jeudi 24 novembre 2016

Présidentielle USA 2016. Et si Hillary Clinton avait gagné les élections?!

Il est clair, désormais, qu’Hillary Clinton a gagné le vote populaire avec plus de deux millions de voix (l’écart croît de jour en jour).
Mais la centriste a-t-elle vraiment perdu le vote des grands électeurs qui a permis à Trump d’être, pour l’instant, le «president-elect» (président-élu)?
On savait ainsi que dans plusieurs Etats-clés (ce qui peuvent basculer d’un côté ou de l’autre et qui font l’élection), les écarts avaient été très minimes, ce qui pourrait invalider les résultats si des fraudes étaient découvertes.
Voici maintenant que plusieurs experts en sécurité informatique, se basant sur des cartes électorales, ont décelé des anomalies dans au moins trois Etats-clés de cette élection 2016, c’est-à-dire le Wisconsin, la Pennsylvanie et le Michigan, trois Etats généralement démocrates et qui ont voté majoritairement, selon les résultats officiels, pour Donald Trump, lui assurant du même coup sa victoire.
Les experts ne disent pas que des fraudes ont eu lieu mais qu’il y a une probabilité forte qu’il y en ait eu parce que les comtés où des anomalies possibles auraient pu survenir utilisent des machines électroniques et que Clinton a obtenu des scores bien plus bas que la normale.
Se basant sur leurs conclusions, nombre de démocrates avaient demandé à Hillary Clinton de demander officiellement un recomptage et une enquête dans ces trois Etats.
Mais la candidat démocrate rechigne à le faire pour ne pas apparaître comme une mauvaise perdant même si elle a remporté haut la main l’élection en terme de voix.
C’est donc la candidate écologiste, Jill Stein, qui a pris le relais en prenant soin de préciser qu’elle ne le faisait pas pour Clinton mais pour l’honnêteté de l’élection.
Elle avait lancé un appel pour réunir les fonds nécessaires à ce recomptage et elle a obtenu une somme bien plus supérieure à ce qu’il faut pour y procéder.
Les experts sont divisés sur la réalité d’une fraude même si celle-ci est possible car démontrée sur le système central des élections à Washington par un professeur de l’université du Michigan et ses étudiants en 2010.

Alexandre Vatimbella



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire