vendredi 6 avril 2018

Actualités du Centre. Réforme des institutions: long communiqué de presse du MoDem pour l’«approfondir» et l’ «améliorer»

Bayrou & le MoDem, dindons de la farce?
Alors que le président du Sénat, le LR Gérard Larcher, pourtant caressé dans le sens du poil par le Président de la république, dit tout le mal qu’il pense de la réforme des institutions, notamment la dose de proportionnelle qui serait «une grave erreur», le groupe parlementaire du Mouvement démocrate monte au créneau après la désillusion d’un texte ne correspondant pas aux promesses faites par Emmanuel Macron à François Bayrou pendant la campagne présidentielle en publiant un long communiqué de presse intitulé «Réforme des institutions : Le travail parlementaire devra approfondir et améliorer l’ambition formulée par le gouvernement»
Dans celui-ci, il estime qu’«à l’issue des débats, nous devrons parvenir à un équilibre global permettant tout à la fois de reconstruire la confiance des citoyens à l’égard de la vie publique, renforcer l’équilibre institutionnel et garantir la représentation des différents courants d’opinion», une défiance à peine voilée au texte présenté par le Premier ministre.
Et de citer «trois aspects, en particulier, devront être approfondis lors des débats parlementaires»
D’abord, concernant le «pacte girondin» proposé par Edouard Philippe, le MoDem estime qu’il faut «un véritable droit à la différenciation territoriale» et permettre aux collectivités «d’adapter lois et règlements aux réalités des territoires, sans que ça ait vocation à être généralisé au plan national».
Ensuite, il s’agit de mettre en place «un Parlement plus fort pour renforcer la démocratie» en le rendant, dans le cadre de «l’équilibre des institutions», «plus efficace et plus accessible».
Ainsi, si «la procédure législative doit être rationnalisée», elle ne doit pas «remettre en cause les droits imprescriptibles d’expression et d’amendement des parlementaires».
En outre, il faut «renforcer substantiellement le Parlement dans sa capacité à contrôler l’action du gouvernement et à évaluer les politiques publiques».
Evidemment, pour le MoDem, cela passe par «sortir durablement de la bipolarisation et représenter les différentes sensibilités politiques» car «la représentativité est au cœur du pacte démocratique».
Il faut ainsi maintenir «un député et un sénateur par département» mais aussi garantir la «représentativité des sensibilités politiques» grâce à la proportionnelle est, là, selon le MoDem, clairement, «ce second objectif ne saurait être satisfait par la proposition telle que formulée».
Et de conclure que «le travail qui désormais s’ouvre publiquement et au Parlement devra approfondir et améliorer les textes pour trouver l’équilibre conforme à la volonté manifestée par les Français au printemps 2017».
Un rappel explicite aux promesses d’Emmanuel Macron…
Marc Fesneau, le président du groupe MoDem à l’Assemblée nationale a indiqué sur France culture que la proposition du gouvernement sur la proportionnelle ne «correspond pas à la nécessité de sortie, à la fois, de la bipolarisation et de représenter l’ensemble des sensibilités politiques. (…) Il faut que le système permette de représenter les différentes sensibilités politiques, à 15% (…) celles qui seraient moins importantes seraient représentées par quinze ou vingt députés que vous divisez par le nombre de ces sensibilités, vous voyez le difficulté de l’exercice».
Il s’est par ailleurs étonné du changement d’opinion de Gérard Larcher tout en manifestant sa volonté de négocier avec la majorité sénatoriale.
Pendant ce temps, François Bayrou prépare sa riposte selon ses proches avec des propositions équilibrées, selon lui, pour faire remonter le taux de proportionnelle autour de 20%.
Il est sans doute trop tôt pour savoir si le Mouvement démocrate veut aller au bras de fer avec le Gouvernement mais, en tout cas, il ne veut pas être, in fine, le dindon de la farce comme les médias commencent à présenter son président dans cette affaire!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire