mercredi 15 février 2017

Vues du Centre – Jean-François Borrou. Centristes, il est temps de vous ressaisir!

Dans cette rubrique, nous publions les points de vue de personnalités centristes qui ne reflètent pas nécessairement ceux du CREC. Ces points de vue ont pour but d’ouvrir le débat et de faire progresser la pensée centriste.
Jean-François Borrou est le pseudonyme d’un journaliste proche des idées centristes et qui collabore épisodiquement à cette rubrique. Ses propos sont les siens et non ceux du CREC.

Jean-Christophe Lagarde et François Fillon
A sa demande expresse, François Fillon va déjeuner ce jour avec Nicolas Sarkozy pour relancer sa campagne.
Voici qui ne manque pas de piquant – et de dégoût – de voir un homme (Fillon) accusé de malversations vouloir retrouver une dynamique en s’allant ripailler avec un homme (Sarkozy) qu’il déteste et qu’il accuse depuis des années de malversations et qu’il a attaqué constamment sur ce sujet.
Un Nicolas Sarkozy qui plus est, l’a maltraité pendant les cinq ans où il était son «collaborateur», pardon, son premier ministre…
Il faut qu’il soit bien mal en point et que les amis de l’ancien président de la république lui mettent constamment des bâtons dans les roues, demandant sans relâche qu’il se retire, pour que Fillon fasse son chemin de croix en bon catholique qu’il se revendique et dont il a fait un argument de campagne avec… son honnêteté.
On voit bien l’impossibilité pour le candidat LR de mener une vraie campagne pour l’instant, surtout d’être en capacité de gagner en mai prochain.
Pour autant, les dirigeants de l’UDI, au premier rang desquels le président de la formation de centre-droit continuent à le soutenir sans réserve.
Il suffit de lire la dernière tribune de soutien publiée par le JDD où, aux côtés des président de groupe LR à l’Assemblée nationale et au Sénat, on trouve les signatures de ceux de l’UDI, respectivement les grotesques Philippe Vigier et François Zocchetto.
Il est temps pour tous les centristes qui se sont mis dans le pétrin, surtout qui déshonorent le Centre de se ressaisir.
Car leur problème n’est pas de savoir avec un opportunisme puant si François Fillon peut encore gagner la présidentielle et s’ils vont avoir leurs circonscriptions et leurs strapontins ministériels.
Il n’est même pas de savoir s’il faut qu’ils sauvent le parti Les républicains ou la Droite en sauvant Fillon.
Mais il s’agit de leur honneur et de leur dignité sans parler de leurs convictions qui n’ont as l’air de les encombrer plus que ça!
Oui, aujourd’hui, les centristes ne peuvent plus soutenir Fillon.
D’abord parce que son programme n’a rien de centriste, n’en déplaise à monsieur Lagarde qui s’échine à essayer de démontrer le contraire.
Il est de droite radicale, ce qui n’a jamais été the cup of tea – la tasse de thé – des centristes.
Ensuite parce que sa situation en regard de son honnêteté, de sa droiture , donc de sa légitimité à occuper la plus haute marche du pouvoir selon les valeurs et les principes défendus depuis toujours par le Centre le rend insoutenable par ce dernier.
De ce point de vue, François Bayrou a entièrement raison même si ses attaques contre Fillon fleurent bon la politique politicienne puisqu’elles sont un marchepied pour se présenter lui-même.
Bien entendu, je ne me fais pas beaucoup d’illusions sur un ressaisissement salutaire des caciques de l’UDI.
Heureusement, tous les jours, des militants et des sympathisants de la confédération centriste annoncent qu’ils refusent de soutenir François Fillon sans que cela n’émeuvent outre mesure un Jean-Christophe Lagarde qui a l’insulte aux lèvres les concernant, qui les rabaissent alors qu’il devrait les écouter.
Eux sont bien l’honneur et la dignité qui reste encore à cette UDI qui n’en a plus beaucoup et qui n’en aura plus du tout une fois qu’ils auront tous quitté ce rafiot aux mille voies d’eau, en train de sombrer tout en se raccrochant désespérément au récif qui l’a éventré et où le capitaine et ses lieutenants sont plus occupés à sauver leur emploi que la vie de leur équipage.

Jean-François Bourrou


Aucun commentaire: