lundi 19 octobre 2015

Actualités du Centre. Etats-Unis – D’anciens élus créent une structure pour faire élire des centristes au Congrès

De moins en moins d’élus centristes se trouvent sur les bancs du Congrès américain, qu’il s’agisse de représentants ou de sénateurs.
La droitisation à outrance du Parti républicain depuis le milieu des années 1990 fait que pratiquement plus aucun élu modéré ne vient de ce parti.
Du côté des démocrates, si une tendance à présenter des candidats plus à gauche qu’auparavant peut être notée, la disparition des centristes vient souvent de leurs défaites dans des circonscriptions plutôt à droite où ils avaient été élus en tant que démocrates conservateurs ainsi que dans le redécoupage partisan de nombreuses circonscriptions par les pouvoirs locaux dominés par les républicains.
L’absence de centristes en nombre suffisant a eu comme conséquence une polarisation de plus en plus grande du Congrès et une impossibilité de trouver un consensus qui est à la base du système politique américain mais aussi de la démocratie tout court.
C’est pour essayer de remédier à cette situation préoccupante dont on voit les dégâts tous les jours dans le fonctionnement de la démocratie américaine que de nombreuses tentatives naissent depuis quelques années pour promouvoir les candidatures modérées dans les deux camps, démocrates et républicains.
Celles-ci, malheureusement, ne donnent guère de résultats significatifs pour l’instant.
Mais cela ne décourage pas les initiatives.
Dernière en date, celle baptisée American Center venue de sénateurs démocrates modérés battus lors des dernières élections, notamment en 2014.
Menée par l’ancienne sénatrice de Louisiane Marie Landrieu – qui avait déjà mis sur pied une structure similaire Hold the Center (Tenez bon le Centre) – et par l’ancien sénateur d’Alaska Mark Begich ainsi que par l’ancien sénateur de Caroline du Nord Kay Hagan et par l’ancienne sénatrice de l’Arkansas Blanche Lincoln, ils estiment, selon les propos de Begich au quotidien USA Today, «qu’il y a un grand besoin dans ce pays de modérés qui rejettent les positions extrêmes des deux bords».
«Parfois, ajoute-t-il, je pense que les messages des modérés se perdent parce que les gens disent ‘bon, ce ne sont qu’une bande de conciliateurs’ mais ce n’est pas le cas. Nous voulons vraiment que cela fasse avancer les choses concrètement.»
Pour Landrieu, «vous devez prendre des décisions qui sont équilibrées. Le mot compromis n’est pas un sale mot, il est un composant essentiel de cette démocratie».
American Center devrait soutenir des candidats démocrates ou républicains qui sont en faveur de la croissance économique et qui ont des vues progressistes en matière sociales, d’éducation et d’immigration.


Aucun commentaire: