mardi 10 septembre 2019

Propos centristes. France – Grande force centrale; PMA pour tous; Plan d’action pour les urgences hospitalières; municipales 2020…

Voici une sélection, ce 10 septembre 2019, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux en France.

● Gouvernement
[Nota: dans ce gouvernement, certains membres ne sont pas centristes; nous retranscrivons cependant leurs propos en rapport avec leur fonction parce qu’ils font partie selon nos critères d’une équipe qui suit une politique globalement centriste]

Edouard Philippe (Premier ministre)
- Le Brexit approche. Le Gouvernement est entièrement mobilisé. Particuliers et entreprises, vous aussi, préparez-vous.
- Nous souhaitons orienter nos concitoyens vers une « écologie souriante ». La transformation de nos modes de vie doit être une chance, pas une contrainte.
- On n’est jamais candidat ailleurs qu’à l'endroit qu’on a dans son coeur et dans ses tripes: si, un jour, je devais être candidat aux municipales, je ne vois pas où cela pourrait être ailleurs qu’au Havre.
- On m'a dit de me présenter aux élections municipales à Paris. Cela n'a aucun sens. Il y a déjà un excellent candidat investi. Il s'appelle Benjamin Griveaux.
- Nous allons présenter une loi sur l'engagement des maires. Ils sont les acteurs au quotidien de la démocratie. Rien ne peut se faire sans eux.

Christophe Castaner (ministre de l’Intérieur)
- Point d'étape sur le dispositif déployé dans la Police Nationale pour prévenir les suicides. Un programme global structuré autour de 3 axes: mieux répondre à l'urgence; prévenir les situations de fragilité; agir sur le collectif de travail.
- «Être fort, c’est aussi savoir demander de l’aide.» Une ligne externe dédiée aux policiers, ouverte 24h/24 et 7j/7 vient désormais compléter et enrichir l'offre de soutien présentée en juin dernier. Elle sera au cœur d'une campagne de communication à destination de nos forces.

Nicole Belloubet (ministre de la justice)
- [PMA pour les couples de femmes] La mention dans l'acte de naissance sera semblable à celle d'un enfant né d'un couple hétérosexuel qui a reconnu de manière anticipée l'enfant devant notaire.
- [PMA pour les couples de femmes] Ces femmes s'engageront dans un projet commun (...) Elles seront mères toutes les deux sans distinction (...) C'est un progrès et même une révolution dans le droit de la filiation.
- [GPA] Nous sommes toujours arc-boutés sur les questions de non-marchandisation du corps humain (...) Ces principes l'emportent clairement dans notre droit.

Bruno Le Maire (ministre de l’Economie et des Finances)
- Il est indispensable de mieux protéger nos entreprises stratégiques. Je refuse le pillage de nos technologies. Dans la loi PACTE, nous avons renforcé le contrôle des investissements étrangers en France dans des secteurs comme la cybersécurité, le spatial ou l’IA [intelligence artificielle].
- Pour faire de la France le pays de l’innovation en Europe, le financement est la clé absolue. C’est pourquoi nous avons allégé la fiscalité du capital, sanctuarisé le Crédit impôt recherche et créé le Fonds pour l’innovation de rupture
- Notre souveraineté nationale dépend de notre capacité à bâtir notre souveraineté numérique. La révolution numérique fera des vainqueurs et des vaincus. Il est indispensable de maîtriser dans les années qui viennent un certain nombre de technologies de rupture.
- C’est une priorité absolue de faciliter les levées de fonds pour des tickets supérieurs à 100 millions d'€ de façon à accélérer le financement des entreprises les plus importantes en France. Nous ferons des propositions dans quelques jours.

JeanYves Le Drian (ministre des Affaires étrangères)
- Les résultats commencent à être là, la croissance est au rendez-vous, le chômage n'a jamais été aussi bas depuis dix ans
- Il y a eu une première période du gouvernement extrêmement active. On peut aujourd'hui mener les réformes avec du compromis et de l'écoute. Nous sommes dans une nouvelle phase
- [Crise des urgences] Agnès Buzyn a pris à bras le corps ce dossier. L'ensemble des mesures prises vont dans le bon chemin pour alléger les taches et les difficultés qu'on rencontre dans les urgences.
- La situation en Grande-Bretagne est très perturbante. Il y a conflit de légitimité entre le peuple qui veut sortir et le Parlement qui ne sait pas comment sortir. Il n'y a de majorité pour rien.
- Il y a une porte entrouverte pour avancer sur le règlement du conflit ukrainien. Nous souhaitons qu'elle se poursuive
- Les relations entre la France et la Russie et entre l'Europe et la Russie n'ont jamais été aussi basses depuis la guerre froide […] mais le statu quo ne sert personne. Il faut retrouver des éléments de confiance
- Si l'Iran accède à l'arme nucléaire, c'est toute la région qui se retrouvera dans un risque de guerre. Il faut que la voie du dialogue revienne.
- [Amazonie] La France a pris des initiatives pour que puisse se constituer une "Alliance pour l'Amazonie" avec tous les états concernés.
- Je ne suis plus membre du PS mais je suis toujours social-démocrate.
- L'acte II du gouvernement est un tournant social-démocrate.
- Il n'est pas d'actualité de créer un "Agir de gauche" dans la majorité.
- [Ecologie] Je distingue les Verts, parfois un parti d'extrême gauche et qui aujourd'hui se recentre, avec la préoccupation écologiste qui est au cœur de l'acte II et que je partage.
- [Relations franco-italiennes ] Nous sommes prêts à discuter avec le nouveau gouvernement. J'ai écrit à Luigi Di Maio et j'espère que nous aurons des relations plus constructives que par le passé.
- [Ventes d'armes à l'Arabie Saoudite] Nous sommes extrêmement vigilants sur le type d'armes que nous fournissons.
- Il n'y aura pas de solution militaire au Yémen.
- [Manifestations en Algérie] Le départ du président Bouteflika n'est pas simple. La voie du dialogue doit s'imposer mais ce n'est pas à la France de dire aux algériens comment faire.
- Il est urgent de faire une conférence internationale sur la Libye pour qu'on trouve les voies d'une réponse politique. Il n'y aura pas une victoire militaire.
- [Elections en Tunisie] La France considère que la transition s'effectue correctement en Tunisie. C'est une jeune démocratie. Le processus se déroule, respectons-le.

Elisabeth Borne (Ministre de la Transition écologique et solidaire)
La rénovation énergétique de son logement ressemble souvent à un parcours du combattant. Nous lancerons au 1er janvier un nouveau service pour mieux accompagner et conseiller les Français, avec les collectivités: 200M€ mobilisés.

Agnès Buzyn (ministre de la Solidarité et de la Santé)
- [Ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes] C'est ouvrir les yeux sur ce qu'est la famille, aujourd'hui en France. Une famille qui a de nombreux visages et qui s'épanouit sous des formes diverses.
- Urgences : 754 millions d'euros pour financer 12 mesures. Objectifs : inventer des organisations modernes, soutenir les professionnels de santé, améliorer les soins pour tous dans notre pays.
- L'heure est aux solutions. Professionnels de santé, patients : chacun doit pouvoir trouver sa place dans un système de santé d'avenir, car chacun détient sa part de solutions – c'est le but du plan d'actions pour les urgences que je présente aujourd'hui.
- Service d'accès aux soins (SAS) pour répondre à toute heure et en tout lieu à la demande de soins ; consultations sans rdv, coopération renforcée entre les professionnels de santé : autant de mesures pour faciliter les soins et y avoir accès rapidement et simplement.
- Pour permettre aux services d'urgences de se concentrer sur l'urgence vraie - c'est à dire sur les cas les plus lourds - nous reverrons les modes de financement, pour mieux reconnaître la complexité et l'exigence de cet immense service rendu à la population.
- Le SAS est un service public d'orientation et de conseil. Articulé aux services d'urgence et aux professionnels libéraux, il guidera les patients vers la prise en charge la plus adaptée à leurs besoins. L'hôpital ne doit pas être la seule porte d'entrée de l'accès aux soins.

Gérald Darmanin (ministre des Comptes publics)
Dans le cadre de l’acte II, le Président de la République nous a demandé de travailler à un renforcement de la présence des services publics dans les territoires. C’est l’objectif de la réorganisation des services locaux des impôts que nous menons actuellement.

Marc Fesneau (ministre des Relations avec le Parlement)
A Bordeaux, au Campus LaREM, des ateliers, échanges et débats riches. L’occasion aussi d’un dialogue entre partenaires de la majorité. De rappeler ce qui fonde notre alliance à tous autour d’Emmanuel Macron. Une volonté de dépassement au service du pays et des territoires.

Amélie de Montchalin (secrétaire d’Etat aux Affaires européennes)
- En France, l’Europe ne se fera réellement que par les territoires, en cohérence avec leurs enjeux et priorités. C’est grâce aux élus et acteurs de terrain que le projet européen devient tangible.

● LaREM
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ou de gauche ne sont pas retranscrits]

Richard Ferrand (président de l’Assemblée nationale)
- Il faut adapter la vitesse aux pratiques locales et aux niveaux de dangerosité. Concernant les 80km/h, on aurait du donner aux élus locaux, maires, sous-préfets, la capacité à ajuster les choses depuis le début.
- Le débat à l’Assemblée sur l’immigration va permettre de faire le point et de tout mettre à plat. On va pouvoir étudier ce qui marche et qui ne marche pas depuis le vote de la loi sur l'immigration. Nous devons avoir une évaluation claire.
- Tant que l’Assemblée ne disposera pas de ses propres outils d’évaluation en amont du dépôt des amendements, les administrations pourront nous raconter ce qu’elles veulent.
- Là ou il n'y a pas de Parlement, il n'y a pas de démocratie.
- Les océans, c’est 70% de la surface de la Terre, ils accueillent 80% des transports de marchandises, et 65% de la population vit sur les côtes. Si on ne s’attaque pas à cette question, la dégradation de l’environnement va se produire de manière inéluctable.
- [Elections législatives] Il y aura une part de proportionnelle.

Stanislas Guerini (délégué général)
- Nous devons rassembler les forces progressistes de ce pays dans une grande force centrale. C’est ma responsabilité que de faire vivre cela, avec nos partenaires politiques.
- Nous sommes sur la même approche avec Bayrou. Élire un maire, c'est avant tout faire confiance à une personne. Pour les municipales, l'objectif : c'est de faire avancer nos idées de progrès partout sur les territoires.
- Depuis que nous sommes aux responsabilités, nous avons fait des économies. Il faut dire la vérité aux Français : nous avons réalisé des baisses de dépenses publiques et des baisses d'impôts.
- Depuis deux ans, nous changeons la France avec des réformes sur le plan national. Il est temps de le faire par le bas. C'est comme ça que l'on peut réconcilier le pays. Des élus locaux ont fait du «En Marche» avant que notre mouvement existe. Nous les soutiendrons.

Pierre Person (délégué général adjoint)
Nos actes, gestes, prises de parole ont un impact. Nous sommes détenteurs d’une responsabilité collective et c'est ensemble, dans l’ouverture et la cohérence politique, que nous arriverons en ordre de bataille pour affronter nos futurs combats.

Gilles Le Gendre (président du groupe à l’Assemblée nationale)
Les députés LaREM approuvent le Plan urgences présenté par Agnès Buzyn. Il met en œuvre des moyens sans précédent, financiers, mais aussi humains. C’est un pacte de refondation de l’accès aux soins pour tous sans compromettre la qualité de la prise en charge.

Aurore Bergé (porte-parole)
- Fierté de porter avec notre groupe LaREM l'ouverture de la PMA à toutes les femmes. Responsabilité pour un texte qui dit quelle société nous voulons, quelles bornes éthiques nous posons.
- La GPA restera un interdit absolu. Ce qui est prévu c'est uniquement la sécurisation de la filiation des enfants. C'est l'intérêt de l'enfant et seul le sien qui nous occupe ici.

●MoDem
Patrick Mignola (président du groupe à l’Assemblée nationale)
- Je pense qu’il y aura trois grands sujets dans ces élections municipales. Économie, écologie, sécurité
- Constituer des majorités sur le terrain, c’est d’abord se retrouver autour de projets ; ce n’est pas de l’ambition personnelle ou de l’ambition partisane, c’est de l’ambition pour son territoire.
- Aux élections municipales, on est élu en faisant des additions. On ne sera jamais élu tout seul. Et même le représentant du mouvement du Président de la République, demain, ne sera pas élu tout seul.
- Le MoDem, c’est une loyauté au projet présidentiel, c’est aussi une capacité à élargir la majorité, de jeter des ponts vers d’autres sensibilités politique.
- Je crois que l’élection municipale se jouera aussi sur cette idée de tranquillité publique. Et que du plus petit village à la plus grande ville, les femmes, quand elles rentrent le soir, ne soient plus obligées de regarder leurs chaussures.
- Comment on fait de l’écologie locale ? Parce que vous réglez le problème des mobilités douces, celui des déchets et du gaspillage alimentaire d’abord à l’échelle des mairies et des intercommunalités
- Comment on fait de l’économie locale ? Il faut que dans chaque mairie de France, on ait l’obsession de remettre de l’industrie, créatrice d’emplois et non plus des bureaux.
Je ne connais pas de pays en décroissance qui soit resté très longtemps une démocratie.
- Le grand enjeu de la réforme des retraites, ça va être de s’intéresser aux métiers mal payés dans notre pays, comme les infirmières ou les enseignants. Il faut leur niveau de rémunération remonte, pour que demain leur retraite soit meilleure.
- [Gilets jaunes] Je souhaite qu’ils rentrent dans un cycle démocratique et non plus dans un cycle de contestation du pouvoir par la violence, qui devient une contestation de la démocratie.

Philippe Berta (député)
- [Diagnostic préimplantatoire] Nous ne proposons pas de le généraliser à toutes les FIV mais de regarder le nombre de chromosomes pour déceler la présence de pathologie et pour des couples récidivistes à l’échec.
- [Diagnostic préimplantatoire] On a une chance certaine de réimplanter un embryon dépourvu par exemple de mucoviscidose mais avec une anomalie du nombre de chromosomes.

Erwan Balanant (député)
Depuis le début de l’examen de la loi bioéthique je salue la qualité des débats. Ils font honneur à notre démocratie et au Parlement. De l’écoute, du respect et du sérieux ! Merci à l’implication des trois ministres. Merci aux rapporteurs pour la qualité des travaux.

●UDI
[Nota: dans ce parti, les propos de ses membres qui ne sont pas centristes et se considèrent de droite ne sont pas retranscrits]

Jean-Christophe Lagarde (président)
- Edouard Philippe nous avait proposé avant l'été de travailler avec lui. Si l'acte II du quinquennat est sincère, il y aura une capacité d'écoute et de dialogue, et c'est la France qui s'en portera mieux.
- J'ai toujours trouvé ridicule de construire les élections municipales bloc contre bloc. Vous avez des tas de ville où des gens de droite, de gauche et du centre travaillent ensemble parce qu'ils sont d'accord sur le projet municipal !
- On a besoin d'une alternance à Paris. Nous avons discuté du projet avec Benjamin Griveaux: nous sommes d'accord sur l'essentiel, notamment pour mieux tenir compte de ceux qui vivent autour de Paris.
Les élus UDI ont un ancrage qu'on ne retrouve pas dans tous les partis. Je vous fais un pari : plus de la moitié des 300 Maires UDI seront réélus Dès le premier tour.

● Autres
Jean-Pierre Raffarin (ancien premier ministre)
Le temps de La France. Le Royaume uni dans l’impasse, l’Allemagne en transition, l’Italie divisée, l’Espagne incertaine, l’Amérique et la Chine sous tension... C’est peut être le moment pour qu’une sagesse française émerge? Ça dépend de nous!


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire