mercredi 19 août 2020

Présidentielle USA 2020. Le centriste Joe Biden officiellement candidat du Parti démocrate

Joe Biden a été officiellement investi par le Parti démocrate pour être son candidat à la présidentielle le 3 novembre prochain contre Donald Trump.

Cette investiture n’est évidemment pas une surprise et Biden l’a acceptée tout en remerciant le parti avant de prononcer son premier discours de candidat officiel le 20 août en clôture de la Convention démocrate.

Nombre de personnalités ont pris la parole pour apporter leur soutien au centriste et à sa colistière, Kamala Harris, dont l’ancien président Bill Clinton ou l’ancien secrétaire d’Etat, John Kerry.

Seule fausse note, l’intervention de la représentante de New York et socialiste radicale, Alexandria Ocasio Cortez, qui n’a pas prononcé une seule fois le nom de Biden et a complimenté Bernie Sanders, le concurrent de gauche de Biden, qu’elle avait soutenu lors des primaires…

Au-delà d’un comportement mesquin et peu mature au vu des enjeux de cette élection, cela révèle une réalité plus profonde qui s’était déjà manifestée en 2016.

La gauche radicale américaine préfère l’élection d’un Donald Trump plutôt que d’un centriste comme Hillary Clinton ou Joe Biden.

La raison est purement idéologique: Trump est le repoussoir absolu des militants radicaux qui espèrent ainsi démontrer que face à lui il faut un gouvernement socialiste pour le pays que ne peuvent mettre en place des centristes démocrates qui seraient en plus, selon eux, des alliés objectifs du néolibéralisme soutenu par les républicains.

C’est le fameux bonnet blanc et blanc bonnet que l’extrême gauche ressort systématiquement pour refuser de choisir entre des candidats de droite extrême ou radicale et des candidats allant du Centre à la social-démocratie.

On l’a vu en France en 2017 où nombre de représentants de la gauche radicale ont refusé d’appeler à voter pour Emmanuel Macron pour faire barrage à Marine Le Pen.

Cet amalgame avait également été largement utilisé en 2016 et a permis l’élection de Trump face à Clinton.

Il pourrait à nouveau jouer un rôle destructeur lors de la présidentielle de novembre ce qui serait du pain béni pour cette gauche qui rêve, in fine, de révolution…

De son côté, Joe Biden a publié un texte sur son site pour définir sa vision des Etats-Unis:

«L'Amérique est une idée qui remonte à notre principe fondateur que tous les hommes sont créés égaux. C’est une idée plus forte que n’importe quelle armée, plus grande que n’importe quel océan, plus puissante que n’importe quel dictateur. Cela donne de l'espoir aux gens les plus désespérés sur Terre. Elle inculque à chaque personne dans ce pays la conviction que, peu importe elle commence dans la vie, elle n’a rien à faire si elle y travaille.
Nous nous battons pour l’âme de l’Amérique. Il est temps de se souvenir de qui nous sommes. Nous sommes Américains : dur, résistant, mais toujours plein d'espoir. Il est temps de se traiter les uns les autres avec dignité. Construire une classe moyenne qui fonctionne pour tout le monde. Combattre contre les incroyables abus de pouvoir que nous voyons. Il est temps de creuser profondément et de se rappeler que nos meilleurs jours sont encore à venir.»

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.