lundi 29 octobre 2018

Actualités du Centre. Etats-Unis – Hillary Clinton, candidate en 2020?

Hillary Clinton
Hillary Clinton veut-elle se présenter aux élections présidentielles américaines de 2020?
Alors même qu’elle a répondu «non» sans hésiter à cette question lors d’une réunion publique, elle a néanmoins immédiatement ajouté devant la déception de l’assemblée présente, «j’aimerais bien être présidente».
Elle a poursuivi en disant qu’«en janvier 2021, il y aura un(e) démocrate à la Maison blanche (ndlr: après la présidentielle de novembre 2020) et il y aura beaucoup de travail à accomplir», faisant référence au «foutoir» actuel où ni les amis, ni les ennemis des Etats-Unis ne savent qu’elle est la position de ces derniers sur n’importe quel sujet.
La centriste a également rappelé qu’elle était «particulièrement bien formée pour ce travail ayant été sénatrice pendant huit ans et diplomate au département d’Etat (ministère des Affaires étrangères qu’elle a dirigé de 2008 à 2012)».

Récemment, elle a ajouté un chapitre à son livre sur sa campagne perdue de 2016 en estimant que le pays été en «crise».
Et elle participe de plus en plus à ces émissions politiques où elle critique les choix de l’Administration en place.
Il n’en a pas fallu plus pour certains observateurs de prétendre qu’elle pourrait préparer sa candidature pour les primaires démocrates et, pourquoi pas, aller affronter son adversaire de 2016 et actuel président en titre, Donald Trump.
Néanmoins cette possibilité demeure largement hypothétique car rien ne permet de dire que Clinton souhaite vraiment se remettre dans le bain électoral, elle qui a subi deux désillusions alors même qu’elle avait remporté à chaque fois le vote populaire.
Ainsi, en 2008, lors des primaires démocrates, elle a devancé assez largement Barack Obama en nombre de voix mais a été battu en nombre de délégués (ceux qui votent pour choisir le candidat).
On connait la suite, Obama a été élu et elle a accepté de devenir sa secrétaire d’Etat (ministre des Affaires étrangères) pendant quatre ans où elle était, en 2012, la personnalité la plus populaire du pays devant Obama lui-même.
En 2016, après avoir gagné haut la main (en voix et en délégués), la primaire démocrate face au socialiste revendiqué Bernie Sanders, la centriste a été défaite par le populiste Trump alors même qu’elle a obtenu trois millions de voix de plus que ce dernier (mais moins de super-électeurs)...
Surtout, et en 2008 et en 2016, elle a sans cesse du affronter les insultes, les suspicions, les procès d’intention et les mensonges ainsi que des manœuvres qui lui ont coûté son élection à la Maison blanche à chaque fois.
Il faut y ajouter une haine tenace d’une partie de la population assez irrationnelle qui, lors de chaque élection, est entretenue complaisamment par les médias qui ont toujours eu des relations difficiles avec elle (certains ont néanmoins fait leur mea culpa après la victoire de Trump).
Cette haine qui semble l’avoir particulièrement touchée en 2016, lui a fait dire qu’elle ne se représenterait jamais plus à une élection.
Mais Hillary Clinton a deux ambitions principales: servir son pays (volonté qu’elle a depuis son plus jeune âge) et marquer l’Histoire en tant que femme (avec cette intention d’être la première présidente des Etats-Unis).
Une de ses proches collaboratrices a estimé que la probabilité de la voir postuler à la Maison blanche se situer entre «hautement improbable» et zéro» mais ajoutant que «ce n’est pas zéro».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire