vendredi 12 octobre 2018

Actualités du Centre. Le MoDem Mignola (mais pas les autres centristes) quitte (enfin) Wauquiez

Patrick Mignola & Laurent Wauquiez
Mieux vaut tard que jamais, dit-on.
Mais la démission du conseil régional d’Auvergne-Rhône-Alpes du MoDem Patrick Mignola semble plus relevé d’un appel vers d’autres fonctions que d’une opposition politique.
Rappelons que le président de conseil régional n’est autre que Laurent Wauquiez et que ce dernier n’a la majorité que grâce aux voix centristes (MoDem et UDI).
Or, depuis son élection voici trois ans, le président de LR peut toujours compter sur les voix de ses alliés centristes qui ne lui font jamais défaut.
S’il est étrange que l’UDI soit allié avec Wauquiez alors même que son président Jean-Christophe Lagarde dit qu’il n’est plus fréquentable, cela semble totalement incompréhensible que le MoDem, membre de la majorité présidentielle, le soit tant le président de LR attaque avec virulence l’entière journée Emmanuel Macron et son gouvernement.
Pire ses prises de position radicales et parfois plus extrémistes que celles de Marine Le Pen devraient lui interdire une alliance avec les centristes quels qu’ils soient.
Toujours est-il que Patrick Mignola, député et vice-président du MoDem a expliqué que «les rapports se tendaient de plus en plus avec Laurent Wauquiez».
Et d’ajouter:
«L'accord technique que nous avons conclu avec Laurent Wauquiez en 2015, est devenu une figure baroque puisque nous sommes entre-temps devenus président national et vice-président de nos partis respectifs. Il est temps d'en tirer les conséquences. S'il est vrai que pour le moment, nos profondes divergences nationales n'avaient pas interféré sur le fonctionnement régional, il convient d'en éviter le risque».
Si on comprend bien, ce membre du MoDem estime (puisque seul Mignola a démissionné et que les autres conseillers régionaux du parti ainsi que ceux de l’UDI demeurent alliés à Wauquiez) que l’on peut s’allier avec un homme de droite radicale régionalement sans que cela ait une portée politique (ce que doit toujours penser François Bayrou qui n’a jamais demandé aux membres de son parti de quitter Wauquiez)…
Mignola précise tout de même que «la droite a dérivé dangereusement vers la droite, donc plutôt que d'importer des interférences nationales à la région, j'ai préféré en tirer les conséquences».
Cette rédcalisation dont parle le vice-président du MoDem est peut-être vrai pour LR mais pas pour Wauquiez dont on se rappelle le tract au contenu d’extrême-droite qu’il avait distribué lors de sa campagne régionale.
D’où une certaine difficulté à croire qu’il s’agit d’une démission politique.
Quant aux autres membres du Mouvement démocrate, Mignola indique:
«Je leur ai redit ce matin qu'ils devaient prendre leurs responsabilités s'il y avait dans les semaines qui viennent trop d'interférences avec la politique nationale et régionale. Ce n'est pas à moi de leur faire des injonctions.»
Il faut dire qu’il serait bien mal placé pour leur faire la morale!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire