lundi 27 septembre 2021

La quotidienne centriste du 27 septembre 2022. Majorité présidentielle / LR / Zemmour / Allemagne

Ce week-end s’est tenue l’université d’été du Mouvement démocrate qui a réuni la plupart des personnalités de la majorité présidentielle, de Jean Castex, le Premier ministre à Richard Ferrand, le président de l’Assemblée nationale en passant, bien entendu, François Bayrou.

On s’y est inquiété des attaques contre la démocratie et la république et on s’est félicité de la gestion de la crise sanitaire et économique où la France fait figure de très bon élève de l’Union européenne.

Mais l’on a surtout parlé des prochaines échéances électorales, pas de manière directe, plutôt par l’évocation de ce qui est devenu le sujet principal au MoDem et à LaREM ces derniers temps, la «maison commune» de la majorité ou le «grand parti démocrate», selon les sensibilités et les ambitions politiques.

Le problème est que l’on ne sait absolument pas à quoi va ressembler ce «machin» qui ne sera pas un parti traditionnel, ni même une confédération, plutôt une alliance plus ou moins formelle où tout le monde est uni et chacun indépendant!

Du coup, on se demande à quoi peut bien servir une telle structure et surtout qu’elle serait son utilité par rapport à une sorte de comité de liaison qui aurait pour tâche de piloter les campagnes communes de la présidentielle et des législatives.

On comprend bien que la majorité veut montrer son unité face aux périls représentés par les extrémistes et les radicaux mais aussi face à LR qui seul peut espérer être présente au second tour avec son candidat, soit face à Emmanuel Macron, soit face à Marine Le Pen.

Le parti de droite qui, soit dit en passant, a décidé de ne pas organiser de primaire, ce qui nous évitera donc de crier à la supercherie quand ses représentants l’auraient appelé de manière fallacieuse «de la Droite et du Centre», un d’entre eux a même déclaré que si les centristes voulaient participer à la désignation de leur candidat, ils n’avaient qu’à adhérer à LR.

La classe!

Reste que ce n’est pas en mettant en place un «machin» que la majorité sera plus crédible d’autant qu’elle devra éviter le reproche d’un coup de communication uniquement politicien.

Parlant de communication, les médias n’en finissent pas de promouvoir la candidature d’Eric Zemmour.

Oh! bien sûr, désormais ils peuvent dire que celui-ci est crédité d’un pourcentage à deux chiffres dans les intentions de vote des sondages présidentiels.

Mais n’est-ce pas parce qu’ils ont justement fait sa promotion de manière indécente, pour faire le buzz, pour rameuter le public?

Toujours cette question de l’œuf et de la poule…

Toujours est-il que le personnage est autant repoussant par ces idées que dangereux pour la démocratie républicaine défendue par les centristes qui devront, en France, ne pas réitérer les erreurs de leurs coreligionnaires américains avec Trump.

En Allemagne, il semble que c’est le centre-gauche qui va gouverner avec une coalition avec le SPD, que l’on s’achemine vers une alliance entre celui-ci, les Verts et les Libéraux ou que l’on resserve les plats de la «Grande coalition».

Selon toute probabilité, le prochain chancelier devrait s’appeler Olaf Scholz et cela ne devrait pas bouleverser la politique allemande.

 

[Retrouvez quotidiennement ce billet rédigé par l’équipe du CREC concernant l'actualité du jour]

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires anonymes ne sont pas publiés ainsi que ceux qui seraient insultants ou qui ne concernent pas le Centre et le Centrisme.