lundi 9 octobre 2017

Actualités du Centre. Pour Lagarde, le Centre pourra se réunifier mais sans Bayrou

La réponse de Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI, à François Bayrou et sa «main tendue» pour une réunification du Centre sous sa direction ne va pas plaire au président du MoDem.
Car, même si Lagarde, dans un entretien au site Atlantico, affirme que Bayrou et lui-même «nous sommes de la même famille politique (…). Nous restons de la même famille de pensée», il précise immédiatement qu’«Une nouvelle génération politique se met en place après cette élection présidentielle. (…). Je crois que le rassemblement de notre famille politique sera possible avec cette nouvelle génération.»
Très clairement, les centristes pourront envisager de se réunir lorsque François Bayrou aura passé la main et se sera retiré dans sa mairie de Pau ou, mieux, quand il prendra sa retraire politique.
Si on n’avait pas attendu autre chose de François Bayrou que de proposer une refondation du Centre sous sa propre égide, ce qu’il dit depuis toujours, c’est avec le même sentiment du déjà-vu que l’on a lu les propos de Jean-Christophe Lagarde qui dit, depuis longtemps, qu’un des obstacles les plus importants, voire l’obstacle primordial, à cette refondation est le président du Mouvement démocrate.
Alors, les deux hommes peuvent bien enrober leur discours d’une volonté réunificatrice – ils sont obligés de le faire pour ne pas se braquer une partie de leurs électorats respectifs –, les lignes n’ont guère bougé.
Au-delà de la petite phrase de Lagarde, ce «qu’il (Bayrou) appelle ‘une main tendue’ (…) il accompagne d’une phrase surprenante: ‘j’ai de la mémoire’. Je lui réponds ‘moi aussi’», rappelons que l’UDI est dans l’opposition comme l’a confirmé son président dans cet entretien et que celui du MoDem a répété qu’il était un des rouages essentiels de la majorité présidentielle.
De même, aujourd’hui, le point central du Centre se trouve plus chez LREM qu’à l’UDI (qui penche au centre-droit) ou au MoDem (qui penche au centre-gauche comme l’ont montré certains propos de Bayrou sur l’ambition sociale qui manque au projet de Macron).


1 commentaire: