lundi 6 avril 2015

L’Humeur du Centriste. Le gentil et le méchant centristes de Sarkozy

Il y en a un qui n’arrête pas d’être chouchouté par Nicolas Sarkozy alors que l’autre n’a droit qu’à des attaques incessantes.
Jean-Christophe Lagarde est le «gentil» centriste de Sarkozy et François Bayrou, le «méchant».
Ce qui n’étonnera personne…
Que d’attentions pour le premier nommé.
Que de mépris pour le second.
Et ça marche!
Lagarde semble se sentir bien dans le rôle du «gentil» et Bayrou se délecte d’être le «méchant» de Sarkozy.
On voit Lagarde tout content d’être souvent en compagnie de l’ancien président de la république et Bayrou tout aussi satisfait de la publicité que lui donne celui-ci en l’ostracisant.
Cette stratégie de diviser les centristes entre eux serait risible si elle ne donnait pas les résultats que l’on vient de citer.
Avoir un espace centriste divisé est, quoi qu’il arrive, une bonne nouvelle pour Nicolas Sarkozy et pour l’UMP, en général.
Et puis tout cela n’est évidemment pas gratuit.
De Lagarde, Sarkozy attend qu’il rejoigne le camp de la Droite et qu’il mette fin à ses envies de candidature autonome de l’UDI à la présidentielle et qu’il fasse de son parti ce que fut le Nouveau centre de 2007 à 2012, un allié peu encombrant.
De Bayrou, Sarkozy attend rien du tout puisqu’il sait que celui-ci se présentera une quatrième fois à la présidentielle si ce n’est pas Juppé qui est le candidat de l’UMP.
Récupérer les voix des centristes de l’UDI dès le premier tour de la présidentielle en pariant sur un flop de Bayrou qui fera figure de candidat perpétuel sans aucune chance de l’emporter, voilà le grand dessein de Sarkozy pour les centristes, ces gens qu’il n’a jamais aimés…
Il serait bon que les deux centristes de cette histoire s’en rendent compte rapidement ainsi que leurs partis respectifs et qu’ils décident de ne pas marcher dans la combine en se rapprochant afin d’envisager un programme commun pour les échéances de 2017 ainsi qu’une primaire centriste.
Pour cela, il faudrait que Lagarde cesse de renvoyer Bayrou à son désistement de 2012 en faveur de François Hollande pour l’ignorer et que Bayrou cesse d’avoir une attitude condescendante envers son ancien «responsable des jeunes» afin de le rabaisser.
Et qu’ils ne viennent pas se plaindre s’ils sont les dindons de la farce au cas où ils ne feraient rien contre.
Car la tactique du gentil et du méchant ne peut marcher que s’ils sont d’accord pour interpréter les rôles que le metteur en scène Sarkozy leur a dévolus.
Oui, messieurs Bayrou et Lagarde, si vous vous faites gruger, c’est que vous l’aurez bien cherché.

Centristement votre.

Le Centriste



Aucun commentaire: