samedi 18 novembre 2017

Actualités du Centre. Castaner: LREM héritière de Hugo, de Monnet et de Veil

Christophe Castaner
Lors de son discours de nouveau délégué général de La république en marche devant le congrès de la formation macroniste qui venait de l’élire à ce poste, ce dimanche 18 novembre à Lyon, Christophe Castaner a déclaré que «Si nous sommes un mouvement neuf, nous avons aussi un héritage intellectuel et politique. Oui, nous avons une conscience sociale. Oui, nous sommes européens. Oui, nous sommes progressistes. C’est aussi notre ADN, notre identité politique. Alors revendiquons-la!»
Et de citer trois personnalités:
«Notre héritage, c’est celui de Victor Hugo, qui s’est battu pour la justice et pour l’émancipation. Pour qui l’éducation est le point de départ de toute ascension sociale. Pour qui l’aide apportée aux plus humbles est un devoir et un défi pour une société développée comme la notre. ‘Limiter la pauvreté sans limiter la richesse’, écrivait-il dans Les Misérables: voilà notre projet politique !
Voilà pourquoi nous nous battons pour l’éducation, pour la formation, pour l’accès au logement décent, pour le développement durable. Pour permettre à chacune et à chacun, quel que soit son point de départ, sa condition d’origine, de construire son parcours, de s’émanciper et de vivre dans un environnement sain.
Notre héritage, mes chers amis, c’est aussi celui de Jean Monnet, qui a cru en l’Europe lorsqu’elle n’était encore qu’une utopie. Lui qui résuma ainsi toute la philosophie du projet européen: «nous ne coalisons pas les Etats, nous rassemblons les hommes».
Après les commémorations du 11 novembre, puis celles du 13 novembre, sa voix résonne en nous avec une tonalité particulière.
Alors soyons fidèles à l’ambition de Jean Monnet. Assumons notre responsabilité historique de faire renaitre le projet européen. Car l’Europe est notre héritage et notre chance. Car les grands défis de notre temps, du changement climatique à l’évasion fiscale, appellent une réponse coordonnée et européenne.
Les révélations des Paradise Papers remettent en question notre contrat social et portent atteinte au cœur de notre démocratie: cette idée que tous les citoyens se soumettent aux mêmes règles. Nous avons la conviction que l’Europe est la bonne réponse pour stopper ces dérives, mais elle devra se reformer et c’est l’ambition du Président de la République, que nous devons soutenir de toutes nos forces.
Mais notre héritage, mes chers amis, c’est aussi celui de Simone Veil, qui a tant fait pour la cause des femmes et à qui je veux rendre ici un hommage particulièrement ému. Simone Veil savait combien la dignité humaine est une valeur précieuse pour la civilisation. Elle savait combien l’égalité est un combat et ne doit jamais être tenue pour acquise.»


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire