jeudi 5 mai 2016

Présidentielle USA 2016. Sondage: Clinton à 54%, Trump à 41%

Donald Trump versus Hillary Clinton
La victoire de Donald Trump à la primaire de l’Indiana le 3 mai et le retrait, dans la foulée, des candidatures de Ted Cruz et de John Kasich, font du promoteur newyorkais le candidat officiel du Parti républicain à l’élection du 8 novembre.
Du côté démocrate, Hillary Clinton, même si elle a perdu la primaire du même Etat face à Bernie Sanders, ne peut quasiment plus être rattrapée par ce dernier et sera la candidate du Parti démocrate.
Dès lors, la campagne pour la présidence américaine commence réellement maintenant comme l’a affirmé Trump, lui qui a déjà attaqué Clinton avec les mêmes insultes qu’il avait utilisé pour ses compétiteurs républicains.
Dans cette optique, les sondages sur le prochain hôte de la Maison blanche commencent à avoir du sens.
Ainsi, un sondage publié le 4 mai par CNN donne à Hillary Clinton une avance de 13 points sur Donald Trump, 54% contre 41%.
Il est à noter que jusqu’à présent tous les sondages des instituts sérieux et non-partisans qui ont porté sur un duel entre la centriste et le démagogue populiste ont tous donné Clinton gagnante, souvent largement.
Mais il reste six mois avant le scrutin et il peut se passer tant d’événements et de retournements de situation que la victoire d’Hillary Clinton est loin d’être assurée en novembre.
On a vu des candidats ayant une avance encore plus grande, s’effondrer et être largement battus par leurs challengers.
Pour autant, toutes les conditions sont réunies, a priori, pour qu’Hillary Clinton soit la première femme présidente des Etats-Unis.
Il faut rappeler, en effet, que la démographie et la carte électorale favorise désormais tout candidat démocrate à la présidentielle quel qu’il soit.
Pour inverser la tendance, un candidat républicain doit être capable d’attirer à lui une part non-négligeable de l’électorat afro-américain et latino ainsi que des groupes ethniques autres que les blancs, sans oublier de séduire une partie importante des femmes et des ménages de la classe moyenne.
Or, dans tous ces groupes, sauf peut-être les hommes de la classe moyenne, Donald Trump fait des mauvais scores voire exécrables suite à ses postures agressives, ses propos injurieux et ses menaces à leur propos.
Personne ne pense aujourd’hui qu’il pourra inverser la tendance, ce qui devrait être un handicap insurmontable.
En revanche, il devrait pouvoir compter sur un large soutien du Parti républicain.
Même si une majorité du partie le rejetait jusqu’à présent, depuis sa victoire dans l’Indiana et le retrait de Cruz, nombre de déclarations montrent que les ralliements seront nombreux – même s’ils se font en se bouchant le nez – et que les déperditions de voix républicaines, voire que ces dernières aillent se porter vers Clinton seront des pratiques assez restreintes.


Alexandre Vatimbella avec l’équipe du CREC


Présidentielle USA 2016

A lire aussi :



Aucun commentaire: