jeudi 1 septembre 2016

Actualités du Centre. L’UDI sous le charme de Macron

Lagarde prêt à accueillir Macron à l'UDI
Alors que François Bayrou, sollicité par Libération, a refusé de commenter le départ du gouvernement d’Emmanuel Macron, cela n’a pas été du tout le cas pour plusieurs personnalités de l’UDI.
Ainsi, Laurent Hénart président du Parti radical, estime que les centristes peuvent «parvenir à construire quelque chose avec lui» car il a «plus à faire avec nous qu’avec Aubry, Montebourg et même Hollande».
De son côté, Chantal Jouanno, sénatrice UDI de Paris, parle de «vocation à travailler ensemble» car «Il y a beaucoup de choses sur lesquelles on est d'accord. Sur les aspects économiques, on voit bien qu'on dit la même chose. Sur les aspects sociétaux aussi. Avec cette nouvelle manière d'essayer de penser la politique, on voit qu'on a plus à se dire».
Mais c’est surtout son président, Jean-Christophe Lagarde qui a été le plus loin dans une interview au Parisien:
« (…) Depuis des mois, Macron disait des choses totalement compatibles avec ce que nous disons depuis longtemps. Mais il le disait le soir et, le matin, il se réveillait prisonnier! Il vient de se libérer d'un gouvernement dans lequel il ne croyait plus. C'est un acte fort qui correspond à ce que veulent beaucoup de Français: renouveler le paysage politique.
« (…) Comme nous, il ne veut pas que se reproduise en 2017 ce qui a échoué en 2012 et que repassent les mêmes plats réchauffés, c'est-à-dire tous ceux qui ont gouverné — ou essayé de gouverner — et échoué.
« (…) Macron, comme nous, veut une recomposition politique. Il est au centre gauche, nous au centre droit, nous avons vocation à nous parler.
« (…) Nous parlerons de la présidentielle et des législatives, mais d'abord du projet. Il peut être porté par une candidature UDI, par la sienne ou par d'autres. Nous en discuterons avec lui et avec nos amis (…).»
On ne peut pas être plus clair.
La priorité de Lagarde est donc de se rapprocher de Macron d’autant que dans le même entretien, il qualifie François Bayrou de «plat réchauffé»…
Bien évidemment, il ne faut pas enlever la signification tactique de ses propos.
Lagarde demande, en vain, à LR d’ouvrir des négociations autour d’un programme présidentiel, d’un accord de gouvernement et de candidats communs aux législatives avec une fin de non-recevoir de l’ensemble des candidats à la primaire de la Droite qui ne veulent pas se commettre avec les centristes avant le résultat de celle-ci même s’ils sollicitent fortement leurs voix!
Dès lors, se rapprocher de Macron est tout autant la reconnaissance d’une vraie proximité politique que d’une volonté de mettre la pression sur LR.
Cependant, cette «macronmania» de l’UDI est loin d’être une simple stratégie politicienne mais répond à une vision particulièrement positive de l’ancien ministre de l’Economie par les militants et les électeurs de la formation centriste depuis deux ans.
Ainsi, un sondage IFOP réalisé pour Europe  montre que 80% des sympathisants de l’UDI souhaitent qu’Emmanuel Macron se présente à la présidentielle alors que les sympathisants du MoDem ne sont que 57% dans le même cas, derrière ceux de LR qui sont 58% pour (comme 47% des Français).
60% des électeurs de François Bayrou en 2012 y sont également favorables.
A noter que dans un sondage Elabe pour BFMTV, seuls 34% des Français se déclarent favorables à une telle candidature, un écart de 13 points avec celui de l’IFOP…
(Sondage IFOP réalisé les 30 et 31 août 2016 par internet auprès d’un échantillon de 1004 personnes de plus de 18 ans représentatif de la population française / méthode des quotas / marge d’erreur de 3 points)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire