vendredi 26 septembre 2008

Actualités


Le Nouveau Centre reproche les « mauvaises manières » de l’UMP


A l'occasion de la rentrée parlementaire, le groupe Nouveau centre à l'Assemblée a haussé le ton mercredi face au groupe majoritaire UMP, accusé de "mauvaises manières" et a appelé à respecter "le pacte de majorité" conclu avec Nicolas Sarkozy. "La majorité ne peut pas bien fonctionner, si elle ne marche pas sur ses deux pieds. L'UMP doit avoir un dialogue constant avec le NC", a déclaré le président du groupe François Sauvadet à quelques journalistes. A la veille des journées parlementaires du NC (29-30 septembre) auxquelles assisteront à Beaune (Côte-d'or) une quinzaine de ministres -dont le Premier ministre François Fillions- ainsi que le patron des députés UMP Jean-François Copé, il a tenu à rappeler que "la loi du nombre ne suffit pas et que c'est l'addition" des deux composantes de la majorité qui "fait gagner". Evoquant les municipales, où le NC a mieux tenu que l'UMP, et les récentes sénatoriales, où "l'UMP a payé cash les annonces des 15 derniers jours sur la fermeture de sous-préfectures, la privatisation de La Poste et la fiscalité verte", M. Sauvadet a prévenu que "partout où il y a affaiblissement du centre, c'est la gauche qui rafle la mise", comme "dans le Grand Ouest". Le député de Côte-d'Or, qui s'en est entretenu avec M. Copé la semaine dernière, souhaite donc "jeter avec lui les bases d'un mode de fonctionnement beaucoup plus équilibré dans la majorité", l'appelant à respecter "le pacte de majorité conclu avec le président de la République". "Des engagements ont été pris, il faut qu'ils soient tenus", a-t-il insisté en réclamant pour le NC "la présidence d'au moins l'une des deux nouvelles commissions" parlementaires qui seront créées dans le cadre de la révision constitutionnelle. "Le groupe UMP ne doit pas sans cesse jouer les Rapetou en cannibalisant des amendements du Nouveau centre ou en trustant tous les rapports" parlementaires, a poursuivi le député de la Côte-d'Or, évoquant certaines "mauvaises manières". Si, officiellement, les deux hommes disent s'apprécier, les relations sont plutôt fraîches entre MM. Copé et Sauvadet, qui s'envoient parfois quelques piques par presse interposée. M. Copé a ainsi plaisanté mardi sur le fait qu'il "payait de sa personne" en se rendant aux journées parlementaires NC.

Un autre responsable NC, Jean-Christophe Lagarde, avait lui espéré la semaine dernière que "l'intervention décisive" du NC et de son président Hervé Morin, ministre de la Défense, dans le recul de l'exécutif sur le fichier Edvige, était le "signe d'un rééquilibrage de la politique gouvernementale". M. Sauvadet a par ailleurs une nouvelle fois exprimé ses réserves sur un rapprochement avec les libéraux de l'UMP, souhaité par M. Morin, en lâchant: "nous sommes l'aiguillon social de la majorité. Je ne laisserai pas le groupe NC instrumentalisé par telle ou telle sous-chapelle de l'UMP".

Aucun commentaire: