Surtout, comme son prédécesseur, il avait été créé pour soutenir l’ambition d’un homme, ici François Bayrou, là Michel Jobert.
Un François Bayrou qui sortait gonflé à bloc des présidentielles de 2007 avec un score de 18,57% des voix et une troisième place qui pour lui en valait la première, annonçant, dans son esprit, des lendemains en fanfare d’autant qu’il estimait qu’il aurait du figurer au second tour.
La formation que Bayrou venait de fonder en sabordant l’UDF, ne se voulait pas centriste car elle voulait dépasser cette étiquette et toutes les autres étiquettes politiques.
En déclarant que le mot centriste ne faisait pas partie de son vocabulaire, son président permettait à nombre de ses électeurs de centre-gauche, voire de gauche, de la présidentielle d’adhérer nombreux à ce qui devenait rapidement le MoDem dans une volonté de l’ancrer dans la modernité de l’époque.
Cependant, dès le départ, le fondement même de l’existence du parti était de permettre à François Bayrou de devenir président en 2012.
Dès lors, le positionnement du Mouvement démocrate navigua sans cesse par rapport aux prises de position de son leader, ce qui faisait que son identité politique a toujours été peu compréhensible.
Lors des premières années, le temps de se prendre des vestes à toutes les élections, le MoDem fut dans cet ailleurs indéfinissable mais qui permettait à Bayrou d’exister politiquement et de construire patiemment sa stratégie, son image et sa stature d’homme d’Etat pour 2012.
La stratégie en question était, à partir de sa base de centristes fidèles malgré ses écarts de plus en plus nombreux vers la gauche, de se présenter comme un De Gaulle moderne le mieux à même de créer les conditions d’une vaste union nationale, un thème déjà présent en 2007 et indispensable pour faire de Bayrou un candidat crédible lui qui n’avait que quelques élus pour le soutenir.
Pour la présidentielle de 2012, François Bayrou fut donc un candidat plutôt de gauche, surtout antisarkozyste et professant une large union de tous les partis français à l’exception du Front national.
Le résultat ne fut pas à la hauteur de ses attentes.
Ni le soutien accordé à François Hollande au second tour qui ne se concrétisa en aucune alliance avec le nouveau pouvoir.
Et le Mouvement démocrate ne put faire élire que trois députés aux législatives qui suivirent dont deux partirent rapidement sous d’’autres cieux.
Sans mandat électif, avec un parti peau de chagrin au niveau des élus et des militants de moins en moins nombreux et, surtout, déboussolés mais tout de même fidèles au chef, l’heure fut alors à l’introspection.
Celle-ci, assez rapide et sans doute peu profonde, aboutit au rapprochement d’abord avec l’UDI de Jean-Louis Borloo pour avoir quelques députés européens sous l’étiquette L’Alternative puis à celui avec l’UMP (désormais Les républicains) nonobstant la présence de Sarkozy à sa tête, pour les municipales.
Cela s’accompagna d’une hargne vis-à-vis de François Hollande et du Parti socialiste, semblable à celle qui avait cours au MoDem vis-à-vis de Nicolas Sarkozy et de l’UMP entre 2007 et 2012, provoquant le départ de l’«aile gauche» du parti.
L’élection de François Bayrou à la mairie de Pau en 2014 était un des jalons de la route qui devait mener le MoDem à droite de l’échiquier politique, une première pour le parti mais pas pour son leader.
Et les élections régionales de décembre prochain achèveront pratiquement ce retournement politique qui aurait sans doute était plus rapide et sans condition si Alain Juppé avait été président de LR et non Nicolas Sarkozy.
Nombre de personnes se demandent comment le MoDem peut encore exister et s’il ne va pas imploser après tant de zigzags.
En réalité, ils n’ont pas compris qu’il fait partie de cette catégorie de formation qui n’existe que par un soutien à son chef avec une dévotion parfois religieuse à celui-ci.
Dans le paysage politique français, seul le Front national à l’époque de Jean-Marie Le Pen est autant identifié que le Mouvement démocrate à son chef.
Cela ne signifie pas que le virage à droite se fait sans accros ou que les électeurs goberont en masse ce que l’on peut qualifier d’opportunisme, en tout cas de stratégie uniquement dédiée à l’ambition d’un homme qui ne s’embarrasse pas de logique pour construire son destin dont il espère encore qu’il le mènera dans le fauteuil de l’Elysée.
Reste donc que le MoDem, jusqu’à la présidentielle de 2017 sera de droite.
A ce moment, sans doute, pour la campagne électorale de Bayrou reviendra-t-il vers son idée de rassemblement national à la sauce gaulliste.
Déjà, le président du Mouvement démocrate, persuadé que Juppé ne peut-être le candidat de LR, teste ses nouveaux slogans, parlant de «reconstruction» et de la France comme «une entité de rassemblement».
Quoi qu’il en soit, la seule chose sûre en la matière est que le Mouvement démocrate n’existe que par son chef et ne se détermine politiquement que par lui.
Vouloir comprendre son fonctionnement et son positionnement autrement est peine perdue.
C’est pourquoi, aussi, ce virage à droite tactique n’est-il que temporaire jusqu’à un recentrage tout aussi tactique.
Alexandre Vatimbella
Directeur du CREC
Jean-Louis Pommery
Directeur des études du CREC



2 commentaires:

Centriloque a dit…

Bonjour,
Il est vrai que la stratégie électorale de Bayrou depuis 2007 est incompréhensible pour les Français, et que le Mouvement Démocrate peine à devenir autre chose qu'un simple "fan club" de Bayrou. Cela dit, j'ajouterai deux petites remarques à votre analyse très sévère.
1) Malgré la versatilité apparente de ce parti et de son leader, on peut tout de même reconnaître au MoDem une certaine cohérence programmatique. Ce parti met en avant les mêmes thèmes et les mêmes propositions depuis 2007, sur les institutions, l'emploi, le développement durable, l'Europe, l'éducation, etc.
2) Le grand drame de Bayrou, c'est le scrutin majoritaire à deux tours, qui accentue la bipolarisation et oblige tous les petits partis à choisir leur camp. Bayrou a tenté de s'affranchir de la logique bipolaire, et l'a payé très cher. Pour sortir de l'isolement, il a donc opéré un rapprochement avec l'UDI en 2013 (en vue des européennes), puis avec l'UMP en 2014 (en vue des municipales), ce qui a froissé les électeurs de centre-gauche qui avaient fait confiance à Bayrou en 2007.
Cordialement.

Marie-Anne Kraft a dit…

Il y a 2 manières d'analyser le positionnement politique :
1- la vision purement politicienne,avec la référence gauche/droite immuable bien qu'artificielle, opportuniste (but=arriver au pouvoir, avoir des mandats) ;
2- la vision "projet", "valeurs" à défendre, cap à donner pour le pays.
Vous raisonnez selon la première logique alors que Bayrou et le MoDem raisonnent selon la 2ème, en gardant bien une ligne constante sur le contenu, le cap souhaité pour le pays, la méthode.
Ce qui peut paraître logique sur une vision peut parfois être déroutant sur l'autre vision.