samedi 19 septembre 2020

Présidentielle USA 2020. Propos centristes – La clarté du choix du 3 novembre; Cour suprême: décès de Ruth Bader Ginsburg; covid19: les mensonges de Trump; impôt: récompenser le travail pas les super-riches; situation catastrophique de l’emploi; éliminer le racisme systémique …

Voici une sélection, ce 19 septembre 2020, des derniers propos tenus par des centristes dans les médias ou sur les réseaux sociaux aux Etats-Unis dans le cadre des élections présidentielles du 3 novembre prochain.


● Parti démocrate

Joe Biden (candidat du parti démocrate à la présidentielle, ancien vice-président)

- Le choix de cette élection ne peutt être plus clair. Nous pouvons choisir quatre années supplémentaires de politique sombre et conflictuelle de Donald Trump. Ou nous pouvons choisir un chemin d'espoir et de lumière et construire un avenir meilleur pour tous.

- Contrairement au président Trump, je serai le président de tous les Américains pas seulement de ceux qui voteront pour moi.

- Je suis dans cette course pour me battre pour les Américains qui travaillent dur qui se réveillent chaque jour pour aller travailler et font fonctionner notre pays.

- Ruth Bader Ginsburg se battait pour nous tous. Elle était une héroïne américaine, une géante de la doctrine juridique et une voix implacable dans la poursuite de cet idéal américain le plus élevé: justice égale pour tous sous l’Etat de droit (Equal justice under law). Que sa mémoire soit une bénédiction pour toutes les personnes qui chérissent notre Constitution et sa promesse.

- Soyons clairs: les électeurs devraient choisir un président, et ce président devrait choisir un successeur au juge Ginsburg.

- Notre démocratie dépend de votre vote.

- Soyons honnêtes: ma campagne ne serait pas là sans le soutien des Noirs américains. Et je sais que nous n'avons aucune chance de gagner sans votre soutien. Je ferai tout mon possible pour gagner votre vote et ensemble, nous bâtirons une nation qui fonctionne pour tous.

- Une administration Biden-Harris créera des millions d'emplois syndicaux bien rémunérés et veillera à ce que l'avenir soit fait en Amérique, par toute l'Amérique.

- Je ne peux pas croire que je dois dire cela, mais si je suis élu président, je ne mettrai pas un négationniste du changement climatique - celui qui a appelé la communauté scientifique "un groupe de voyous" - en charge de la National oceanic and atmospheric administration.

Le président Trump savait à quel point le Covid19 était mortel et n'a rien fait. C’est presque criminel.

- Quand nous avons eu besoin de Donald Trump pour dire la vérité sur le Covid19, il nous a menti. Lorsque nous avons eu besoin qu'il agisse pour contenir sa propagation, il a passé ses journées à jouer au golf. Lorsque nous avions le plus besoin d'un président, il était introuvable. C'est impardonnable.

- Nous avons dû endurer l'incompétence et la malhonnêteté du président Trump en ce qui concerne les tests, le port de masques et la distanciation sociale. Nous ne pouvons pas nous permettre une répétition de ces fiascos avec le vaccin contre le Covid19. Les enjeux sont trop élevés.

- Donald Trump a affirmé qu'il serait «le plus grand emploi que le président que Dieu ait jamais créé». Mais le fait est qu'il est le pire président des emplois de l'histoire. Nous ne pouvons pas nous permettre encore quatre ans de son leadership raté.

- Voici la réalité: j'ai condamné toute forme de violence, quelle qu'en soit la source. Le président Trump ne l'a pas fait.

- En tant que président, je rassemblerai les Américains et je proposerai enfin une réforme policière indispensable.

- Donald Trump veut donner à ses riches amis une autre réduction d'impôt, de sorte qu'ils paient un taux d'imposition inférieur à celui de dizaines de millions de travailleurs essentiels et d'Américains de la classe moyenne. Nous avons besoin d'un président qui ne se soucie pas seulement des riches et bien connectés.

- Si vous gagnez moins de 400 000 $, vous ne paierez pas un sou de plus en impôts lorsque je serai président. Les très riches et les grandes entreprises paieront enfin leur juste part et nous investirons cet argent pour les familles de travailleurs. Nous allons récompenser le travail, pas la richesse.

- Les 100 Américains les plus riches ont gagné plus de 300 milliards de dollars pendant la crise du Covid19. Aujourd'hui, au milieu d'une pandémie et d'une crise économique, Donald Trump veut leur accorder un allégement fiscal de 29 milliards de dollars. Ne le Laissons pas faire.

 

Kamala Harris (candidate du parti démocrate à la vice-présidence, sénatrice de Californie)

- Ce soir, nous pleurons, nous honorons et nous prions pour la juge Ruth Bader Ginsburg et sa famille. Mais nous réengageons également à lutter pour son héritage.

- Pour tous ceux qui croient au pouvoir de la loi comme force de changement, la juge Ginsburg était et sera toujours un titan. Elle a été une défenseuse implacable de la justice dans notre pays et un esprit juridique dont on se souviendra pendant des siècles.

- Les Américains méritent un président qui dit la vérité.

- Que vous prévoyiez de voter par correspondance, de voter tôt en personne ou aux urnes avec votre masque le jour du scrutin, n'oubliez pas que votre vote est votre voix. Assurez-vous d'être entendu.

- Donald Trump savait que le coronavirus était mortel, mais il a quand même rassemblé des milliers de personnes pour ses meetings et ne se souciait pas de savoir s'ils portaient des masques ou s'ils étaient socialement éloignés.

- La communauté noire comprend à quel point cette élection est critique, car nous vivons les conséquences de la dernière élection chaque jour.

- Le plan global de Joe Biden de lutte contre les inégalités structurelles dans notre pays commence par éliminer le racisme systémique de nos lois, de nos politiques et de nos institutions.

 

Nancy Pelosi (speaker de la Chambre des représentants)

- Ce soir, les drapeaux sont en bernes au-dessus du Capitole pour honorer le patriotisme de la juge Ruth Bader Ginsburg. Chaque femme et fille et donc chaque famille en Amérique a bénéficié de son éclat.

 

Barack Obama (ancien président des Etats-Unis)

- [Communiqué sur le décès de Ruth Bader Ginsburg]
Il y a 60 ans, Ruth Bader Ginsburg a postulé pour être greffière à la Cour suprême. Elle avait étudié dans deux de nos plus belles facultés de droit et avait des recommandations retentissantes. Mais parce qu'elle était une femme, elle a été rejetée. Dix ans plus tard, elle a envoyé son premier mémoire à la Cour suprême  ce qui l'a amenée à invalider pour la première fois une loi d'État fondée sur la discrimination fondée sur le sexe. Et puis, pendant près de trois décennies, en tant que deuxième femme à siéger à la plus haute cour du pays, elle a été une guerrière pour l'égalité des sexes, quelqu'une qui croyait que l'égalité de la justice en vertu de la loi n'avait de sens que si elle s'appliquait à chaque Américain.

Au cours d'une longue carrière des deux côtés de la magistrature en tant qu'avocate plaidante implacable puis juriste incisive la juge Ginsburg nous a aidés à voir que la discrimination fondée sur le sexe ne concerne pas un idéal abstrait d'égalité; qu’elle ne fait pas que du tort aux femmes; que cela a de réelles conséquences pour nous tous. Il s'agit de qui nous sommes et de qui nous pouvons être.
La juge Ginsburg a inspiré les générations qui l'ont suivie, des plus humbles aux étudiants en droit en passant par les dirigeants les plus puissants du pays. Michelle et moi l’avons beaucoup admirée, nous sommes profondément reconnaissants de l’héritage qu’elle a laissé au pays, et nous offrons notre gratitude et nos condoléances à ses enfants et petits-enfants ce soir.
Ruth Bader Ginsburg s'est battue jusqu'au bout, à travers son cancer, avec une foi inébranlable en notre démocratie et ses idéaux. C’est ainsi que nous nous souvenons d’elle. Mais elle a également laissé des instructions sur la façon dont elle voulait que son héritage soit honoré.
Il y a quatre ans et demi, lorsque les républicains ont refusé de tenir une audience ou un vote sur Merrick Garland [proposé par Obama pour siéger à la Cour suprême], ils ont inventé le principe selon lequel le Sénat ne devrait pas s’occuper de pourvoir un siège à la Cour suprême avant l'assermentation d'un nouveau président.
L’un des principes de base de la loi - et de l’équité au quotidien - est que nous appliquons les règles avec cohérence et non en fonction de ce qui est pratique ou avantageux pour le moment pour un parti. La primauté du droit, la légitimité de nos tribunaux, le fonctionnement fondamental de notre démocratie dépendent tous de ce principe de base. Comme les votes sont déjà exprimés lors de cette élection, les sénateurs républicains sont maintenant appelés à appliquer cette norme. Les questions dont la Cour est saisie aujourd'hui et dans les années à venir avec des décisions qui détermineront si notre économie est équitable ou non, comment notre société doit être juste, comment les femmes sont traitées de manière égale, comment notre planète va survivre et comment notre démocratie va perdurer, sont trop importantes pour les générations futures. pour que les tribunaux soient pourvus par rien de moins qu'un processus irréprochable.

- Si vous cherchez un moyen de vous impliquer dans cette élection à venir, inscrivez-vous pour devenir bénévole en tant que préposé au scrutin pour le vote anticipé et le jour du scrutin. Vous pouvez aider votre communauté et vous assurer que cette élection se déroule équitablement et en toute sécurité.

- Je n’ai pas l’impression d’avoir finir un livre, et je suis fier de celui-ci. Dans A promised land [Une terre promise], j'essaie de rendre compte honnêtement de ma présidence, des forces avec lesquelles nous luttons en tant que nation et de la manière dont nous pouvons guérir nos divisions et faire en sorte que la démocratie fonctionne pour tout le monde.

 

Bill Clinton (ancien président des Etats-Unis)

Nous avons perdu l'une des juges les plus extraordinaires qui ait jamais siégée à la Cour suprême. La vie et les opinions historiques de Ruth Bader Ginsburg nous ont rapprochés d’une union plus parfaite. Et ses puissants désaccords nous ont rappelé que nous nous éloignons de la promesse de notre Constitution à nos risques et périls.

 

Jimmy Carter (ancien président des Etats-Unis)

Rosalynn et moi sommes attristés par le décès de la juge Ruth Bader Ginsburg. Esprit juridique puissant et ardent défenseur de l'égalité des sexes, elle a été un phare de la justice au cours de sa longue et remarquable carrière. J'étais fier de l'avoir nommée à la Cour d'appel des États-Unis en 1980. Nous nous joignons à d'innombrables Américains pour pleurer la perte d'une femme vraiment formidable. Nous avons sa famille dans nos pensées et nos prières pendant cette période difficile.

 

Hillary Clinton (ancienne secrétaire d’Etat)

- La juge Ginsburg a ouvert la voie à tant de femmes, dont moi. Il n'y en aura jamais d'autre comme elle. Merci RBG.

- Le combat le plus important de notre temps, le combat qui permet de mener tous les autres combats, est le combat pour protéger le droit de vote.

- Imaginez combien de vies auraient pu être sauvées si les membres de cette administration faisaient passer le bien-être des gens avant leurs propres intérêts face à une pandémie mortelle.

 

● Autres

Michael Bloomberg (ancien maire de New York)

Ruth Bader Ginsburg était une véritable championne et pionnière de la justice et de l'égalité - et une grande new-yorkaise. Elle s'est battue pour le progrès dans notre pays et notre pays est meilleur pour cela. C’est à nous tous de continuer ce combat.

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.