mercredi 23 décembre 2015

Présidentielle USA 2016. Hillary Clinton vire en tête

Le dernier débat démocrate en vue des primaires qui s’est tenu le 19 décembre à Manchester dans l’Etat du New Hampshire a confirmé qu’Hillary Clinton avait actuellement le vent en poupe.
La centriste doit savourer ce moment, elle qui était dans la tourmente voici quelques semaines seulement avec les campagnes dures que les républicains avaient lancées contre elle ainsi que par les scores que faisaient son principal concurrent démocrate, le socialiste Bernie Sanders, dans les sondages.
Même si rien n’est joué, Hillary Clinton a retrouvé sa place d’ultra-favorite, à la fois, pour les primaires démocrates mais également pour l’élection générale.
Pour ce dernier scrutin, la situation dans le camp républicain, il est vrai, l’avantage énormément.
Si celui qui est en tête des sondages pour la nomination comme candidat du Parti républicain demeure Donald Trump, l’ancienne secrétaire d’Etat devrait le battre sans problème.
D’autant que le promoteur immobilier newyorkais continue ses insultes, maintenant dirigées contre Clinton (selon lui, Obama l’a «niquée» en 2008 et le fait qu’elle aille aux toilettes le «dégoûte), qui ont soulevé une indignation unanime ou presque (à part tous ceux qui haïssent celle-ci dans le camp républicain).
Si c’est Ted Cruz, deuxième dans les sondages après une percée remarquable et remarquée, notamment auprès de la droite de la droite du parti et des évangélistes (ce qui revient au même souvent…), le succès de Clinton devrait être également assez large tellement les positions du sénateur du Texas sont extrémistes, notamment envers les minorités et les femmes, deux groupes d’électeurs qu’il faut absolument séduire pour pouvoir remporter la présidentielle désormais.
Le seul qui semble pouvoir inquiéter la centriste est Marco Rubio, le sénateur de Floride pour deux raisons: il est jeune et représente le futur; il est l’élu d’un Etat qu’il est fondamental de gagner pour remporter la présidentielle.
Reste que Rubio a des positions assez proches de celles de Cruz même s’il apparaît moins extrémiste que lui.
Car Rubio et Cruz sont des créatures du Tea party, cette organisation de la droite radicale, voire de l’extrême-droite raciste qui a vue le jour en 2009 en réaction à l’élection d’un noir à la Maison blanche, Barack Obama traitant ce dernier de Hitler, de Staline, entre autres.
Les «modérés» républicains qui pourraient disputer la victoire à Hillary Clinton, Jeb Bush, Chris Christie ou John Kasich sont pour l’instant très loin dans les sondages.
En outre, les dernières sorties médiatiques de la centriste ont été remarquées par le sérieux et la solidité de ses propositions ainsi que de sa connaissance des dossiers alors que dans le camp d’en face on en est plutôt aux invectives, à la course à la mesure la plus à droite et à la meilleure façon de barrer la route de Washington à… Donald Trump!
Bien entendu, il reste encore un peu moins de onze mois avant le jour de l’élection et tout est encore possible.
D’autant que les fragilités d’Hillary Clinton n’ont pas disparu (les Américains ne la croient pas honnête, ils se méfient de son caractère secret, ils éprouvent peu de sympathie envers sa personne) et que, comme le disent beaucoup d’observateurs, elle est son meilleur ennemi.
Reste qu’elle a réussi à passer le premier examen de passage, celui qui faisait d’elle la personnalité à abattre de tous les côtés en tant qu’ultra-favorite.
Elle y a laissé quelques plumes et quelques interrogations pour l’année qui vient mais, en ce mois de décembre 2015, c’est bien elle, la centriste, qui a le plus de chance d’être élue et de faire ainsi l’histoire en étant la première présidente des Etats-Unis.

Alexandre Vatimbella avec l’équipe du CREC

A lire aussi :
Présidentielle USA 2016.



Aucun commentaire: