mardi 5 juin 2018

Vues du Centre. Trump choisit l’affrontement avec Macron

Par Aris de Hesselin

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Aris de Hesselin est un avocat international, centriste et un européen, défenseur d’une mondialisation humaniste. Ses propos sont les siens et non ceux du CREC.

Macron-Trump: une image désormais du passé?
Comme d’habitude face à ses interlocuteurs et sur le moyen terme, Donald Trump choisit l’affrontement.
C’est ce qui vient de se passer avec Emmanuel Macron.
Ainsi, lors d’un entretien téléphonique entre les deux hommes, il aurait eu des propos et un ton très agressif vis-à-vis du président français concernant la guerre commerciale qu’il vient de lancer contre l’Europe et que ce dernier lui reprochait.
L’Elysée n’a pas confirmé ou infirmé ces informations qui viennent d’une source unique, la Maison blanche elle-même, et dévoilée par la chaîne CNN.
Car, c’e n’est que de là que provient l’information selon laquelle l’entretien aurait dégénéré.
Et, vrai ou faux, dans le cas présent, c’est la source qui est essentielle plus que le contenu de l’information afin de comprendre sa mécanique et son but.
On sait que le populiste américain prend l’essentiel de ses informations des médias et en particulier de la chaîne d’extrême-droite américaine Fox news.
Or, il n’a pu lui échapper ce que disent les journalistes: que les deux présidents, contre toute attente, ont noué une relation amicale mais que derrière celle-ci il y a une forte envie d’Emmanuel Macron de convaincre Donald Trump des moult erreurs qu’il est en train de commettre vis-à-vis du réchauffement climatique, des risques de guerre, des relations commerciales, de l’immigration, etc.
Et Trump a certainement été échaudé par le discours tenu par Macron devant le Congrès des Etats-Unis, lors de sa visite officielle à Washington, aux intonations très «obamienne» et peu «trumpienne».
Quand on sait la détestation de Donald Trump pour Barack Obama…
Dès lors, en prenant en compte l’instabilité, l’égocentrisme et le narcissisme de ce personnage qui n’accepte aucune critique, il parait évident que la «fuite» de la Maison blanche n’est pas fortuite, loin de là.
Sans oublier que le positionnement centriste d’Emmanuel Macron n’est pas du tout la tasse thé du milliardaire newyorkais.
Est-ce une péripétie de l’imprévisible et incompétent président américain, comme dans le cas de sa rencontre avec le dictateur sanguinaire de la Corée du Nord, Kim, où après l’annonce d’une rencontre, son annulation puis sa reprogrammation sur fond d’insultes et de menaces récirpoques, ou est-ce un tournant entre la relation entre les deux hommes?
Une première réponse sera donnée à la fin de la semaine lors de la réunion du G7 au Canada où les deux hommes vont se côtoyer et certainement se rencontrer en tête à tête.
Quoi qu’il en soit, Emmanuel Macron devrait enfin comprendre qu’on ne peut jamais être ami avec Donald Trump sans perdre son âme.

Aris de Hesselin


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire