mardi 1 août 2017

Actualités du Centre. L’axe central existe concrètement

Valls, Macron, Bayrou, Lagarde, Juppé, 5 figures de l'axe central
Il y a encore un an, on pouvait constater l’existence d’un axe central dans les prises de position et les idées identiques de nombreuses personnalités politiques.
Ainsi, les humanistes progressistes et réformistes de la Droite, de la Gauche et du Centre tenaient des propos qui démontraient qu’ils poursuivaient les mêmes objectifs et partageaient les mêmes valeurs.
On rappelle que le rapprochement de ces divers courants qui défendent la démocratie républicaine libérale s’est autant fait sur une sorte de plateforme politique virtuelle identique que sur la montée des radicalismes de gauche et de droite ainsi que leur attaques populistes et démagogiques contre la démocratie libérale, l’Union européenne et la société ouverte.
Pour autant, personne ne se risquait à prédire une alliance en bonne et due forme de ces courants pour des élections prochaines.
Tout au plus, pouvait-on espérer que celle-ci verrait le jour pour la présidentielle de 2022 après une coexistence et une proximité durant le quinquennat qui vient de débuter.
Mais le délitement de la présidence de François Hollande (où tout n’a pas été négatif, loin de là) ainsi que la candidature radicale de François Fillon auxquels il faut rajouter la menace Marine Le Pen mais aussi celle Jean-Luc Mélenchon ont complètement chamboulé le paysage politique.
Evidemment, il fallait un aiguillon qui a été la candidature d’Emmanuel Macron.
Désormais, en cet été 2017, l’axe central n’a plus une existence virtuelle mais bien concrète.
Les centristes ont été parmi les premiers à s’organiser pour faire exister cet axe, tout autant dans En marche! que dans une dissidence au sein même du Mouvement démocrate et de l’UDI.
Mais les humanistes progressistes de gauche, dont certains étaient là dès le départ aux côtés d’Emmanuel Macron, ont également rejoint très vite le mouvement (rappelons que La République en marche avait accordé l’investiture à plusieurs anciens députés PS pour les législatives).
Quant à ceux de droite, certains se sont alliés à Macron quasiment dès le départ et d’autres, après la présidentielle (avec le premier ministre Edouard Philippe mais aussi la création du groupe Les Constructifs à l’Assemblée nationale).
Dès lors, on a bien aujourd’hui un axe central qui regroupe des humanistes progressistes et réformistes de droite, de gauche et du Centre.
Reste que ce paysage de l’espace central va encore se modifier dans les mois qui viennent avec la possible réunification du Parti radical ainsi que par la création d’un parti de centre-droit dont on ne connait pas encore le positionnement face à Emmanuel Macron.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire