vendredi 24 mars 2017

Vues du Centre – Aris de Hesselin. Comme Trump, monsieur Fillon, le scandale, c’est vous!

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Aris de Hesselin est un avocat international, centriste et un européen, défenseur d’une mondialisation humaniste. Ses propos sont les siens et non ceux du CREC.

François Fillon
On pensait que la sale campagne, celle mise en place par Donald Trump aux Etats-Unis pour la présidentielle ou par Nigel Farrage au Royaume Uni pour le Brexit serait le mode opératoire de Marine Le Pen.
On osait espérer qu’aucun candidat «républicain» ne s’abaisserait à de telles pratiques que toute la classe politique française avait dénoncé, à part Le Pen, justement, et… Sarkozy.
Et bien, moi comme d’autres, on s’est lamentablement «planté».
On ne pensait pas qu’un personnage de la (petite) stature de François Fillon révélerait qu’il était un drogué de l’argent, un menteur pathologique et un homme qui allait jouer contre la démocratie et la république en essayant de la salir et de couvrir de boue toutes les institutions pour se sortir de sa misérable situation et assouvir une ambition qui, si elle était couronnée de succès serait un drame désormais pas si loin de celui qui mettrait une Marine Le Pen à l’Elysée.
Et le pire, c’est que l’on a l’impression qu’il est dans une spirale où il ne s’arrêtera plus, emmenant avec lui la Droite ou, en tout cas, LR, ce qui représente une catastrophe pour le débat démocratique, celui des idées et des projets.
Car, désormais, à l’inverse de ce qu’il prétend, le scandale permanent, ce n’est pas la police (qui perquisitionne chez lui), la justice (qui ouvre une enquête puis le met en examen), la presse (qui ne fait qu’enquêter et publier des faits sur sa conduite), pas même ses ennemis politiques (on se rappelle qu’il parlait d’un complot sarkoziste à son encontre avant de parler d’un complot du président de la république, François Hollande), mais bien lui.
Sans oublier que nous sommes devenus, nous la France, la risée des autres pays, une sorte de république bananière qui permet à deux mis en examen (Fillon et Le Pen, cette dernière ne l’étant pas formellement puisqu’elle a refusé de se rendre à la convocation du juge) de briguer la plus haute fonction et de représenter les Français dans le monde.
Les centristes ne doivent pas accepter cette situation et ils doivent la dénoncer sans relâche.
Et tous ces centristes – ou qui ne prétendent comme tels – qui se sont fourvoyés en allant soutenir François Fillon ont encore le temps de récupérer leur dignité et leur responsabilité en disant assez à ce personnage qui a décidé de jouer sa propre ambition personnelle contre l’ambition de son pays.
D’autant que ce comportement nauséabond permet à Marine Le Pen de passer entre les gouttes de la justice et, pratiquement, d’apparaître comme honnête, donc crédible pour être présidente.
Si le scandale que représente Fillon aboutissait à salir la démocratie républicaine et à faire élire une ennemie de celle-ci, le candidat de LR en serait le responsable unique.
Mais gageons que dans sa tête qui semble bien mal en point, il n’en à «rien à foutre».

Aris de Hesselin


Aucun commentaire: