lundi 20 avril 2015

L’Humeur du Centriste. Hervé Morin, monsieur 1%

En 2011 lors de sa candidature officielle pour la présidentielle de 2012, Hervé Morin souhaitait que le Centre et, surtout, son parti, le Nouveau centre soit présent à la reine des élections de la V° République.
Il pensait qu’ayant été ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy puis pourfendeur de celui-ci dans un livre vengeur, il s’était fait connaître et apprécié des Français suffisamment pour tirer son épingle du jeu et s’installer pour longtemps comme une personnalité qui compte dans le paysage politique français.
Grossière erreur puisqu’il ne décolla jamais d’intentions de vote à 1% (voire exceptionnellement à 2%).
Plus, il ne put jamais être sûr de réunir les 500 signatures d’élus nécessaires pour être un candidat officiel alors même que des candidats fantaisistes y parvenaient.
On comprend l’amertume de Morin même si personne ne l’avait poussé à se présenter et qu’il ne pouvait raisonnablement rivaliser avec les autres candidats «sérieux» dont, bien entendu, François Bayrou, qui captait sans difficultés l’ensemble des voix centristes sur son nom.
Il s’est sans doute dit «plus jamais», même si cette expression fait peu partie du bagage linguistique des hommes politiques, surtout quand il s’agit de leurs ambitions.
Néanmoins, le voilà désormais à militer pour qu’il n’y ait pas de candidats centristes à l’élection présidentielle de 2017 ou, plutôt, à ce que les éventuels candidats du Centre participent à la primaire de l’UMP (avec, à la clé, un coup de poignard dans le dos de Jean-Christophe Lagarde, son meilleur ennemi et… président du parti auquel il appartient).
Et voilà qu’un sondage est publié par le JDD et qu’il obtient 1% des intentions de vote s’il participait à cette primaire de la Droite.
Décidément, il est bien monsieur 1%.
Pas sûr que cela lui fasse énormément plaisir.
Mais ce qui doit encore lui faire moins plaisir, c’est son score auprès des sympathisants UDI.
Si ceux-ci participaient à la primaire – l’UDI n’a pas encore décidé ce qu’elle fera –, ils ne seraient que 4% à voter pour lui, un véritable camouflet!
Quoi qu’il en soit, ce sondage montre bien l’inutilité totale pour les centristes de présenter un ou plusieurs candidats à la primaire de l’UMP.
Ils seraient complètement laminés et les partis centristes perdraient, non seulement, la face mais aussi leur capacité à négocier un juste et bon accord électoral puis de gouvernement avec la Droite.
Ainsi Morin vient lui-même de démontrer que sa position était la mauvaise.
Dur, dur pour monsieur 1%...

Centristement votre.

Le Centriste



Aucun commentaire: