samedi 17 août 2019

L’Editorial d’Alexandre Vatimbella. Nous sommes tous des Hongkongais

Ce qui se joue à Hongkong est la lutte de la liberté et de la dignité contre l’ignominie et la servitude.
Et pas seulement pour ses habitants, ni même de la Chine mais pour l’Humanité entière.

D’autant que nous pressentons que, comme ce fut le cas pour les manifestants de la place Tienanmen à Pékin en 1989, que le régime dictatorial du triste personnage, monsieur Xi, l’empereur rouge, va créer à nouveau des martyrs de la liberté, comme n’avait pas hésité à le faire le «bon» monsieur Deng alors.

C’est pourquoi, tous les défenseurs de la démocratie, dont au premier rang les centristes, doivent se mobiliser et soutenir les Hongkongais dans leur demande totalement légitime, sans l’ombre du moindre doute, pour leur liberté et leur dignité.

Mais, ils doivent le faire avec cette angoisse qu’un régime comme celui du Parti communiste chinois ne reculera pas parce qu’au bout de ce processus enclenché par les habitants du territoire autonome, il y a la démocratie, honnie par ses dirigeants et prêts au sacrifice de la peau des manifestants pour sauver la leur, leur pouvoir et leurs avantages sonnants et trébuchants que leur longue pratique de la corruption et de la prévarication leur a permis d’acquérir et d’agrandir dans des proportions indécentes.

Les protestations contre les agissements du pouvoir totalitaire du PCC ne datent pas de cette année mais ont débuté en 2014 sans jamais vraiment s’arrêter, depuis le jour où Pékin a décidé qu’il était temps de «normaliser» Hongkong, c'est-à-dire d’y éliminer lentement mais sûrement la démocratie par des décisions scélérates.

D’où les réactions fortes d’une population qui connait, elle, la valeur de la liberté.

Et si les manifestants pro-démocratie de 2014 avaient comme principe la non-violence (et le mouvement fur un échec), ceux de 2019 estiment, comme une grande partie de la population, que la violence est un moyen pour se faire entendre même si leurs vies sont en jeu.

Car il y a, chez eux, cette conviction – que tous les actes du pouvoir communiste de Pékin confirment – qu’ils luttent pour la survie de leur liberté et de leur dignité mais aussi cette hantise que le pire est devant eux, que la répression de Xi sera comme celle de Deng.

C’est pourquoi leur détermination et leur courage sont aussi des actes de désespoirs que nous ne pouvons regarder sans réagir.

Nous aussi, les défenseurs de la démocratie et de la liberté, nous sommes pris par cette angoisse qu’il n’y a aucune issue heureuse pour ce mouvement et que tout va se terminer dans un bain de sang.

Mais cela ne nous empêchera pas de soutenir toutes ces femmes et tous ces hommes qui se lèvent pour le plus beau combat que l’on puisse mener, celui de la liberté et de la dignité de l’être humain.

Il en va de notre propre dignité.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire