dimanche 8 avril 2018

Actualités du Centre. Bayrou accuse Macron de ne pas avoir tenu sa parole

François Bayrou
On attendait la première réaction officielle de François Bayrou après que le texte de la réforme constitutionnelle ait été révélé par le Premier ministre.
Il avait d’abord fait donner sa garde rapprochée, dont la dernière représentante en date fut Marielle de Sarnez, pour regretter sans fard que les mesures ne correspondent pas à ce qui avait été annoncé pendant la campagne.
Désormais, depuis sa prestation sur BFMTV, on sait ce qu’il pense et s’il s’estime trahi par Emmanuel Macron.
Et bien, il n’est pas content et affirme que ce qui lui avait été promis par le candidat d’En marche à la présidentielle ne correspond pas à ce qu’a décidé le Président de la république.
Les mots ne sont pas tendres puisque, sur le cumul des mandats (à trois identiques), il affirme même que ce «point très important dans la loi organique que les Français ont plébiscité (…) n’est absolument pas respecté dans le texte».
Et il ne s’arrête pas là puisque selon lui c’est «un manquement absolu à la promesse faite», «un tour de passe-passe», «un tour de prestidigitation», «un escamotage».
Et de proclamer, «je ne l’accepte pas» car «ce serait un abandon insupportable de céder sur le non-cumul dans le temps».
Quant à la dose de la proportionnelle retenue (15%) par rapport à la promesse faite (25%) pour les élections législatives, elle est «dérisoire».
«15% de proportionnelle, ajoute-t-il,  cela veut dire que les grosses écuries vont prendre 35-40 sièges. Cela laisse 20 sièges pour les partis minoritaires».
François Bayrou enfonce le clou en expliquant que «tout cela a été fait pour essayer de séduire le groupe LR au Sénat. On a sacrifié une partie importante de la réforme pour avoir leur accord et au bout du chemin on n'aura pas leur accord.» (NDLR: Larcher a dit qu’il ne voterait pas la réforme en l’état malgré ses promesses).
Ces déclarations ne sont évidemment pas faites pour apaiser la controverse entre le gouvernement et le Mouvement démocrate ainsi qu’en Emmanuel Macron et François Bayrou.
Reste à savoir ce que compte faire le président du MoDem pour faire valoir son point de vue et faire respecter l’accord que les deux hommes avaient scellé pour la présidentielle.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire