mercredi 1 mars 2017

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Non, monsieur Fillon, vous ne serez jamais le candidat du Centre

Votre future mise en examen, monsieur, Fillon et votre refus de vous retirer de la présidentielle créent une situation exceptionnelle en France et un climat délétère que, comme candidat LR, vous entretenez vous-même par votre obstination et votre incapacité à voir ce qui est bien pour votre pays ou tout simplement pour votre parti et votre courant de pensée.
C’est terrible mais, c’est vrai comme vous l’avez dit lors de votre conférence de presse, vous irez «jusqu’au bout» et personne ne peut vous empêcher d’être candidat à la présidentielle sauf les élus qui vont vous parrainer.
Mais au bout de quoi, monsieur Fillon?
Au bout du ridicule pour vous, cela vous regarde.
Au bout du ridicule pour votre parti, cela concerne vos amis.
Au bout du ridicule pour votre courant de pensée, cela concerne beaucoup plus les Français et le débat démocratique.
Au bout du ridicule pour la démocratie républicaine, cela est grave et doit être combattu par tous les Français qui se font une idée bien plus haute que vous de celle-ci.
Mais devant un homme qui a été malhonnête, qui continue à nier l’évidence, qui attaque l’état de droit et la justice, qui continue à dire des contre-vérités, une question de pose, que vont faire les centristes de l’UDI qui vous soutiennent.
Car, déjà, monsieur Fillon, vous n’étiez ou vous ne serez jamais le candidat du Centre comme vous tentez de le faire croire à chacune de vos interventions et comme vos amis le disent sans cesse.
Peut-être celui d’un petit parti s’en réclamant et encore loin de tous ses membres, sûrement de quelques politiciens opportunistes qui veulent se faire réélire mais qui ont de moins en moins à faire et à voir avec le Centre.
Et vous l’êtes d’autant moins monsieur Fillon que comme l’a si bien expliqué François Bayrou, la droiture et l’honnêteté face aux citoyens, face au pays est un principe que défend le Centrisme depuis toujours.
Parce qu’il défend la responsabilité et non l’irresponsabilité que vous avez choisie en vous cramponnant à votre candidature, au risque peut-être de faire élire Marine Le Pen.
Tous ceux qui sont les défenseurs de la démocratie républicaine libérale et représentative doivent être atterrés de votre décision de continuer.
Quant aux centristes, leur devoir est de faire en sorte que vous ne deveniez jamais président de la république.


Aucun commentaire: