mardi 22 décembre 2015

L’Humeur du Centriste. Bayrou le seul centriste de France?

Borloo, Bayrou, Lagarde, Morin
Quel que soit sa place, sa popularité ou ses résultats dans les sondages, il faudrait enfin que les médias comprennent que François Bayrou n’est pas le seul centriste de France.
OK, lui-même se présente comme tel (en tout cas le seul légitime à le représenter et à en être le chef) et, force est de reconnaitre, qu’il parvient aisément à convaincre les journalistes que tel est la réalité, voire la vérité.
Il suffisait de voir, exemple parmi tant d’autres, l’autre soir la journaliste de BFMTV, pourtant se disant spécialiste en politique, présenter le président du MoDem comme l’unique centriste en France avec qui tout le monde voudrait s’allier désormais.
Et elle est loin d’être la seule.
Inutile de dire qu’à chaque fois qu’il en est ainsi, et on le comprend, François Bayrou boit du petit lait…
C’est comme si on affirmait que Nicolas Sarkozy est toute la Droite et François Hollande toute la Gauche.
En outre, quand la presse parle du Centre, elle le limite souvent au Mouvement démocrate, mettant l’UDI dans le camp de la Droite.
Evidemment, le positionnement ambigu du parti fondé par Jean-Louis Borloo n’y est pas pour rien, lui qui se présentait comme un républicain social et refusait l’étiquette centriste.
Pourtant, il y n’y aucun doute que le gros des troupes de l’UDI est centriste et se revendique comme telle sans aucun état d’âme.
D’autant que le positionnement ambigu de François Bayrou n’a rien à envier à celui de l’ancien député-maire de Valenciennes, lui qui s’est promené du centre-gauche au centre-droit ces dernières années sans aucune gêne et qui peut s’allier aujourd’hui avec le parti dirigé par un homme qu’il déteste tout en détestant un homme avec qui il voulait s’allier il y a encore peu et dont il disait le plus grand bien il n’y a pas si longtemps.
De plus, réduire le Centre à François Bayrou, c’est le réduire à un parti peau de chagrin qui n’a qu’un seul député, une poignée de sénateurs et quelques élus locaux.
C’est en faire une micro-tendance politique qui ne vivrait que par son chef, ses bons chiffres dans les baromètres de popularité et ses 10à 12 % d’intentions de vote pour la présidentielle de 2017 et, surtout, son score inespéré de 18,57%... à celle de 2007.
Exit donc, par exemple, le président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde qui a pourtant sous sa direction trente fois plus de députés que celui du MoDem!
Le problème, en ramenant le Centre au seul François Bayrou est d’en faire la chose d’un seul homme qui ne tient que par ses prestations médiatiques.
Une sorte d’incongruité, certes sympathique, mais qui limite le Centre au combat d’un solitaire qui irait de médias en médias pour dire sa bonne parole et prétendre qu’il a raison tout seul depuis vingt ans et qu’un jour il s’assoira dans le fauteuil de l’Elysée.
Mais tant que l’on pourra voir des gros titres annonçant, par exemple, que les régionales étaient ou non une «victoire de la Droite» sans aucune référence au Centre, il est probable que le simplisme journalistique continue à présenter François Bayrou comme le seul centriste.
A moins que des personnalités de l’UDI et du Mouvement démocrate ou d’ailleurs parviennent à s’imposer sur cette scène médiatique décidément très réductrice où l’information politique est souvent une caricature de l’information citoyenne.
En ce qui concerne le Centre, en tout cas.

Centristement votre

Le Centriste



2 commentaires:

Centriloque a dit…

En effet, Bayrou n'est pas le seul centriste en France, mais il est indéniablement le plus populaire. Quand vous dîtes que l'UDI a 30 députés, vous oubliez de rappeler que ces députés ont été élus en 2012 dans le cadre d'alliances avec l'UMP, et qu'à ce moment-là l'UDI n'était pas encore constitué comme parti politique. Bayrou a souvent fait preuve d'une audace et d'une indépendance qui manquent cruellement aux élus de l'UDI: c'est peut-être pour cela qu'il est le plus populaire et le plus médiatique des centristes.

Charlton a dit…

Tant que l'UDI maintiendra son "alliance naturelle avec la droite", absorbée par LR elle ne pourra pas exister.